Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFrustration › Empires of shame

Frustration › Empires of shame

cd | 10 titres

  • 1 Dreams, laws, rights and duties
  • 2 Just wanna hide
  • 3 Excess
  • 4 Empires of shame
  • 5 Arrows of arrogance
  • 6 Mother Earth in rags
  • 7 Cause you ran away
  • 8 Even with the pills
  • 9 Minimal Wife
  • 10 No Place

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

One Two Pass It

line up

Fabrice Gilbert (chant), Frederic Campo (clavier), Nicolas Duteil (guitare), Baptiste Nollet (guitare), Patrice Dambrine (basse, choeurs), Mark Adolf (batterie, choeurs)

Musiciens additionnels : Benoît David (choeurs), Camille Delvecchio (choeurs féminins), Sébastien Gastine (double basse)

chronique

‘Les copains, je vais écrire une chronique du dernier Frustration en date’. ‘Frustration ? Elle sera forcément positive, j’imagine’. Comment pourrait-il en être autrement ? Franchement, ces mecs sont tellement bons. Et cet ‘Empires of shame’, mes aïeux ! Tout, on y retrouve tout, le goût pour Death in June et Crisis, l’audace des Stranglers, la noirceur de Joy Divsion, tout ça assemblé en un tout cohérent du début à la fin. Ca démarre très fort avec un quarté post punk de premier choix, rageur, torturé mais toujours maître de lui-même. Frustration sont bien dans leurs bottes, ils savent ce qu’ils ont à dire, frapper où ça fait mal. Ils se paient le luxe d’y injecter avec talent de petites touches synthétiques. Sans crier gare, voici l’excellent ‘Arrows of arrogance’, du pur dark folk glacé à la Death in June mais si les influences sont parlantes, les Français ne copient jamais; c’est si réussi qu’on en espère plus sur un prochain album. Ce titre marque un léger tournant dans la progression de l’album, la suite s’avérant plus proche de l’esprit Stranglers dans l’art d’agencer sonorités et structures (‘Cause you ran away’, ‘Minimal wife’) malgré un sursaut limite punky (‘Even with the pills’). Comme eux, Frustration parvient à équilibrer électrique et synthétique, oscillant entre énergie organique et production fraîche, avec pour ne rien gâcher des mélodies en béton. Très beau travail sur les rythmiques et un chant toujours aussi convainquant. Bref, difficile de ne pas tarir d’éloges sur ce combo qui incarne avec brio l’esprit post-punk dans sa complexité, son originalité et son audace, avec qui plus est une esthétique propre identifiable quasiment au premier coup d’oeil.

note       Publiée le lundi 19 mars 2018

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Empires of shame' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Empires of shame"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Empires of shame".

ajoutez une note sur : "Empires of shame"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Empires of shame".

ajoutez un commentaire sur : "Empires of shame"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Empires of shame".

Kagoul › jeudi 29 mars 2018 - 13:45  message privé !

fabuleux ! Putain ça passe trop vite je m'étais arrêté avec Uncivilized en 2012. Merde le temps passe trop vite depuis la fin de monde :/ je ne découvre cet album que maintenant ! prodigieux :-) argh ça fait d bien un peu de frustration dans ce monde en perdition! 6 boules et vinyls commandé du coup.