Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGoat Semen › Ego sum Satana

Goat Semen › Ego sum Satana

cd • 9 titres • 39:04 min

  • 1Letanías de Satán00:59
  • 2Holocausto01:19
  • 3Genocidio03:30
  • 4Warfare noise05:48
  • 5Revelaciones02:18
  • 6Altares de pandemonium03:44
  • 7Madre muerte04:47
  • 8Hambre, peste, guerra y muerte10:50
  • 9Ego sum Satana05:49

enregistrement

Enregistré aux studios F.M.O. en juin 2012 et aux CT Audio Studios durant l'été 2013 à Lima

line up

Neyra (chant), Beleth (guitares), Necros (basse), Satyricon (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
death metal
Styles personnels
bestial et primaire

Goat Semen, c'est quand même un groupe underground ultra-culte ! Les péruviens sont quand même responsables de morceaux ultra-furieux et primaires, un peu comme l'étaient Impaled Nazarene à leurs débuts. Après nous avoir sorti toute une tripotée de démos/split/live/compil' en tout genre avec bien souvent les mêmes morceaux dans des versions plus ou moins différentes, les voilà enfin qui nous sortent au bout de 15 ans d'existence leur premier album studio, "Ego sum Satan". Après une intro de circonstance, c'est parti pour pas loin de 40 minutes ultra-primaires et hallucinantes. Tout respire la folie et la bestialité ici. On voyage en pleine furie avec un chant totalement hanté et possédé sur une rythmique de feu et un esprit finalement très punk. Les arrangements sont à couper au couteau, la production est crade mais adaptée et surtout totalement maîtrisée. On n'est pas dans un bordel sans nom et sans queue ni tête. C'est un peu ça qui fait la réussite de Goat Semen. Ce bordel est tout le temps sous contrôle et toujours avec ce souci de garder cette intensité intacte. Et quand ça part en mode thrash metal comme sur "Warfare noise", c'est catchy à mort à vous déboîter les cervicales ! L'album reste tout le temps dans le rouge, dans le crade et l'énergie à tous les étages, et même avec cette production moins puissante, cet album est un pur régal. Le côté épileptique des rythmes (vraiment !) donne cette énergie débordante barbare et sans aucune finesse. Le but recherché ici, c'est de tout détruire et défoncer de la manière la plus primaire possible même quand le rythme se ralentit (dans ce cas-là, ça donne les 10 minutes de "Hambre, peste, guerra y muerte", un morceau totalement hallucinant et abominable !). Et ça marche ! Les morceaux ne sont pas stériles sans accroche, bien que l'album soit super décousu, les riffs sont catchy, ça te donne envie de sauter partout dans l'appart' et de tout faire balancer ! Vraiment le genre de disque défouloir qui fait du bien ! Goat Semen est ici fidèle à sa réputation de groupe ultra-furieux mais gardant intacte son accroche ! Ils confirment tout le potentiel de leurs (nombreuses) sorties passées ! Qu'est-ce que j'aimerais les voir en concert, ça doit être un bordel sans nom !

note       Publiée le dimanche 25 février 2018

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ego sum Satana".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ego sum Satana".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ego sum Satana".