Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFred Frith › Step Across the Border (OST)

Fred Frith › Step Across the Border (OST)

cd | 26 titres | 42:50 min

  • 1 Sparrow Song [1:28]
  • 2 Voice of America (Part 3)/Legs [4:24]
  • 3 Selluloid Restaurant/ The Old Man Puts Out the Fire [3:09]
  • 4 After Dinner [1:47]
  • 5 Houston St. [2:54]
  • 6 Drum Factory [2:01]
  • 7 Regardless of Rain [3:05]
  • 8 Candy Machine [2:59]
  • 9 Romanisches Cafe [6:19]
  • 10 The Border [3:31]
  • 11 Nirvana Again [1:53]
  • 12 Scottish Roppongi [1:53]
  • 13 Norrgården Nyvla [1:46]
  • 14 Birds [2:58]
  • 15 The As Usual Dance Toward the Other Flight to What Is Not Part 3 [1:47]
  • 16 Williamsburg Bridge [1:53]
  • 17 Same Old Me/Williamsburg Bridge Reprise [4:10]
  • 18 The As Usual Dance Toward the Other Flight to What Is Not Part 5 [2:24]
  • 19 Lost and Found [3:21]
  • 20 Nine by Nine [5:52]
  • 21 Evolution [3:20]
  • 22 Union Square [1:41]
  • 23 Morning Song [2:00]
  • 24 Voice of America Part 4 [2:02]
  • 25 Too Much Too Little [2:08]
  • 26 To Late [2:23]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré en studios, concerts et répétitions : Sunrise, Kirchberg ; Pass, New York ; Munich ; OAO Studio, New York ; MUE Studio, Osaka ; The Kitchen, New York ; Romanisches Café, Tokyo ; Roulette, NYC ; Upsala, Kirchberg ; Yorkshire & Brixton ; ROX, Tokyo ; Bavaria TV Studios ; Paosostr, Munich ; Provence ; une chambre d’hôtel, Bern ; par Tim Hodgkinson, Martin Bisi, Yasushi Utsonomiya, Rainer Carben, Rudolf Oleschko ; entre juillet 1979 et décembre 1989.

line up

Iva Bittová (violon, voix), Hasse Bruniusson (batterie), Tom Cora (violoncelle, batterie, voix), Fred Frith (guitare, tambour, voix, percussion, bouteilles, basse, performance, claviers, violon, trompette), Eino Haapala (guitare), Haco (piano, voix), Tim Hodgkinson (clarinette basse), Lars Hollmer (claviers), Bill Laswell (basse), Fred Maher (batterie), Kevin Norton (batterie), Bob Ostertag (b. 1957) (synthétiseurs, bandes, sampler), Zeena Parkins (claviers, tambour, voix), John Zorn (saxophone alto), Daihachi Oguchi (performance/usine), Anne Hemenway (écriture), Jean Derome (saxophone alto), René Lussier (basse), Pavel Fajt (fûts de bière, guitare), Eitetsu Hayashi (batterie), Tina Curran (basse), Jean Vapeur (field recordings)

remarques

Ce disque est la bande-originale du film Step Across the Border, « documentaire » de Nicolas Humbert et Werner Pensel, sorti en 1990.
La version CD de 2002 est une coédition ReR Megacorp/Fred Records.

