Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUndergang › Misantropologi

Undergang › Misantropologi

cd | 10 titres | 28:27 min

  • 1 Efter obduktionen [03:15]
  • 2 Sygelige nydelser (del I) Apotemnofili [01:16]
  • 3 Klynget op i en galge af egne indvolde [02:14]
  • 4 Skåret i småstykker [04:21]
  • 5 Lymfatisk drænage [02:32]
  • 6 En bedemands bekendelser [03:10]
  • 7 Væskende sår [02:34]
  • 8 Sygelige nydelser (del II) Tafefili [01:27]
  • 9 Tvangsfodret pigtråd [04:57]
  • 10 The Chasm (Disgrace tribute) [02:41]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré, mixé, masterisé par Greg Wilkinson, Earhammer Studio, juillet-aout 2016.

line up

Sam Osborne (basse), Anders Pedersen (batterie, piano [6]), David Mikkelsen (voix, guitare).

remarques

Sorti en cd, téléchargement sur bandcamp (Dark Descent), cassette (Extremely Rotten Records), vinyle (Me Saco un Ojo Records).
Illustration par David Mikkelsen.

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
plus de vie ? dommage !

C’est l’été, je m’écoute du Stranglers, du Television histoire de narguer le soleil, pour lui dire que c’est pas tous les jours lui le champion et que moi aussi je sais me faire « jupitérien ». Pouet ! « Hé, il est pas censé écrire sur du métal de l’extrême avec un accent circonflexe ? » Bé oui, donc, qu’est ce que je m’écoute comme métal qui proute quand je ne sais plus quoi écouter comme métal qui blanc de poulet ? Eh bien du métal qui rote, tel Disma, tel Putrevore, Avulsed, les vieux machins finlandaaawwwwwuuuuggh, des histoires de limaces, de chaines, de tourelles qui pétaradent comme des gargouillis de fond de bidet. Ou alors je m’écoute du Undergang, qui me fut à l’époque de sa découverte assez neuf, mais qui maintenant commence à bien se tailler un nom dans le gras des cadavres zombies biomécanisés de la mort qui fouette, au fond à gauche après le canal à dégueulis, ayant sorti un petite palanquée de bouffe à mouches, et, je sais pas vous, mais elles sont de plus en plus nombreuses et, j'en suis persuadé : elles domineront un jour le monde. Quoi, ce n’est pas assez imagé ? Ben allez, je continue. Brouette à scrotum, pelleteuses à purin de fonds de latrines type "épidémie de choléra" remplies jusqu’à la gueule de basse sous accordée purulente, mycoses à tous les étages, régurgitations proches du gore grind, mais avec l’esprit encore bien punki crouti, depuis que certains anglais dont les initiales sont BT ont eu l’idée de refaire le monde à base de crasse et de groove pataud un peu dydydidi… di… dis, mais aussi de guerres sublimées contre… contre… euh… contre des trucs. Undergang, groupe danois, partageant au moins l’œsophage du mec de Phrenelith, mais donnant donc plus dans ce que fut un jour le death metal dans certains lieux à savoir quelque chose de très très simple, très guttural, comme a su le faire Obituary sur leur premier album, à savoir la simulation de la digestion, et, peut-être, du bruit que produit un os qui lentement craquèle sous la puissance du temps qui passe, et du soleil qui chie ! Reuh.

note       Publiée le mardi 11 juillet 2017

partagez 'Misantropologi' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Misantropologi"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Misantropologi".

ajoutez une note sur : "Misantropologi"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Misantropologi".

ajoutez un commentaire sur : "Misantropologi"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Misantropologi".

born to gulo › mercredi 12 juillet 2017 - 07:09  message privé !

Exactely.

Note donnée au disque :