Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGloria Mundi › I, individual

Gloria Mundi › I, individual

  • 1978 • Rca victor RCA Victor – PL 25157, RCA Victor – RCASPL 25157 • 1 LP 33 tours

lp • 9 titres

  • 1The pack
  • 2Condemned to be free
  • 3Daughters Of Rich Men
  • 4I Like Some Men
  • 5I, Individual
  • 6You talk
  • 7Park Lane
  • 8Split Personality
  • 9Victim

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

line up

Eddie Mealov (chant), Sunshine (chant féminin, clavier), Ice (basse), Beethoven (guitare), Mike Nicholls (batterie), C.C. (saxophone)

remarques

chronique

Selon le journaliste/écrivain Mick Mercer, UK Decay et Gloria Mundi sont les premiers groupes à pouvoir être ‘officiellement’ considérés comme goths. Voilà qui est intéressant car bien que relativement différents l’un de l’autre, ils résument assez bien les filiations et l’avénement de ce que l’on a qualifié de gothic rock. UK Decay, des passionnés de Bowie qui découvrent le punk, ce qui a conduit certains à dire qu’ils n’étaient finalement qu'une formation punk plus sombre (le goth de base, c’est un peu ça). Le cas de Gloria Mundi est différent mais l’ami Bowie n’est probablement pas loin non plus car eux représenteraient davantage une version obscure du glam. Il n’y a pas photo, ces mecs ont été biberonnés à Roxy Music et Bowie dont ils ont conservé le groove de basse transposé dans une version nettement plus barrée et noire. C’est en ouvrant pour Ultravox période John Foxx qu’ils se font remarquer et d’une certaine manière, les deux formations partagent certaines sonorités au niveau des guitares notamment (leur saxophoniste a également bossé comme musicien de session sur ‘Hiroshima mon amour’). Là s’arrête la comparaison. Niveau chant, Gloria Munid opte pour la dualité complémentaire féminin/masculin, ce dernier (proche de celui de TV Smith) affectant des poses dandy décadentes qui inspireront Bauhaus et Sex Gang Children notamment. Ils se distinguent de leurs contemporains punks par une présence scénique théâtrale et une philosophie volontiers sombre plus que nihiliste. Les racines glam ne sont pourtant jamais bien loin, notamment dans le jeu de piano, les structures de certains chansons (‘Daughters of rich men’) et un usage intensif du saxophone qui doit beaucoup à Roxy Music. Alors, cet aspect noir, où le trouve-t-on ? Les sonorités de basse plus lourde pour commencer, l’approche de la guitare ensuite. Les parties de cet instrument sont bien trop évoluées pour s’apparenter au punk rock mais elles poussent la touche décadente engendrée par le glam le plus loin possible en y ajoutant un zeste d’inquiétude. Le reste se joue dans les intonations des deux vocalistes, les intentions mélodiques et philosophiques de l’écriture, une impression d’urgence en arrière-fond. J’ignore tout de l’impact réel de Gloria Mundi à son époque mais il est clair qu’ils ont dû marquer pas mal des groupes qui constitueront la scène batcave londonienne tant l’ambiance qui se dégage de ce premier opus est prenante. Quant aux mélodies, elles sont en béton armé, exigeantes et complexes à la fois. Bref, ce disque peut légitimement se positionner comme une pierre angulaire majeur de la création et l’essor du mouvement goth. Pour la petite histoire, leur guitariste avait foiré son audition comme second guitariste des Pistols suite à une petite annonce…

note       Publiée le vendredi 12 janvier 2018

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "I, individual".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "I, individual".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "I, individual".