Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Divers › African Scream Contest

Compilations - Divers › African Scream Contest

cd | 14 titres | 68:18 min

  • 1 Lokonon André & Les Volcans - Mi Kple Dogbekpo [3:54]
  • 2 Picoby Band d'Aborney - Mi Ma Kpe Dji [4:06]
  • 3 Gabo Brown & Orchestre Poly-Rythmo - It's a Vanity [4:22]
  • 4 El Rego et Ses Commandos - Se Na Min [3:21]
  • 5 Napo De Mi Amor et Ses Black Devils - Leki Santchi [3:25]
  • 6 T.P. Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou - Gbeti Madjro [2:54]
  • 7 Roger Damawuzan - Wait for Me [3:19]
  • 8 Ouinsou Corneille & Black Santiago - Vinon So Minsou [4:57]
  • 9 Orchestre Super Jheevs des Paillotes - Ye Nan Lon An [3:03]
  • 10 Tidiani Koné & Orchestre Poly-Rythmo - Djanfa Magni [9:51]
  • 11 Disafric Band - Houiou Djin Nan Zon Aklumon [4:18]
  • 12 Le Super Borgou de Parakou - Congolaise Benin Ye [2:59]
  • 13 Vincent Ahehehinnou - Ou c'est lui ou c'est moi [10:06]
  • 14 Les Volcans de la Capitale - Oya Ka Jojo [7:43]

enregistrement

Compilé par Samy Ben Redjeb.

chronique

Styles
black music
funk
soul
rock
psychédélique
world music
Styles personnels
shout afrodisiaque

La révolution musicale des années 60-70 a irradié l’Afrique de l’Ouest avec le résultat qu’on connaît : un mélange extraordinaire de sonorités africaines, de funk et de psychédélisme. On pourrait croire davantage en retrait les plus petits pays comme le Bénin ou le Togo, évoluant dans l’ombre de l’afrobeat naissant. Pourtant, même avant cette explosion électrique, de nombreux courants se croisaient dans la République du Dahomey : au-delà des musiques d’expression populaire, on pouvait ressentir la présence de la chanson française et l’importance des rythmes cubains. La politique n’était pas loin. Quand la France comptait le Bénin comme "associé", ce dernier entretenait une relation historique avec Cuba (exemplifiée par la minorité Arará) – les affinités communistes des deux nations favorisant la mutualité de leurs échanges culturels. Dans le même temps, la communauté des Agoudas, anciens esclaves brésiliens, enrichissait un melting pot sonore qui fut fortement marqué par le highlife et le vaudou, et bien sûr par le pape de la funk, James Brown. African Scream Contest témoigne de l’étrange fusion de ces multiples influences par une sélection de titres irrésistibles qui prouvent que le Poly-Rythmo de Cotonou n’était pas le seul à faire fureur dans les seventies. Et pour cause... Comme le rappelle Samir Ben Redjeb, le Bénin bénéficiait d’un atout majeur sur ses voisins : des conditions climatiques et matérielles plus favorables qu’ailleurs au pressage de disques. Dès 1973, la société SATEL donnait à la scène béninoise un véritable rayonnement sur cette région du monde, fabriquant des vinyles pour des artistes locaux et internationaux. Malheureusement, cette effervescence ne dura qu’un temps, le pays étant bientôt rattrapé par des problèmes plus urgents. De nombreux disques finirent par être oubliés, jusqu’à l’avènement du label allemand Analog Africa et des anecdotes rocambolesques qui entourent sa chasse aux perles méconnues de la musique du continent noir. On apprend ainsi que c’est chez un vieux douanier que fut trouvé un stock mirobolant de 45 tours, témoignage d’un âge d’or passé de l’industrie du disque… envahi par les scorpions. La compilation qui nous intéresse aura nécessité le rapatriement express d’environ 3800 disques, dépoussiérés et écoutés avec amour, et la recherche assidue des ayants-droits aux côtés du regretté Mélomé Clément. Voilà pourquoi nos oreilles s’émerveillent à chaque coin de piste. C’est le groove sinueux de "Mi Kple Dogbekpo" chanté par Lokoon André qui lance les festivités avec des percussions puissantes et une sauce funk qu’on retrouve avec Gabo Brown sur "It’s a Vanity", qui inspire parfois de véritables élans de shouters évocateurs du célèbre Mister Dynamite – notamment à Roger Damawuzan. Le Tout-Puissant Orchestre Poly-Rythmo accompagne Gabo Brown avec des gimmicks guitaristiques implacables et propose sa mixture sur un autre tube court, ainsi qu’une longue escapade à l’essence afro-cubaine dont se saisissent presque à outrance Les Volcans de la Capitale sur le génial "Oya Ka Jojo". Le Discafric Band assure une part de cuisine locale, avec un solo de guitare sorti de nulle part, tandis que sur "Vinon So Minsou" Ouinsou Corneille chante en français sur un fond teinté d’afrobeat. Le psychédélisme promis par la compilation se fait entendre sur des titres comme "Leki Santchi" aux inspirations vaudou, jusqu’à la fabuleuse curiosité jouée par l’Orchestre Super Jheevs des Paillotes, "Ye Nan Lon An" – qui a dû mettre sur leur séant pas mal de curieux. Étrangement, Vincent Ahehehinnou volerait presque la vedette avec sa composition relevant du highlife, usant avec moins d’abus les pédales wah-wah pour un résultat incroyablement homogène. Un peu comme l’ensemble d’African Scream Contest, qui multiplie tant les choix éditoriaux pertinents qu’il paraît presque impossible d’imaginer meilleure compilation pour se rendre compte à quel point les artistes béninois avaient pris leur envol, seuls, jusque vers les hautes sphères de l’afro-funk.