chronique

"Talk to me/Talk to me/Like a sparrow on a tree"… Sans aucun doute : un des meilleurs films musicaux jamais tournés, assemblés, mis en circulation. Le plus beau qu’il m’ait été donné de voir. À vrai dire, tout court : l’une de ces très rares bobines à quoi je puisse revenir sans cesse sans qu’il s’use ni ne m’use, dont je ressors toujours le sourire scotché, la tête légère, le ventre en place. Pas de parlotte – ou alors ce sont Fred et René (Lussier) qui causent en bouffant des frites, Arto Lindsay qui dégoise ses salutaires angoisses en arpentant d’une porte à l’autre, appartement, studio, espace de répétition. Des métros aériens avec des vieux et des salarymen (ô Tokyo, que tu as l’air speed). Des usines reconverties en espaces de jeu (ô Tokyo, que tu as l’air rêveuse ; ô New York…). Des mouettes et Frith qui violone en réponse (crrrrrrrrwwiii, cronk). Du papier peint pali au mur d’une chambre d’hôtel… Le montage qui glisse et bascule d’un point, d’une heure à l’autre du monde. Fred Frith et ses amis – Osaka, Brixton, Kirchberg… C’est où ? C’est là. Il n’y a pas tout sur ce disque, cette bande originale – pas toutes les scènes, des morceaux omis, peut-être pas transposables pour la maison. Il y a beaucoup. Dix ans d’une vie musicale itinérante et obstinée. Fred qui joue, Frith qui se concentre. Le violoncelle grave et lumineux de Tom Cora. Lussier qui envoie comme un forcené, basse no wave québécoise. Haco qui joue sa pièce courte au piano, accords obliques plaqués juste, voix haute qui met soudain si bien. Des bruits de scie. Des objets trouvés qu’il fait sonner, qu’ils font chanter. Pavel Fajt qui se fait une batterie avec les contenants à bibine. Iva Bittová et le même, Chanson du Matin qui fait aurore, en effet, toute simple, magnifique, souple, doucement sorcière, doucement et franchement amie – guitare, chant, violon, réveil qui d’instrument de torture se fait pulsation claire. (Et Pavel à la fin qui fait l’oiseau). Concerts, répétitions, mises en places. Idées qui germent et bougent. Les sidérantes percussions d'Eitetsu Hayashi. Bob Ostertag qui triture ses échantillons d'Amériques... Ces gens ne font pas de la musique entre deux "vrais" événements, en dilettantes. Ces gens pourtant sont bien au-delà de la laborieuse application des réputés professionnels – surtout ailleurs, par vocation, choix, conviction passionnée, fébrile ou tranquille. La pop prend des chemins qui débouchent sur les friches, terrains touffus et libres. On se rappelle que le "R.I.O.", au départ (Rock In Opposition) cherchait moins les mesures complexes, les harmonies composées, empilées, enchaînées, superposées, que la sortie de ce champs ou "le prog" s’était enclos – que ceux là, accords, que celles-ci, rythmiques, n’étaient que des moyens pour ce but… Que tout ça venait d’un certain "Canterbury" alors pas encore "école", folklore inventé, joueur, d’hommes et femmes éduqués pour qui ce n’était pas, ça, la question. On constate une fois de plus qu’une fois scellés, ces bocaux qu’on appelle "genres" ne renferment plus rien de vivant – qu’une fois l’air introduit, tout s’éparpille encore autrement sur les surfaces et dans les airs. De savantes impros prennent l’allure d’une drôle de new wave possédée, excitée, replantée – sur la frontière (The Border, donc, qui me fait toujours penser aux Plastics, les Japonais de New York avec leur hystérie crispée en couleurs vives et coupes parfaites). "Too Much, Too Little". Trop, trop peu, en effet – c’est à dire tout ce qu’il faut, le temps qui manque, et de miraculeux instant où tout se pose. Voilà : ce film, ce disque, sont une sorte de miracle. Mis au monde consciemment et en toutes intuitions, partitions acharnées et concordances fortuites, brèches prises en loucedé. Comme on dit "sur la brêche". Comme on dit "à l’anglaise" ? … "Trop Tard", en conclusion. Oui ? Non… Tout ça est encore là et on écoute encore, et on peut encore voir.

note       Publiée le lundi 22 janvier 2018

partagez 'Step Across the Border (OST)' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Step Across the Border (OST)"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Step Across the Border (OST)".

ajoutez une note sur : "Step Across the Border (OST)"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Step Across the Border (OST)".

ajoutez un commentaire sur : "Step Across the Border (OST)"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Step Across the Border (OST)".

David Locke › lundi 22 janvier 2018 - 17:36  message privé !

Alors moi, c'était dans ce lieu à Saint-ETienne (donc pas si loin de la lyonnaisie): http://granlux.org/ J'en ai déjà fait la pub dans le forum, mais des lieux comme ça, il n'en existe pas des masses, donc j'en remets une couche... Quoi qu'il en soit, merci pour la chro !

Dioneo › lundi 22 janvier 2018 - 15:09  message privé !
avatar

Ah tiens, la dernière fois que je l'ai vu (comme la première, d'ailleurs, et y'en a donc eu plusieurs entre temps) c'était en 35mm aussi... Copie pas neuve mais ça faisait plaisir d'avoir le "grain analogique" du truc, qui va très bien à ces images (dans un cadre pas commun grâce aux projectionnistes-fous de l'asso Météorites qui sévit par chez nous en lyonnaisie...). La BO a été dispo dès la sortie du film, sinon, apparemment - et en fait sauf erreur il y manque surtout les parties les plus free/noise, certaines impros en concerts dont les concepteurs (du disque) ont peut-être pensé qu'elles n'avaient plus de sens séparées des images de ceux en train de les faire (simple supposition, hein). (A part ça que du bon, de mon point de vue, je pense que ça a dû se voir).

Note donnée au disque :       
David Locke › lundi 22 janvier 2018 - 09:54  message privé !

J'ai découvert ce film il y a 3-4 mois (et en pellicule !) et je confirme: il s'agit bien d'un des tous meilleurs films sur la musique (et donc aussi, sur un tas d'autres choses). En revanche, je ne savais pas que la bande-son avait été commercialisée...