Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThou › Ceremonies of Humiliation

Thou › Ceremonies of Humiliation

3xlp • 14 titres • 87:55 min

  • 1Unmasked02:02
  • 2Here I Stand Head in Hand08:03
  • 3Rats and Mice and Swarms of Lice05:51
  • 4The Defeatist's Lament02:51
  • 5Smoke Pigs05:00
  • 6Black Steel in the Hour of Chaos06:00
  • 7Fleurs de Mal06:19
  • 8Loneliness Dances in the Gorgon's Stare08:42
  • 9Don't Vote03:03
  • 10Shorties with MP40s (the Personal Is the Political)07:08
  • 11I Am the Leviathan05:37
  • 12The Eyes of the World are Upon You10:20
  • 13The Song of Illuminate Darkness12:01
  • 14Reprise04:54

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Compilation de titres extraits de splits antérieurs à l'album "Summit". Pistes 1-4 : Extraits du split avec Leech "We Pass Like Night... From Land To Land". 5 : extrait du split avec Black September "Thrive And Decay". 6 : extrait du split avec Haarp "Reincarnation Prayer". 7 et 8 : extraits du split avec Moloch "Tears That Soak A Callous Heart". 9 à 11 : extraits du split avec Mohoram Atta "Degradation Of Human Life". Piste 12 : extrait du split avec The City Is the Tower "Dwell In The Darkness Of Thought And Drink The Poison Of Life". 13-14 : extraits du split avec Salome "Our Enemy Civilization".

line up

Thou

remarques

Sorti en triple vinyle, double cd, téléchargement sur les bandcamp des labels. Illustration de la version vinyle par Chris Killip (« Tyneside », 1976).
Coédité par Vitriol, Dead Tank, Bloated Veins. Edition cd par Gilead Media.

chronique

Styles
hardcore
sludge
metal extrême
doom metal
Styles personnels
midlife crisis ristretto

J’ai beau regarder dans tous les sens, je n’en vois aucun, de sens, mais surtout une succession de mauvaises volontés, de méchanceté gratuite, de vengeance contre des personnes choisies par procuration étant donné que la lâcheté coûte moins cher, est moins douloureuse pour soi à court terme, moins susceptible a priori d'imposer un suivi, un retour, un bilan. C’est qu’on voit tout à court terme, à moins qu’un enfant vingt ans après, un électeur trente ans après ou un embastillé au bout de sa vie vous chie à la gueule tout ce que vous lui avez chié à la gueule en vous disant « pfff c’est rien ». Des cérémonies d’humiliation c’est rien, c’est rien. Ben alors ? Ben alors acheter trois vinyles pour ne jamais les écouter, avoir des envies de meurtre parce que la justice n’a pas été suffisante et se tourner vers bandcamp pour enfin écouter cette dégueulasserie dans les enceintes sans lever son gros cul pour retourner ces vinyles stupides et encombrants, faire enfin la part des choses entre la coquetterie et le besoin de haine à volonté c’est peut-être, enfin, se dire qu’on est juste un connard haineux de plus qui écoute du sludge ou quoi que ce soit d’autre bande d’enculés, juste pour se sentir moins seul, vu qu'il est trop grand pour sucer son pouce et pas assez souple pour se sucer la bite. Je vous hais, je me hais, la fin n’aura jamais de fin, cette planète est un putain d’enfer, le prochain, l'ami, l'ennemi sont habités par le besoin d’acheter, des myriades de clins d’œil marketés entre deux productions d'ogives et de sourires carnassiers se développent entre les interstices d’un Eden perdu ou pour toujours imaginé comme un produit conforme à ce qui est attendu, le regard de la marchandise entre les intervalles d’un Enfer qu’on aurait voulu autrement mais ce ne sera pas possible car on sera écrasé par le poids de trois vinyles que jamais on ne sortira de ce putain de slipcase débile, et que les MP3 320kputes ça marche aussi bien, sur mon joli ordinateur ayant coûté pour sa production j’imagine la vie de quelques personnes et de nombreux animaux. Je suis seul face à Thou, mon Dieu, mon Fromage, on crie, « l’amitié par dessus tout, pour toujours 1999 », des vieilles connaissances viennent comme des mouches s'agglutiner sur les yeux et la bouche, les lèvres, les pieds, ils mettent leurs masques de quand j'avais quatre quatorze vingt quatre ans, et on s’écoute comme un pauvre type cette compilation de splits etc. de Thou, très longue, et débordant de haine, juste pour se dire quoi ? Qu’on est quoi ? Plus ? Moins ? 88 minutes d'oubli de soi pour se complaire dans ce qu'on juge définitivement innommable ? Moi ? Autre chose ? RAAAAAH. Sinon : FOUTRE Dieu, que ça fait du bien de dégueuler 40 années de rancœur comme ça. Merci, Thou (encore une fois). Et vu que la vie se termine comme elle peut, j'enchaine les six boules sans raison.

note       Publiée le jeudi 13 juillet 2017

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ceremonies of Humiliation".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ceremonies of Humiliation".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ceremonies of Humiliation".

microbe666 › jeudi 15 octobre 2020 - 21:33  message privé !

Origine de la pochette https://next.liberation.fr/culture/2020/10/14/mort-de-chris-killip-photographe-de-la-desindustrialisation-anglaise_1802323

microbe666 › jeudi 15 novembre 2018 - 11:22  message privé !

addictif

microbe666 › dimanche 14 octobre 2018 - 09:27  message privé !

sur la version 2CD il y a aussi les EP Malfeasance-Retribution et Baton Rouge, ce qui amène la durée de la compil au-delà des 2 heures ! Le livret contient les paroles commentées, et donc "Yes ! Kill cops--and start with the one living inside your head"

vincenzo › lundi 17 juillet 2017 - 17:16  message privé !

Un côté Indian pour moi, en moins bien... Bon faut que je réécoute...

Klarinetthor › vendredi 14 juillet 2017 - 17:48  message privé !

Ils sont quand meme bizarre leur songwriting et leur panoplie de riffs.