Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGallon Drunk › You, the Night... and the Music

Gallon Drunk › You, the Night... and the Music

cd | 16 titres | 65:02 min

  • 1 Rev Up – TPA [0:52]
  • 2 Some Fool’s Mess [5:03]
  • 3 Just One More [3:55]
  • 4 Two Wings Mambo [6:41]
  • 5 You, the Night… and the Music [2:20]
  • 6 Gallon Drunk [3:39]
  • 7 Night Tide [2:27]
  • 8 Eye of the Storm [1:56]
  • 9 The Tornado [5:08]
  • BONUS TRACKS
  • 10 Ruby (Alt. Take) [4:07]
  • 11 Draggin’ Along (Steven Stapleton Mix [3:54]
  • 12 All Mouth, No Tousers (Unreleased Demo) [2:41]
  • Live @ Radio Fritz, Berlin ‘93
  • 13 Arlington Road [4:55]
  • 14 You Should Be Ashamed [3:24]
  • 15 Push the Boat Out [4:49]
  • Live in London ‘92
  • 16 Two Wings Mambo [9:03]

enregistrement

Album (1-10) enregistré par Tony Harris (Nod). Produit par Tony Harris et Gallon Drunk. Live à Berlin (13-15) enregistré par Jem Noble. Live à Londres (16) enregistré par Phil Wright. « 11 &12 remastered from cassette. Sorry! ».

line up

Joe Byfield, Max Décharné, Mike Delanian, James Johnston

Musiciens additionnels : Nick Coombes (batterie sur 11), Terry Edwards (saxophones sur 13-16, claviers sur 14 et 15), Steven Stapleton (mix sur 11)

remarques

Photos : Richard Dumas et Steve Gulick. Pochette : Clawfist/Gallon Drunk.
Les bonus sont ceux de l’édition CD de 2007 (Sartorial Records).

chronique

Du sang sous les ongles, la crasse au col… Le Gallon Drunk des débuts – ce premier album, les singles réunis sur la compilation Tonite… The Singles Bar – est une histoire de sauvagerie. Un rock décharné – l’un des gars va jusqu’à se nommer ainsi – mais enduit de graisses : à cheveux, à bielles… Le truc tranchant et glissant. Ça tape sec, dur, ça n’esquive rien mais parfois ça louvoie. De toute évidence les mecs ont dû se bouffer du Birthday Party, du Scientists, peut-être bien des tout-premiers Bad Seeds ; sans doute d’autres tord-boyaux pas moins marécageux, Cramps et alentours ; possiblement du Gun Club, allez savoir… Déjà cependant, autre chose se glisse, là-dedans, un lubrifiant plus volatile sur les carlingues, aux jointures, aux mécaniques. Une sorte de jazz coupe-gorge, tripot, plus finement pris qu’ailleurs – appliqué brutalement mais réduit à l’état d’empreintes, une senteur prenante mais presque indéfinissable (… de là à dire subtile il y a un pas que je ne franchirai pas, en vertu du rugueux de la chose). Des traces de fièvres plus "tropicales", déjà – pas encore aussi délibérément marquées que sur d’autres disques, après (quoique… les maracas et la batterie-congas de Two Wings Mambo… et puis cette pochette à la Tito Puente avec les idoles, les tambours ; et le saurien qui ricane, derrière, sa gueule rouge sale) – qui viennent cramer autrement cette musique, la troubler, lui flanquer d’autres sueurs hallucinées. Le morceau-titre instrumental, à vrai dire – avec son piano en syncopes chromatique, son orgue qui imbibe – me rappellerait presque certaines des plages les plus "disques de jungle" de Sun Ra, dans une version prise au plus près de l’os – en plein dans la viande, c’est à dire, en intramusculaire. Cette espèce de dévoiement des romances exotiques d’Hollywood, la fin coupée puis retournée pour que le danger demeure, ne soit pas neutralisé – chez le vieux Sunny c’étaient les "Sauvages" qui gagnaient, posaient leurs villes stellaires dans les clairières nettoyées des soi-disant "civilisateurs" avec leurs barrières ; ici, ce sont les voyous – qui fusent depuis la rue, la cave, pour enflammer le pub, les têtes, les tripes. Tout reste concis – et le titre Gallon Drunk, qui suit le morceau cité, crache sa saturation, fait sauter les transfos. Eux-mêmes les font tranchées, leurs métaphores – simples, compactes. L’Œil du Cyclone, La Tornade. L’album d’origine, d’ailleurs, s’arrête sur celle-là, qui laisse aussi en vrac que la tourmente citée. Mais heureux, voyez-vous, d’en être exorbités. (Et les plages ajoutées, sur les rééditions les plus récentes – démo, bouts de concerts… – ne sont pas venues non-plus pour nous laisser dormir).

note       Publiée le mercredi 4 octobre 2017

Dans le même esprit, Dioneo vous recommande...

partagez 'You, the Night... and the Music' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "You, the Night... and the Music"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "You, the Night... and the Music".

ajoutez une note sur : "You, the Night... and the Music"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "You, the Night... and the Music".

ajoutez un commentaire sur : "You, the Night... and the Music"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "You, the Night... and the Music".