Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLhasa › La Llorona

Lhasa › La Llorona

cd • 11 titres

  • 1De Cara a la pared
  • 2La Celestina
  • 3El Desierto
  • 4Por eso me Quedo
  • 5El Payande
  • 6Los Peces
  • 7Floricanto
  • 8Desdeñosa
  • 9El Pájaro
  • 10Mi Vanidad
  • 11El Arbol del Olvido

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

line up

Lhasa de Sela (chant), Mario Légaré (basse, double-basse), Yves Desrosiers (guitare, accordéon, banjo, percussions, scie, basse), François Lalonde (batterie, percussions, samples), Duane "Nervous Norman" Larson (clarinette), Mara Tremblay (violon)

remarques

chronique

Lhasa, c’était une voix, une sagesse de vieille femme couplée à une espièglerie et une ferveur juvéniles, un instrument capable de serrer le coeur, de faire pleurer mais aussi rêver et sourire par delà les mots. Le moindre hommage que je pouvais lui rendre était de redonner une chance à son premier album, apprécié à l’époque mais négligé quelque peu à l’aune de ‘The Living road’ sous le charme duquel j’étais (et suis toujours) totalement. Oui, ‘La Llorona’, ‘la Pleureuse’, est un bel album au charme typiquement latin épicé d’influences gitanes. Entièrement interprété en espagnol, quelque part entre l’Europe et l’Amérique latine, il fait la part belle donc aux instruments acoustiques (guitare, accordéon, un peu de violon aussi…). D’emblée, la chanteuse nous capte par la beauté chaude de sa voix, une beauté qui ne va pas sans tristesse alors qu’on devine en elle une personnalité lumineuse, trop peut-être pour le commun des mortels dont je fais partie. Si des morceaux tels que les splendides ‘De cara a la pared’, ‘El pajaro’ entre influences tziganes et tango ou la valse de ‘Desdenosa’ percent l’âme de par leur sincérité simple, ceux que je préfère par dessus tout sont les titres où la jeune femme paraît se lâcher entièrement, en toute innocence (bouleversants ‘la Celestina’, ‘El desierto’ évoquant une version féminine de Tom Waits ou encore un ‘Los Peces’ très gipsy). Lhasa était touchée par la grâce, comment expliquer autrement qu’une personne aussi solaire nous tire des sanglots tout en nous faisant sourire au milieu des larmes ? Les mots font défaut pour décrire la générosité et l’authenticité d’un timbre qui frappe juste car on le sent humble et investi de ses propos. Dramatique mais jamais mélodramatique, intense mais entière, telle est Lhasa de la première à la dernière chanson, ne jouant jamais avec les émotions, les exprimant, tout simplement…

note       Publiée le mercredi 28 mars 2018

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "La Llorona".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "La Llorona".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "La Llorona".

Shelleyan › jeudi 12 avril 2018 - 13:38 Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

le sentiment de saudade ? Pochette affreuse effectivement...

Note donnée au disque :       
Nerval › jeudi 12 avril 2018 - 12:02 Envoyez un message privé àNerval

Je voulais mettre le tag "pochette progmoche", mais c'est pas du prog :(

nicola › jeudi 12 avril 2018 - 11:22 Envoyez un message privé ànicola

Aucune idée...

Rastignac › jeudi 12 avril 2018 - 11:13 Envoyez un message privé àRastignac
avatar

C'est bien Madredeus, mais où est le rapport avec Lhasa ? Juste pour m'éclairer, c'est pas pour chipoter.

Shelleyan › jeudi 12 avril 2018 - 06:31 Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

c'est une bonne idée, Madredeus, mais en ce qui me concerne, je ne possède pas réellement d'albums, seulement une compilation de titres.

Note donnée au disque :