Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAnglagärd › Epilog

Anglagärd › Epilog

cd | 6 titres

  • 1 Prolog [2:00]
  • 2 Höstsejd [15:32]
  • 3 Rösten [0:14]
  • 4 Skogsranden [10:48]
  • 5 Sista Somrar [13:10]
  • 6 Saknadens Fullhet [2:00]

enregistrement

Studio Largen, Suède, 29 juillet - 28 août 1994

line up

Mattias Olsson (batterie, percussions), Johan Högberg (basse), Thomas Johnson (orgue Hammond, mellotron, claviers), Jonas Engdegård (guitare), Tord Lindman (guitare), Anna Holmgren (flûte)

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
renouveau symphonique

Des chanceux qui possèdent les deux seuls albums d'Anglagärd, beaucoup préfèrent "Hybris", leur premier, à "Epilog", leur second. L'effet de surprise dissipé, le groupe y poursuit néanmoins son exploration fidèle et quasi lithurgique de la musique qui l'a inspiré. Pourtant, une différence de taille donne à mes yeux un large avantage à leur ultime testament ; c'est que "Epilog", contrairement à "Hybris", n'accorde pas la moindre place au chant. Ce chant suédois, pourtant mal assuré, et qui donnait ce charme particulier à leur premier album qui avait, du coup et par moments, des airs de bande son de chants traditionnels issues des Terres du milieu. Ces histoires hantées et/ou enchantées, Anglagärd va s'employer à nous les narrer de fort belle manière par le biais de mélodies à la lourde charge émotionnelle qui, en définitive, en content bien plus que n'importe quel chant, qu'il soit suédois ou autre d'ailleurs. Orgue et mellotron dessinent des nappes brumeuses et inquiétantes d'où surgissent des filets de flûte comme autant de rayons de soleil qui traversent la dense forêt de feuilles qui recouvrent ces bois. La rythmique implaccable de Mattias Olsson et Johan Högberg représentent les chevaliers qui tracent à toute allure à travers ce paysage d'inspiration médiévale, alors que les guitares de Jonas Endegard et Tord Lindman sont les glaives qu'ils portent à bout de bras et qui, à tout moment, sont prêts à fendre l'air pour faire parler leurs lames. Les moments de troubles et de discordes s'unissent dans un maelström à l'explosivité inénarrable et sont contrebalancés par des mélodies aussi troubles que tendues, chargées jusqu'à plus soif de regrets et d'amertume, d'une tristesse inconmensurable qu'aucune aide ne pourra apaiser. "Epilog" se vit comme le dernier souvenir d'une bataille menée avec courage et abnégation, jusqu'à ce que mort s'en suive. Un prologue et un épilogue aussi émouvants l'un que l'autre délimitent les pièces musicales que sont "Höstsejd", "Skogsranden" et "Sista Somrar" et qui mènent Anglagärd à son apothéose. Un chef d'œuvre absolu et inégalable.

note       Publiée le jeudi 25 juillet 2002

partagez 'Epilog' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Epilog"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Epilog".

ajoutez une note sur : "Epilog"

Note moyenne :        27 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Epilog".

ajoutez un commentaire sur : "Epilog"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Epilog".

Dun23 › vendredi 15 janvier 2016 - 10:54  message privé !

Rahhhhh! Enfin officialisé! Faut maintenant que je me mette au Suédois pour comprendre les notes du livret!

Note donnée au disque :       
Akerfeldt › vendredi 16 novembre 2012 - 13:14  message privé !

Putain j'étais dans les parages et je n'y suis pas allé ... Et pourtant je suis un habitué de Crescendo ... Mais jamais j'aurai pensé que le grand Anglagard aurait pu y être !

Scissor Man › jeudi 5 juillet 2012 - 18:43  message privé !

Merci pour ton avis, j'irais aussi pour Anglagard ; me reste plus qu'à réparer ma bécane. ça va ressembler à "Mammuth" mon histoire.

Aladdin_Sane › jeudi 5 juillet 2012 - 16:06  message privé !

En regardeant la programmation, j'ai vu qu'il y avait également Minimum Vital, un groupe français (qui commence à avoir de la bouteille) inspiré notamment par Yes et Haken, un groupe de métal progressif assez récent, mais qui commence à se faire une petite réputation dans le milieu du progressif. Je vais faire le déplacement pour Anglagard surtout, je pense que c'est une occasion unique de voir ce groupe "mythique" en France (et gratuitement qui plus est).

Note donnée au disque :       
Scissor Man › jeudi 5 juillet 2012 - 13:05  message privé !

Quelle bonne nouvelle… je serais dans les parages à ce moment. L'affiche du festival a de la gueule même si je connais aucun des autres groupes. Aladdin, le reste de la programmation te dit quelque chose ?