Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCall › Obsession

Call › Obsession

cd | 10 titres

  • 1 Prelude
  • 2 Dark angel
  • 3 Lady of death
  • 4 Mutilation
  • 5 Lick slave
  • 6 Obsession
  • 7 Dark room
  • 8 Submission
  • 9 Lick slave 2
  • 10 Katharsis

line up

Dietmar Percht (chant, électronique, effets, programmation), Petra (chant féminin, guitare)

chronique

Styles
ebm
indus

La Belle et la Bête, voilà qui résumerait (de façon un brin simpliste) la différence entre Die Form et Call. Pourquoi les comparer ? Parce qu’outre la dualité homme/femme, les deux projets tournent autour du fétichisme et ses implications émotionnelles, symboliques, philosophiques, érotiques. Là où Philippe Fichot et Eliane P. privilégient une approche raffinée, nuancée, trouble, de cette dualité complémentaire entre désir et douleur, Dietmar Percht et Petra préfèrent l’attaque frontale, crue, grinçante, lourde…Les Français incarnerait l’aspect Salon, les Autrichiens, les backrooms. Rien de péjoratif, juste une précision des contours. Call aime taper dans le lard (les titres d’albums sont explicites, ‘Domina’, Flesh’), d’où une musique moins froide, moins synthétique. Le duo se plait à osciller entre une approche EBM dure (‘Dark angel’, ‘Lick slave’ qui sonne comme du Hocico avant l’heure) et des chansons plus angoissantes, pesantes (‘Lady of death’, ‘Obsession’), voir carrément indus dans le rendu (‘Submission’); le chant masculin trafiqué à l’extrême, l’ajout de guitare apportent une touche industrielle crissante à l’ensemble qui sied plutôt bien à la portée agressive de la musique. Une agressivité qui n’est pas sans jouer sur un brin de retenue pourtant. Nous sommes loin de l’effeuillage ou des caresses de cravache, cela n’empêche pas pourtant un vrai soin apporté aux sonorités et aux structures des morceaux, sans oublier l’intervention de la voix féminine, angélique, dans ce bloc de noirceur qui complexifie la portée de la musique. Le syndrome du ‘De Profundi’ en somme. Voilà qui permet à ‘Obsession’ de bien tenir le test du temps vingt ans plus tard et d’évoquer les grandes heures de l’indus EBM des 90’s (Yelworc, Mentallo and the Fixer, AmGod, Placebo Effect…). Certains scalpels découpent délicatement, d’autres adorent trancher les chairs; Call appartiendrait plutôt à la seconde catégorie.

note       Publiée le mardi 4 juillet 2017

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Obsession' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Obsession"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Obsession".

ajoutez une note sur : "Obsession"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Obsession".

ajoutez un commentaire sur : "Obsession"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Obsession".

born to gulo › mardi 4 juillet 2017 - 17:46  message privé !

Un peu brutasse, oui ; réécouté y a pas si longtemps, ça me frappe moins, mais à l'époque, sur des compiles, j'avais trouvé ça assez ahurissant de bourrinisme.