Vous êtes ici › Les groupes / artistesJThe Jesus And Mary Chain › Damage and Joy

The Jesus And Mary Chain › Damage and Joy

cd • 14 titres

  • 1Amputation
  • 2War On Peace
  • 3All Things Pass
  • 4Always Sad
  • 5Song For A Secret
  • 6The Two Of Us
  • 7Los Feliz (Blues And Greens)
  • 8Mood Rider
  • 9Presidici (Et Chapaquiditch)
  • 10Get On Home
  • 11Facing Up To The Facts
  • 12Simian Split
  • 13Black And Blues
  • 14Can't Stop The Rock

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Produit par Youth et les Jesus and Mary Chain

line up

Jim Reid (chant, musique), William Reid (chant, musique)

Musiciens additionnels : Phil King (guitare additionnelle), Brian Young, Chris Phillips (batterie), Bernadette Denning, Linda Reid, Isobel Campbell, Sky Ferreira (choeurs féminins)

remarques

chronique

Styles
pop

Comment expliquer à un ado contemporain le concept de ‘l’excitation ressentie quand un groupe que l’on a suivi se repointe des années après, un nouveau disque et des concerts sous le bras ?’. Pas évident à décrire à qui n’a pas passé des après-midis dans une piaule enfumée (ou non, ça marche aussi avec le politiquement correct) avec des potes à enchaîner les canettes et les disques sur la platine. Me concernant, les Jesus and Mary Chain ne sont pas l’exemple le plus pertinent car si l’image de la chambre pleine de jeunes goths avachis et échevelés colle assez avec ‘Psychocandy’ qui nous a bien déchiré les oreilles, de même que la compilation ‘Barbed wire kisses’ ou le spleen pluvieux de ‘Darklands’, ils ne sont pas le groupe que j’ai suivi avec le plus d’assiduité. Ils ont suffisamment compté néanmoins pour que mon coeur fasse un petit sursaut à l’annonce d’un nouvel album après quand même dix-neuf ans de silence ! D’ailleurs, la (laide) pochette avec soupe aux lettres comme quand on était petits et malades au lit a tout pour se la jouer madeleine de Proust, non ? Ok, les frères Reid avaient amorcé la chose en se réconciliant, reformant le groupe par la même occasion en 2008 mais tout de même…Une chose est sûre, ces mecs ont le don de faire mentir le temps car ce skeud aurait pu être enregistré en 1999 qu’on n’y aurait vu que du feu. The Jesus and Mary Chain au final ne savent faire que du Jesus and Mary Chain même s’ils ont prouvé qu’ils pouvaient décliner la formule et ‘Damage and Joy’ ne dément pas la démarche. Oscillant entre ballades cotonneuses (pour ne pas dire guimauves) post-Velvet (‘Los Feliz’) et chansons plus pêchues (‘Amputation’, ‘War on peace’), nos Ecossais nous recrachent leur amour du Velvet Undeground, d’une forme de pop profonde avec un zeste de psychédélisme. Plus grand chose des écorchures des années 80, le cru 2017 est léger…Pas ensoleillé, légèrement pluvieux même, mais globalement apaisé et pop, impression confirmé de par les choeurs féminins apportés par la soeurette Linda Reid. Bref, rien de neuf sous les nuages (parler de soleil avec Jesus and Mary Chain reste une blague); certes, ce disque comporte de belles choses, les frères Reid s’y entendent en mélodies sensuelles, savent torcher des grooves assez irrésistibles avec en arrière-fond cette douce impression de s’ennuyer mais bon, après dix-neufs ans de silence, rien qui ne fasse sauter au plafond. Surtout que ‘Damage and Joy’ est long, neuf ou dix pièces auraient largement suffi (d'autant qu’aucun réel hit n’ en vient briser la monotonie). S’il serait faux de parler de mauvais opus, on peut légitimement questionner son utilité….En 1999 ou aujourd’hui d’ailleurs.

note       Publiée le jeudi 29 juin 2017

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Damage and Joy" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Damage and Joy".

notes

Note moyenne        6 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Damage and Joy".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Damage and Joy".