Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDying Fetus › Wrong One to Fuck With

Dying Fetus › Wrong One to Fuck With

cd | 11 titres | 53:59 min

  • 1 Fixated on Devastation [04:05]
  • 2 Panic Amongst the Herd [03:18]
  • 3 Die with Integrity [05:14]
  • 4 Reveling in the Abyss [06:29]
  • 5 Seething with Disdain [05:33]
  • 6 Ideological Subjugation [05:19]
  • 7 Weaken the Structure [05:01]
  • 8 Fallacy [04:30]
  • 9 Unmitigated Detestation [05:20]
  • 10 Wrong One to Fuck With [04:52]
  • 11 Induce Terror [04:18]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Produit par Dying Fetus et Steve Wright. Enregistré et mixé aux studios Wrightway, Baltimore, Maryland, Etats-Unis. Masterisé par Tony Eichler au Goldtone MasterWorks.

line up

John Gallagher (guitare, voix), Sean Beasley (basse, voix), Trey Williams (batterie)

remarques

Sorti en cd, vinyle, fichiers téléchargeables sur bandcamp.

chronique

"- Hé cousin ! C'est quoi que t'écoutes ? - Dying Fetus, c'est du métal, regarde !". Oui ! Dying Fetus c'est du métaaaaaaaal, comme ils le disent à la fin du clip de « Kill your Mother Rape your Dog » à jouer le morceau au milieu d'une déchetterie de… de… METAAAAAAL. Et Dédé, c'est quoi le groupe de METAL que t'as le plus vu en concert ? « Dying Fetus » (c'est du métal). Ça vient du Maryland, c'est l’État où se passe la série « The Wire » pour situer l'ambiance, et c'est aussi un groupe qui a vu passer des dizaines de virtuoses, parce que Dying Fetus joue ce qu'on appelle du brutal death plein de groove, qui donne envie de bouger son popotin quand il faut tout en piétinant un indésirable (en l'occurence, souvent, les mêmes méchants que dans les morceaux de Napalm Death), et qui balance des sorties et emprunte des tournées tel un Scorpions américain, jusqu'à ce que la mort suive l'agonie du fœtus mourant devenu enfant mourant, puis adolescent mourant, puis, s'il a un peu de chance, adulte mourant ! J'avais un peu laissé tomber leurs sorties restant toujours collé au «Destroy the Opposition» et aux œuvres des rejetons comme Misery Index, mais je continue de lire la presse Messieurs Dames, et je continue de voir les bouts de buzz s'agglomérer lors de leurs sorties, notamment celle de « Descend Into Depravity » qui avait mis « tout le monde d'accord » comme on le dit au village. Et ici en 2017, on est toujours d'accord ? Ben on va checker. Breaks de oufs qui groovent pour funker un pichet de bière à la main : OK. Solos type vol du bourdon (basse ou guitare) : OK. Batteur poulpe : ben oui. Envie de prendre son PC et le détruire à coups de battes de base-ball comme un gangster ? Foutre yes ! Alors, si pour vous, le monde est toujours aussi mal fait, que le métal a toujours son mot à dire sur les entrailles de la bêtise et de la haine, qu'un guitariste qui shredde en growlant comme un porc c'est cool avec de la quadruple (c'est de la double en double), bien sûr que ce dernier Dying Fetus est prévu pour vous ! Hé, en tout cas il est prévu pour moi ! Raggggggghhrrr ! Faut pas trop baver sur les rouleaux non plus comme dirait l'autre.

note       Publiée le jeudi 6 juillet 2017

partagez 'Wrong One to Fuck With' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Wrong One to Fuck With"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Wrong One to Fuck With".

ajoutez une note sur : "Wrong One to Fuck With"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Wrong One to Fuck With".

ajoutez un commentaire sur : "Wrong One to Fuck With"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Wrong One to Fuck With".

boumbastik › jeudi 6 juillet 2017 - 18:02  message privé !

A Bordeaux le 10 novembre prochain. Ville gutsienne 2017, on vous dit !

Rastignac › jeudi 6 juillet 2017 - 16:44  message privé !
avatar

C'est quand même du bon bourrinage mais aérien, comme un biscuit de savoie réussi.

PS : Je viens de me rendre compte que je ne suis pas le seul chroniqueur à avoir checké ce qu'il attend de son foetus. Comme quoi, cet album quand même arrive un peu à faire converger quant aux attentes...

Note donnée au disque :       
dimegoat › jeudi 6 juillet 2017 - 16:40  message privé !

Plus laborieux, moins fluide (amniotique) que Reign Supreme. Je suis un peu déception mais je vais quand même l'écouter un peu pour préparer leur tournée.