Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZJohn Zorn › Lemma

John Zorn › Lemma

  • 2013 - Tzadik, TZ 8095 (1 cd)

cd | 17 titres | 54:23 min

  • Apophthegms
  • first set
  • 1 i [0:45]
  • 2 ii [1:06]
  • 3 iii [1:44]
  • 4 iv [1:22]
  • 5 v [1:34]
  • 6 vi [1:50]
  • second set
  • 7 vii [2:40]
  • 8 viii [1:48]
  • 9 ix [2:05]
  • 10 x [1:20]
  • 11 xi [1:55]
  • 12 xii [2:46]
  • Passagen
  • 13 Passagen [14:19]
  • Ceremonial Magic
  • 14 i [5:27]
  • 15 ii [4:04]
  • 16 iii [5:50]
  • 17 iv [3:49]

enregistrement

Titres 1 à 12 enregistrés en décembre 2012, titre 13 enregistré en juillet 2012, titres 14 à 17 enregistrés en mai 2012. L'album a été enregistré au EastSide Sound

line up

DAvid Fulmer (violon - sauf titre 13), Chris Otto (violon [1 à 12]), Pauline Kim (violon [13])

chronique

"Lemma" fait partie de ces albums durs à encaisser de la part de John Zorn. Déjà qu'il n'est de base pas facile à suivre et à appréhender, là, c'est particulièrement compliqué. Cet album fait partie de la série des compositions classiques de Zorn, série qui devient dans les années 2010 de plus en plus fournie. Je suis plutôt friand de ses compositions, pleine de fraîcheur et d'intensité. Ici, cet album propose 3 compositions pour violons (un duo et deux en mode solo) plutôt homogènes pour une durée frisant l'heure de jeu. Ce qu'on peut dire ici, c'est que ces compositions sont pour le moins éprouvantes, parfois même harassantes, dures, sauvages et décousues. La tension est palpable à chaque instant de l'écoute de ce disque. La première composition, "Apophthegms", me fait un peu penser à la composition "The dead man" de la partie "S&M" de son album "Cartoon / S&M", à savoir toute une série de courtes pièces décousues avec énormément d'à-coups, des parties stridentes (sérieux, la 8ème pièce est abominable de ce point de vue !), alliées à des moments extrêmement calmes, presque vides. "Passagen" reste dans le même style saccadé, mais un peu moins énergique. Ici, il s'agit d'un violon solo (et non duo comme sur "Apophthegms"). On retrouve des ambiances liées au cartoons, avec de la tension, des passages très calmes, doux, enchaînant sans transition à de furieuses embardées rapides et stridentes, sur-aiguës. Le tout est assez difficile à suivre. Il y a un côté assez visuel dans cette musique mais elle reste trop abruptes et sans queue ni tête. Il manque ce fil conducteur ou cette accroche qui rendrait l'écoute plus facile à comprendre et à cadrer. On est balancé de tout côté sans pouvoir se repérer et se raccrocher à quelque chose. Quand on arrive à la dernière composition "Ceremonial magic", il faut déjà se mettre dans la tête qu'on vient de se prendre plus d'une demi-heure de musique contemporaine vraiment dure à encaisser. Cette composition avait déjà été présente sur un album précédent de Zorn, "Music and its double" - sorti à peine 6 mois plus tôt, avec des percussions. Là, ici, c'est simplement avec un seul violon que la composition est interprétée. A nouveau, on retrouve un style proche de "Passagen". On retrouve tous ces à-coups, des sons stridents, ce style rappelant vraiment la musique de cartoons. On est valdingués dans tous les sens et honnêtement, c'est dur à encaisser. A un moment, je lâche et je déclare forfait ! Vraiment, on a droit ici à certaines des plus intenses et complexes des compositions de Zorn, assemblées dans un seul album. "Lemma" n'est vraiment pas facile à ingurgiter. Il y a certes des parties et des effets intéressants, des montées, des descentes, des enchaînements bien pensés, mais sur l'ensemble, c'est bien trop décousu sur toute la durée du disque pour véritablement apprécier à sa juste valeur ces compositions. Ce qui est intéressant de voir maintenant en 2018 avec Zorn, c'est toute l'évolution de ses compositions contemporaines et de voir comment il a su mieux les arranger. On retrouve dans "Lemma" des parties, des arrangements qui seront par la suite mieux intégrées à d'autres compositions plus récentes. C'est un peu comme si ces trois compositions étaient trop ambitieuses, trop intenses, simplement too much, rendant l'écoute au final pénible.

note       Publiée le samedi 10 février 2018

partagez 'Lemma' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Lemma"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Lemma".

ajoutez une note sur : "Lemma"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lemma".

ajoutez un commentaire sur : "Lemma"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lemma".