Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAThe Adicts › And it was so !

The Adicts › And it was so !

cd | 12 titres

  • 1 Picture the scene
  • 2 Fucked up world
  • 3 Talking shit
  • 4 If you want it
  • 5 Gospel according to me
  • 6 Gimme Something to do
  • 7 Love sick baby
  • 8 And it was so
  • 9 Deja Vu
  • 10 I owe you
  • 11 Wanna be
  • 12 You'll be the death of me

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Monkey (chant), Pete Dee (guitare, choeurs), Kid Dee (batterie, choeurs),

Musiciens additionnels : Highko Strom, Hoggy, Luke Davison, Scruff (choeurs)

chronique

Styles
punk

Sur fond d’orange non mécanique, ladies and gentlemen, The Adicts sont de retour ! Increvables, les mecs n’ont même plus à se fouler pour les pochettes, il leur suffit d’afficher leur logo ou la tête de Monkey et de modifier la teinte de fond, le tour est joué. ‘And it was so !’, ben ouais, ils n’ont jamais été de grands politiciens, des messages simples, une musique toujours aussi punk, toujours aussi rock’n’roll, un sens de la déconne et de la fête ultra rassembleur à chacun de leur concert (à voir absolument si ce n’est déjà fait, on ne s’en lasse jamais) avec cependant une petite touche inquiète, un zeste de je-ne-sais-quoi d’inaccessible. Bien sûr, quelques coups de mou parfois, le disque précédent, par exemple, baigné d’une certaine nostalgie mais également de réflexions sur le futur…Balayé tout ça, les Adicts sont gonflés à bloc pour celui-ci, fichtrement électrique mais aussi relativement sombre dans le rendu (‘Fucked up world’, le départ tendu de ‘Picture the scene’, ‘Gimme something to do et sa rythmique roulante, un ‘You’ll be the death of you’ final assez troublant) sans négliger les faux hymnes street punk plein de ‘oh yeah’ dans les choeurs. En général, je déteste mais chez eux, j’adore, justement grâce à ce petit éclat noir, à l’image du maquillage de Monkey: joker, amuseur public mais version Batman ou Clockwork Orange (une passion que nos Anglais n’ont jamais perdu qui ouvrent toujours leurs gigs avec la musique du film). En gros, une formule éprouvée mais que le groupe paraît toujours à même de renouveler ou d’explorer avec un regard neuf ou du moins injecté de sang frais. En termes de mélodies, cet album est inspiré, pas de temps mort, chaque chanson est un brûlot à chanter sous la douche, avec parfois un petit goût de cendre dans la bouche. Que voulez-vous ? S’éclater, c’est le pied mais si on joue du punk depuis tant d’années, ce n’est pas parce qu’on trouve le monde joyeux alors les Adicts y apportent leur vision du fun entre cotillons, guirlande et ultraviolence. Si tous leurs opus ne se valent pas qualitativement, ‘And it was so’ s’annonce parmi ceux figurant dans le haut du panier. Les fils spirituels de Alex DeLarge dont on attend toujours un album en nadsat...

note       Publiée le vendredi 5 janvier 2018

partagez 'And it was so !' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "And it was so !"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "And it was so !".

ajoutez une note sur : "And it was so !"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "And it was so !".

ajoutez un commentaire sur : "And it was so !"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "And it was so !".