note       Publiée le dimanche 5 novembre 2017

partagez 'African Scream Contest' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "African Scream Contest"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "African Scream Contest".

ajoutez une note sur : "African Scream Contest"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "African Scream Contest".

ajoutez un commentaire sur : "African Scream Contest"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "African Scream Contest".

DukeOfPrunes › mardi 7 novembre 2017 - 09:57  message privé !
avatar

Haha bien vu WZX, c'était mon objectif de première année... et pour la centième, je voulais publier quelque chose de plus long que d'habitude :) Analog Africa est un label incroyable, oui, je crois vraiment qu'il est l'initiateur d'une période de redécouverte de la musique africaine. Le premier album du TPO Poly-Rythmo est une merveille, en effet, ils ont d'ailleurs fait un repress de l'édition vinyle cette année pour l'anniversaire du label.

Note donnée au disque :       
Dioneo › lundi 6 novembre 2017 - 14:53  message privé !
avatar

Je ne connais pas celle-là non-plus mais ça va pas durer du tout, après lecture de la chro... Et puis oui, en effet, Analog Africa c'est souvent du très très bon, de toute façon. (Le premier album de l'Orchestre Poly-Rythmo - du Bénin/Dahomey également -, qu'ils avaient ressorti en version "augmentée", est bien bien bon, par exemple... Et y'a effecrivement une foule d'autres trucs chez eux - que pour ma part je n'ai pas encore tous écoutés, d'ailleurs, mais je devrais y piocher plus souvent).

WZX › lundi 6 novembre 2017 - 14:44  message privé !

La centième chro au bout d'un an, tout pile ! Curieux d'écouter ça tiens !

Soup › lundi 6 novembre 2017 - 00:18  message privé !

Bien joué de chroniquer du Analog Africa ! Plein de trucs excellents sur ce label, et en prime les cd/vinyles sont vraiment soignés. Le ci présent disque est cool, ça permet de se rendre compte qu'il y avait une scène foisonnante alors au bénin & togo...

Twilight › dimanche 5 novembre 2017 - 22:28  message privé !
avatar

Etonnante compilation, pas du tout ma came à priori mais j'ai pris le risque de la commander car il y a vraiment des trucs intrigants, avec des ambiances de transe...On verra si je tiens sur le long terme ou si c'était une passade mais les amateurs, eux, se doivent de la posséder...