Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLydia Lunch Retrovirus › Retrovirus

Lydia Lunch Retrovirus › Retrovirus

cd | 13 titres

  • 1 Red alert
  • 2 I Woke Up Dreaming
  • 3 Mechanical Flattery
  • 4 Love Split With Blood
  • 5 Ran Away Dark
  • 6 3 X 3
  • 7 Afraid Of Your Company
  • 8 Burning Skulls
  • 9 No Excuse
  • 10 Meltdown Oratorio
  • 11 The Gospel Singer
  • 12 What Is It
  • 13 Black Juju

enregistrement

Enregistré live au Knitting Factory, Brooklyn, New-York, USA, le 15 novembre 2012.

line up

Bob Bert (batterie), Algis Kizys (basse), Lydia Lunch (chant), Weasel Walter (guitare)

chronique

J’ai débuté par le deuxième, j’aurais pu le faire par celui-ci car les commentaires sont fondamentalement les mêmes. Pour celles et ceux qui bavardaient et ne suivaient pas, je rappelle l’idée de travail de Retrovirus: explorer le répertoire de Lydia Lunch pour le réinterpréter avec la philosophie d’un Teenage Jesus and the Jerk qui serait constitué d’excellents musiciens et avec le recul des ans, soit de manière plus sombre et torturée. La différence principale avec le second volet est que celui-ci est moins noisy (je n’ai pas dit moins incisif), plus pesant, et développe un son plus ouvertement live, ce qui n’a rien d’étonnant puisqu’il a été capturé en concert fin 2012. L’alchimie fonctionne totalement entre Lydia et son nouveau groupe (même si tous se lâcheront encore davantage par la suite), rejouant tous ces titres de manière glauque, malsaine, presque comme s’il s’agissait de nouvelles compositions. Des morceaux tels que ‘Love Split With Blood’ et ‘Ran Away Dark’ du projet 8-Eyed Spy, par exemple, y gagnent clairement en relecture vu qu’à l’époque ils n’avaient bénéficié que de médiocres conditions d’enregistrement; le chant plus grave (sponsored by nicotine) de Lydia permet de redécouvrir des extraits de l’époque Teenage Jesus and the Jerks sous une lumière (euh…) bien différente et encore plus jouissive. Ce disque est également l’opportunité, pour les moins initiés, de (re)découvrir quelques belles archives rares comme l’excellent ‘Gospel singer’ (à l’origine une collaboration avec Kim Gordon de Sonic Youth) ou ‘What is it’ paru sur la compilation ‘Better a new demon than an old god’ aux côtés d’illustres inconnus tels que Richard Hell, William Burroughs, Meredith Monk, Genesis P.Orridge…La rythmique composée de Algis Kizys (ex-Swans, Foetus) à la basse et Bob Bert (ex-Sonic Youth) assure de manière très professionnelle, quant au ‘petit nouveau’, le furieux Weasel Walter (grand fan de no wave devant l'Eternel), s’il ne se lâche pas autant que sur ‘Urge to kill’, il booste littéralement certains passages par un jeu entre no wave et deathrock du plus bel effet. Vous êtes encore là à me lire ? Bon sang, foncez chez le disquaire ou sur internet me commander tout ça !

note       Publiée le mardi 26 décembre 2017

partagez 'Retrovirus' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Retrovirus"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Retrovirus".

ajoutez une note sur : "Retrovirus"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Retrovirus".

ajoutez un commentaire sur : "Retrovirus"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Retrovirus".

born to gulo › mardi 26 décembre 2017 - 10:09  message privé !

Oula mais ça m'a l'air tout à fait pour moi ça!