Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTBjørn Torske & Prins Thomas › Square One

Bjørn Torske & Prins Thomas › Square One

lp | 8 titres | 48:08 min

  • 1 On U [6:45]
  • 2 Arthur [7:05]
  • 3 12 Volt [9:24]
  • 4 Arthur's Return [2:58]
  • 5 K16 Del 1 [5:59]
  • 6 Steintongt [5:03]
  • 7 Kappe Tre [6:10]
  • 8 K16 Del 2 [4:44]

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré au Tåkeheimen Studio, Oslo.

line up

Bjørn Torske (électronique, mix), Prins Thomas (électronique, mix)

chronique

Styles
ambient
electro
krautrock
techno
house
Styles personnels
disco-prog tribal

Retour à la case départ pour Bjørn Torske et Prins Thomas, les deux créateurs d’électro norvégienne qui avaient longtemps cherché, après une première rencontre infructueuse au milieu des nineties, à graver dans le marbre sinusoïdal une preuve de leur amitié musicophile. Ces fans de techno de Détroit, passés maîtres-esquiveurs d’étiquettes classiques, finissent par présenter en juillet 2017 leur bébé électronique tant attendu. Sur le faire-part, un album de disco d’un monde parallèle – voire même un recueil de bœufs d’avant-disco abstraite free-form (dit comme ça, avouez que ça vous émoustille), judicieusement baptisé Square One ; le fruit d’une passion, l’aboutissement d’un gros travail d’échantillonnage, bref, un moment marquant de leurs vies respectives. Or dans les faits, si ce double-disque mérite effectivement qu’on s’y attarde, l’élément purement disco se fait plus discret qu’annoncé. On le retrouve ici ou là, un rythme de charleston, une syncope dans la ligne de basse, l’ombre d’un gimmick (surtout dans "Arthur") ; mais la volonté de célébrer ces prods kitsch de leur enfance reste en filigrane, puisqu’à l’écoute, c’est davantage une sorte de house progressive à forte tendance tribal ambient qui l’emporte. En ce sens, le visuel de la pochette résume très bien le contenu : la gestation de couches multiples, repiquées et remixées à partir d’un concert de 2015, donnent à voir un visage assez ludique du duo osloïte qui ne manque pas de délivrer du son mariné aux petits oignons. Impossible de savoir d’avance où mènent chacune des pistes, puisqu’à chaque superposition, les boucles électroniques ajoutent un petit élément de surprise, d’inattendu ; downtempo, dub, trip-hop et krautrock à la fois (et une petite guitare space-rock pour la route). Réalisé avec des "ciseaux très ronds", le montage cale un environnement humide sur des pulsations bien réglées, des instrumentations synthétiques et des percus afro-brésiliennes plutôt décontractées. Jouant avec la nostalgie, mais pas avec nos nerfs. Selon l’heure du jour (ou de la nuit) où l’on écoute Square One, il y a soit la déception d’un album qui manque de punch, soit le contentement d’un plaisant voyage auditif vers un sommeil satisfait. Au choix.

note       Publiée le jeudi 21 septembre 2017

partagez 'Square One' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Square One"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Square One".

ajoutez une note sur : "Square One"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Square One".

ajoutez un commentaire sur : "Square One"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Square One".