Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRPaul Roland › White zombie

Paul Roland › White zombie

cd • 16 titres

  • 1Song Of The Black Toad
  • 2Summoner Of Souls
  • 3Ti Bon Voodou
  • 4Are We Not Men?
  • 5Wanga Wanga
  • 6Sugar Mill Scene
  • 7Papa John
  • 8Bitter Sleep (Funeral In The Road)
  • 9A Ring Of Silver Coins
  • 10Wake Madelena Wake
  • 11Baron La Croix
  • 1220 Years Ago
  • 13Chant of the Black Cockerel
  • 14Summoning Baron Samedi
  • 15...Servants Of The Spirits
  • 16Mambo Jo

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Paul Roland (chant, choeurs, guitare sèche)

Musiciens additionnels : Alessandro Austoni, Beppe Lombardo (guitare électrique), Alberto Callegari, Annie Barbazza (basse), Massimo Marchini (basse, guitare, E-Bow, percussions), Camillo Mozzoni (hautbois), Paola Tagliaferro (incantations), Lorenzo Trecordi (guitare, flûte), Annie Barbazza (batterie, percussions, choeurs), Sergio Nachira (percussions, choeurs), Annie Barbazza (chant féminin), Alberto Crosio, Claudio Milano, Priska, Warm Morning Brothers (choeurs), Paolo Tofani (trikanta veena)

remarques

chronique

Quel thème occulte notre cher Paul Roland a-t-il décidé d’explorer cette fois ? Le vaudou, mes chers petits amis. Bayous, Baron Samedi, zombies, moiteur marécageuse et toute la clique ont inspiré notre Anglais qui nous livre un album franchement excellent dont la petite patte, puisque chaque opus en a une, est le jeu des percussions forcément un peu exotique et l’intervention de choeurs rituels. Le vaudou est un domaine aussi fascinant que terrifiant qui a engendré nombre de films d’épouvante ou de livres du style; plus que la peur, c’est le mystère que cherche à insuffler Paul Roland à son disque, comme pouvait le faire Jules Vernes avec ses écrits mais version macabre. Mêlant adroitement électricité et instrumentation acoustique, l’Anglais nous emmène dans un univers moite où les moustiques, les pattes de coq et les prêtresses en transe mènent la danse. Des morceaux tels que ‘Sugar mill scene’ ou l’inquiétant ‘A ring of silver coin’ sont si évocateurs avec leurs percussions exotiques qu’ils pourraient servir de bande-son à un film des années 30. Les incantations de Paola Tagliaferro sont du plus bel effet (perso, j’adore ces psalmodies en ‘patois’ vaudou) renforçant l’atmosphère de compositions comme ‘Song of the black toad’, ‘Ti bon voodou’, ‘Baron La Croix’ ou ’Wanga wanga’. Bien qu’on reconnaisse la griffe Paul Roland, ce parti pris exotique colore ce disque de sonorités relativement neuves dans la carrière de l’Anglais prouvant à quel point il est encore capable de se renouveler et nous surprendre. Etonnamment, les chansons d’écriture plus typique sonnent presque hors de propos malgré leur qualité (‘Wake Madelena wake’, ’20 years ago’, ‘Summoner of the souls’) tant les autres forment une trame cohérente musicalement, angoissante parfois. ‘Baron Samedi a du goût pour les belles choses’, Paul Roland aussi…

note       Publiée le jeudi 20 juillet 2017

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "White zombie".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "White zombie".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "White zombie".

dingo70 › lundi 6 novembre 2017 - 19:00  message privé !

Avec Paul Roland nous sommes évidement habitués aux albums inspirés et variés , cet album confirme le talent et la longévité du bonhomme.C'est ici une vraie bande son du film américain "White Zombie" sorti en 1932 , c'est après l'album "Hexen" la deuxième fois que Paul Roland s'inspire d'une oeuvre cinématographique mais toujours avec succès.

Note donnée au disque :