Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDarkenhöld › A Passage to the Towers...

Darkenhöld › A Passage to the Towers...

cd | 10 titres | 40:22 min

  • 1 A Passage... (Overture) [01:44]
  • 2 Ghouls and the Tower [04:08]
  • 3 Marble Bestiary [05:46]
  • 4 Citadel of Obsidian Slumber [04:49]
  • 5 Chains of the Wyvern Shelter [03:49]
  • 6 In the Crystal Cavern [01:27]
  • 7 Cleaving the Ethereal Waves [03:49]
  • 8 Crimson Legions [05:45]
  • 9 Darkenhöld [05:08]
  • 10 Sorcery [03:57]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Aldébaran (guitare, basse, claviers), Aboth (batterie, percussions, claviers), Cervantes (voix)

remarques

Sorti en cd et vinyle, ainsi que sur bandcamp en fichiers téléchargeables et / ou écoutables en ligne.

chronique

Styles
metal
heavy metal
metal extrême
black metal
Styles personnels
dragon dans le donjon

Allez, j'ai besoin d'un putain de remontant, laisse tomber l'Armagnac fais moi passer le Darkenhöld. J'ai besoin de boire et de chantonner des rigodons comme on dit par là bas, et puis d'écouter et de danser ; a priori sous ciel dantesque, pute borgne ! Enfin, là, moi, je sens de la boue, des pieds nus qui à force de forcer n'arrivent plus à s'efforcer de devenir tous fourchus, vive les sabots ! Vive les cavalcades, dans la tête, dans les airs, dans la cime des arbres. Donc : des chœurs du fond de la vallée, du heavy metal, des flutiaux synthé qui font les transitions, des moments qui vont faire beugler le public de manière rythmée. Darkenhöld, je précise : c'est un groupe français nous sortant de la musique bien épique, petits biscuits de guitares, mélodies qui font siffler sous la neige, qui a produit quelques albums depuis un peu moins de dix ans, cultivant fantasmagorie à mi chemin entre le Maiden du nord et le Scorpions de la forêt glacée quand j'écoute ces grattes sèches sous fond de rivière de la damnation qui coole. On sourit en plissant les yeux sous des pluies de flammes, et ce black metal qui vikingue comme au bon vieux temps de quand on avait quinze ans me touche ce soir kestuveux. Cet album est sorti en 2010, a été réédité en 2016, je le réécoute parce que la newsletter de Those Opposed Records me le dit, et si tout ça vous le dit aussi, laissez vous berner par cet hybride de vieux rockeur encapuchonné empoignant son épée pour fendre la pierre de la destinée tout recouvert de cuir, et puis merde, oh, le futur c'est maintenant, et c'est pas forcément tous les jours quatorze ans de douleurs. Donc, soit : purée de boucliers et grosses bottes dans la gueule !

note       Publiée le dimanche 31 décembre 2017

partagez 'A Passage to the Towers...' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "A Passage to the Towers..."

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "A Passage to the Towers...".

ajoutez une note sur : "A Passage to the Towers..."

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A Passage to the Towers...".

ajoutez un commentaire sur : "A Passage to the Towers..."

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A Passage to the Towers...".

Rikkit › dimanche 31 décembre 2017 - 18:20  message privé !

Excellent groupe de l'ex-Artefact Aldebaran. C'est moins technique que ces derniers, du Black norvégien 90's en veux-tu en-voilà, si t'as le seum de plus voir Satyricon en ménestrel et Dimmu en costume de vampire dégueux. Avec une prod beaucoup trop adaptée, poussiéreuse et brumeuse comme il faut. Ça schlingue "For All Tid" à plein nez, c'est même mieux d'ailleurs.

Note donnée au disque :