Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBong › We Are, We Were and We Will Have Been

Bong › We Are, We Were and We Will Have Been

cd • 2 titres • 35:21 min

  • 1Time Regained17:17
  • 2Find Your Own Gods18:04

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré et mixé par Mark Wood à The Soundroom.

line up

Mike Smith (percussions), Dave Terry (basse, voix), Mike Vest (guitare), Ben Freeth (shai baaja)

remarques

Sorti en cd, vinyle, téléchargement sur bandcamp. Illustration par William Turner (détail de "Thompson’s Aeolian Harp", 1809).

chronique

Le drone c’est la musique de la fin du monde, celle du son qui prend la forme de l’environnement, ne se voulant plus grand chose d’autre que du son, sans que l’on mette quoi que ce soit d'autre dessus, à part, selon les cas, des images dantesques, une émanation de l'inhumain, ou une simulation d'un état cotonneux au possible. Souvent le salut vient d'une note dans ce sous-genre assez bariolé, « la » note comme dirait Dylan Carlson. Parmi ses rejetons, Bong. Ça annonce clairement la couleur (verte ? marron ? tirant sur le violet ?) de ce qui est grossièrement projeté comme expérimentation ici : celle de l’ingestion d’un gros plant de beuh. Après l’avoir fumé. Oui, je sais, ce n’est pas possible et pourtant ça pourrait y ressembler, sans rire ! Le temps s'étire ! On barbote tranquille sur notre petit bateau alors que notre pensée devient gélatine de porc, cool l'ours sur la rivière de ce tableau de Turner, on prend son temps. On hume l'air. On ouvre la bouche, on la ferme. En faisant écouter à la radio cet album de Bong, je découvris ainsi un des aspects les plus pratiques du drone / chansons psychédéliques à rallonge : l'animation devient minimale, suffit d’annoncer un morceau et vous allez diner et vous dites au micro en rentrant un demi-heure plus tard que « c’était Bong sur Radio La Chouette ! Et c’était bien bong ah ah, à demain les loulous !». Car longues et rares sont les chansons, sur cet album au titre maximaliste, moniste, ou bien pire encore, mais où ? « Nous sommes, nous fumes, et nous fumerons… euh, nous aurons été » : telle est la devise de l’esprit qui s’accroche aux battements du cœur de batterie de Bong sur ce dernier album en date après de noooombreuses autres sorties. Il s’agglutine l'esprit, il se décarcasse en suivant les incantations à deux de tension du chaussé aux moines certifié, en pistant comme un bon vieux médor multicoloré les trois notes répétées roulant tel le métro aux heures de pointes, en sniffant ces chtites notes murmurées derrière la piste 2 comme un mantra aux heures de fête. Bong ressemble finalement à la perte progressive de votre conscience quand le sommeil arrive, vous êtes tout doux, le métal est déjà loin derrière vous, vous avez revendu « Musick to Play in the Dark » pour payer le loyer et vous ne retrouvez pas ce foutu « Dopesmoker ». Bong glisse sous vos doigts et vous le chopez ! Et vous le faites manger à la boite à musique, et celle-ci vous remercie, c’est bien normal ! Allez, au dodo ! Bonne nuit, et faites de beaux rêves.

note       Publiée le mercredi 21 juin 2017

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "We Are, We Were and We Will Have Been".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "We Are, We Were and We Will Have Been".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "We Are, We Were and We Will Have Been".

Klarinetthor › jeudi 31 août 2017 - 16:04  message privé !

Date doom-psych immanquable du coté du Nord : Ghold + 11 paranoias + Bong au Magasin4 (Bxl) le 24 septembre. Et la veille à Londres.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › jeudi 22 juin 2017 - 20:18  message privé !

Rien ne vaut le Mana Yood sushai dans leur disco, mais ça fait plaisir de voir Bong ici. Mike Vest est à peu près que dans des bons groupes, et un nombre impressionnant : Blown out, Melting hand avec la moitié de Terminal cheesecake, 11 paranoias evidemment, Drunk in hell, Haikai no ku....

Note donnée au disque :