Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRadio Werewolf › The 1st official album

Radio Werewolf › The 1st official album

bandes | 10 titres

  • 1 Intro
  • 2 Radio Werewolf
  • 3 Charlie's girls
  • 4 Golden age of horror
  • 5 Triumph of the will
  • 6 The final curtain
  • 7 The night
  • 8 1960 Cadillac hearse
  • 9 Buried alive
  • 10 Pogo the clown

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Nikolas Schreck (chant), Evil Wilhelm (batterie), James "Filth" (basse), Paul F. Antonelli (orgue)

chronique

Incroyable mais vrai, Guts vous présente un album qui n’existe pas officiellement ! Je ne parle pas d’un pirate mais bel et bien de bandes à priori uniquement disponibles via le net (sous l'oeil compatissant des musiciens) responsables (coupables ?) pourtant de l’aura maléfique et du statut culte aujourd’hui intacts du groupe connu sous le nom de Radio Werewolf. Je doute en effet que les albums souvent médiocres (exception faite de ‘Fiery summons’) produits par la suite aient beaucoup contribué à la réputation sulfureuse du combo qui en était encore un à l’époque, avec de vrais musiciens, ce qui s’entend. Jouant avec un macabre hérité de l’horreur série B joué sans une once d’humour (quoique), une admiration provocatrice (mais apparemment sincère) pour Charles Manson et un goût pour une esthétique satanico-totalitaire, Radio Werewolf se distinguait principalement par son orgue capable de donner aux chansons une ‘coloration’ tantôt glauque, tantôt décadente (on sent que les musiciens ont pas mal écouté Sinatra, le music-hall hollywoodien, mais ils ont trouvé plus drôle d’y adjoindre des candélabres, du velour rouge et de plomber le ton). On y découvre également un Nikolas Schreck excellent chanteur (à se demander ce qui lui est arrivé ensuite) dont le timbre sombre, voir sépulcral, achève de planter le clou dans le cercueil. Ce disque donne l’impression de pénétrer sous un chapiteau gothique dont le maître de cérémonie serait une version nazie de Dracula pour un show assez varié dans ses ambiances: des influences 60’s de l’excellent ‘1960 Cadillac hearse’ à la déconne militaire/cabaret de ‘Triumph of the will’ en passant par la marche funèbre de ‘Buried alive’ ou la magnifique première version de ‘The Night’, Radio Werewolf assume pleinement sa provocation mi sérieuse-mi sulfureuse, tisse des climats solides et des mélodies en béton armé à la gloire du macabre et de l’occulte. On a beaucoup jasé sur la portée réelle (toute américaine finalement, à la LaVey, donc kitsch) de ce groupe se faisant huer dans le talk-show poubelle de Wally George parce qu’il affirmait que Charles Manson était le ‘plus grand prophète de notre époque’, présent avec maquillage de Bela Lugosi (et monocle) sur le plateau de l’émission de Tom Metzger (suprémaciste blanc notoire), arborant des swastikas à ses concerts sous la bannière du Radio Werewolf Youth Party tout en jouant son rôle version zombie lors d’une bar mitzvah dans le nanar ‘Mortuary Academy’…Tout pour devenir culte. Radio Werewolf, le combo plus goth que goth toujours aux limites du ridicule et du terrifiant. Mais avec un disque pareil, pourquoi hésiter ? Si seulement un mauvais génie avait la bonne idée de le sortir dans une version physique avec un son potable !

note       Publiée le jeudi 29 juin 2017

partagez 'The 1st official album' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The 1st official album"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The 1st official album".

ajoutez une note sur : "The 1st official album"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The 1st official album".

ajoutez un commentaire sur : "The 1st official album"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The 1st official album".