Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNu-Gen/Magnetic Northpole › Untitled

Nu-Gen/Magnetic Northpole › Untitled

cd | 8 titres

  • 1 Ulloq Naavara (Magnetic Northpole)
  • 2 Ikiaroorneq (Magnetic Northpole)
  • 3 Intro Song (Nu-Gen)
  • 4 City Of Hell (Nu-Gen)
  • 5 P.T.T.C.T.S. (Nu-Gen)
  • 6 Fun It All (Nu-Gen)
  • 7 In My Room / No Trust (Nu-Gen)
  • 8 D-On / Jesus On (Nu-Gen)

line up

NU-GEN: Ivik Larsen (chant, guitare), Mikael Alaufesen (basse, batterie), Nicolaj Steenholdt (guitare, basse). MAGNETIC NORTHPOLE: Mads Silassen (chant, guitare), Gerth Lyberth (basse), Lars Jorgen Petersen (batterie), Thomas Noller (guitare)

remarques

https://itunes.apple.com/us/album/magnetic-northpole-nu-gen/id578909948

chronique

2004, Nuuk, un tremplin pour les jeunes talents. Nu-Gen l’emporte, Magnetic Northpole arrive second. Le label groénlandais Atlantic Music décide de les grouper sur un seul album, du coup les premiers se trouvent avec un nombre limité de titres à enregistrer; qu’à cela ne tienne, ils enregistrent deux morceaux sur certaines pistes…Une attitude de débrouille qui colle assez avec l’inspiration générale du très jeune groupe (17 ans d’âge moyen): le punk rock. Et Dieu sait que les formations du genre sont rarissimes. Si metal et grunge ont la cote, le pur keupon est relativement boudé. Questions de culture ? Il est vrai que la situation géographique et l’urbanisation assez faible du pays expliquent peut-être cet état de fait…Non que les jeunes Inuits n’aient rien à revendiquer, bien au contraire, mais le rap l’emporte dans l’exercice face à un style arrivé bien trop tardivement pour prendre racine, pour l’heure du moins. Si les deux titres de Magnetic Northpole oscillent dans un style rock metal bien joué, convaincant mais assez banal dans l’écriture, ceux de Nu-Gen (interprétés en anglais, fait assez peu commun pour être signalé) témoignent de beaucoup plus de rage. Citant les Sex Pistols, Ramones et Green Day comme influence (sans oublier la photo de l’intérieur du livret où les deux musiciens posent en négatif devant une affiche ‘Punk’s not dead’), le groupe propose un punk moderne qui doit effectivement pas mal à Green Day dans la manière de composer mais en plus violent. Si l’aspect mélodique est efficace, les musiciens y ajoutent une bonne dose de tension, relayée notamment par le chant de Ivik Larsen qui assène ses paroles avec conviction, colère et une morgue juvénile du plus bel effet (pour dire que ce mec n’était âgé que de 15 ans, il chante vachement bien). Les Groénlandais aiment la musique et n’hésitent pas à tenter un brin de complexité et une ouverture large en matière d’influences (Arctic Spirits, Malik, Siissisoq); Nu-Gen font preuve d’une belle maîtrise de leurs instruments mais évitent de se fourvoyer, se concentrant sur l’essentiel. Du coup, leurs titres percutent et restent en tête comme le doivent les bons morceaux punk. Certes, c’est du déjà entendu mais l’heure n’est pas à l’avant-garde dans un pays où la musique demeure avant tout un moyen de se distraire et de s’exprimer (enregistrer un disque est déjà un défi, trouver un auditoire quand la capitale compte 17.000 habitants seulement une vraie gageur, donc…). S’écouter ‘City of hell’, ‘P.T.T.C.T.S.’ ou ‘Fun it all’ est pour moi un vrai plaisir, n’en déplaise à Ivik Larsen qui m’avouait qu’ils étaient jeunes et ne savaient pas écrire à l’époque…Trop modeste, mon ami ! 4,5/6

note       Publiée le jeudi 15 juin 2017

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Untitled' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Untitled"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Untitled".

ajoutez une note sur : "Untitled"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Untitled".

ajoutez un commentaire sur : "Untitled"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Untitled".