Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNekizm › Hayvanat

Nekizm › Hayvanat

téléchargement | 3 titres | 16:14 min

  • 1 Hayvanat [5:23]
  • 2 Uzay [6:49]
  • 3 Sabit Kabuslar [4:02]

enregistrement

Enregistré à Hayyam Stüdyoları.

line up

Alican İpek (chant, synthétiseurs, piano), Yankı Bıçakçı (batterie, choeurs) Arda Erboz, (guitare électrique), Ozan Kısaparmak (basse), Ertuğrul Güney (guitare électrique), Korhan Futacı (saxophone), Burak Irmak (synthétiseur, clarinette), Yasemin Özler (violoncelle)

remarques

https://soundcloud.com/baykus-music/uzay

chronique

Styles
rock
progressif
metal
jazz
Styles personnels
sombre et expérimental

C’est drôle comme parfois, il suffit des premières secondes pour savoir que tout va parfaitement bien se passer. En parler, c’est autre chose. A moins de se jeter dans les plus odieuses des métaphores, métonymies et autres figures de style usées jusqu’au trognon. On aurait plus vite fait de balancer des références, ce qui est à la fois facile, réducteur et un peu le degré zéro de l’écriture critique. Ecrire sur la musique, quelle plaie. Au lieu de ça, l’intérêt serait d’écrire musicalement. Oh et puis allez, dans ce deuxième EP de Nekizm, formation underground stambouliote des plus excitantes, y a du Crimson de la période Red, y a aussi les remontées de métal et de jazz-prog à la Kayo Dot, sans compter ce chant doux, presque suave bien qu’un peu inquiet qui habite des moments quasiment élégiaques de transitions entre deux eruptions de riffs dissonants. Et puis l’influence plus ou moins certaine de Gevende, compagnons de label. C’est le problème des références, quand on en balance une qui elle-même n’évoque pas forcément grand chose, mais Gevende quoi, le très grand groupe de folk-prog avant-gardiste d’Eskişehir aux cordes de ciel d’averse qu’on retrouve ici, tout autant que les dynamiques tortueuse des compositions, sinueuses à souhait. Avec, arrivé pour ce nouvel enregistrement, le saxophoniste Korhan Futacı, qui exerce ses talents aussi bien au sein du groupe de free-jazz et musique improvisée Konstrukt qu’auprès de la chanteuse pop exigeante Yasemin Mori, qui apporte ses couleurs et tonalités aux passages les plus chaotiques. Une atmosphère de prog de chambre lugubre aussi, aux percussions de vieille demeure hantée, revoilà de l’imagerie à défaut de vraiment parler musique, mais ce « Sabit Kabuslar » ferait tout à fait son office dans une playlist auprès d’un titre d’Estradasphere dernière période, avec ses breaks jazz de gitan grimaçant et un chant bien déprimé à se planquer sous les couettes pour éviter les cauchemars. Bref, en trois titres et un gros quart d’heure, c’est du sombre et expérimental en barre, ça vient d’Istanbul et si ce fatras de références et de d’adjectifs qualificatifs ne suffit pas à donner envie, c’est bien la preuve qu’écrire sur la musique est parfaitement inutile.

note       Publiée le samedi 7 octobre 2017

partagez 'Hayvanat' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Hayvanat"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Hayvanat".

ajoutez une note sur : "Hayvanat"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hayvanat".

ajoutez un commentaire sur : "Hayvanat"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hayvanat".