Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDToby Driver › In The L..L..Library Loft

Toby Driver › In The L..L..Library Loft

cd | 4 titres

  • 1 Kandu Vs. Corky (Horrorca)
  • 2 The Lugubrious Library Loft
  • 3 Brown Light Upon Us
  • 4 Eptaceros

line up

Toby Driver (guitare, basse, voix, électroniques, percussions, piano), Ryan McGuire (voix, basse, percussion), Kristen Antolik et Trevor Jarvis (violoncelle), Sheel Davé (batterie), Sam Gutterman (batterie, voix, percussion, piano), Doug Larosa (trombone), Forbes Graham (trompette, tuba), Mia Matsumiya (voix, violon, percussion)

chronique

« Bonjour, je m'appelle Toby Driver, j'ai 27 ans, et j'habite à New York City. Je fréquente assidûment les cercles privés underground et l'élite musicale locale. Ainsi, je me suis lié d'amitié avec John Zorn, haute figure tutélaire de mes débuts dans le milieu. J'ai auparavant montré un intérêt certains pour les musiques progressives, avec mon groupe Maudlin of the Well (cf pièce jointe). J'ai ensuite monté Kayo Dot, dont le premier album est paru sur le label de mon mentor, puis, deux ans plus tard, j'ai réalisé avec les membres du groupe un album à mon nom : In the L..L.. Library Loft ». La lettre « L » symbolise un bégaiement, que l'on retrouve tout au long du premier titre, qui hoquette et claudique beaucoup. Et comme son titre l'indique, on est clairement, au fil de la progression emphatique des guitares et du son dit « mur », dans les enceintes d'une bibliothèque bourrée de livres rares et précieux. Sans trop savoir pourquoi, ni comment, et alors que ça sent l'arrogance à plusieurs kilomètres, ça fonctionne. La grâce de la mise à nu, sans pudeur, assez crue quoiqu'on en dise ? De là à dire « lugubrious » il y a un pas qu'on ne franchira pas, mais tout de même, quelle inventivité, dans ces chemins déjà pavés ! Plutôt que lugubre, je dirais ambigu. Toute cette somme d'instruments additionnés, ces ambiances qui relèvent d'une colonisation occidentale outrancière de ce que la musique contemporaine a pu vomir en copulant avec, disons, le rock ; le traitement physique du son, sa spatialisation, sa netteté, sa texture ; et ce travail sur les rythmes, une constante chez le jeune Toby, au croisement du smooth et du hochement, sofa cosy, lumière tamisée ; et ces arpèges, qu'on connaît désormais par cœur, qui se veulent obscurs mais qui n'en sont pas moins touchant de candeur ; oui, loin d'être un album de la maturité, ce premier solo de Toby se consacre pleinement à l'expression d'une « vision », parfois un peu forcée, de ce que serait la musique rock du 21e siècle. Et si l'avenir lui donnera raison – plus ou moins consciemment d'ailleurs, en tout cas la volonté était là – on ne peut que s'extasier devant ce disque sans peur et sans reproche, ne reculant devant aucun cliché, aucun coup de téléphone, pour assouvir son insatiable envie de repousser toujours un petit peu ses propres limites – pas celles de la musique, elle s'en fout de toute façon – mais bien ses petites limites à lui, ses petites barrières, le regard et le bout du nez, témoin de l'introspection, mettez-y ce que vous voulez : ce premier solo est vraiment un super album.

note       Publiée le lundi 1 mai 2017

partagez 'In The L..L..Library Loft' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "In The L..L..Library Loft"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "In The L..L..Library Loft".

ajoutez une note sur : "In The L..L..Library Loft"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In The L..L..Library Loft".

ajoutez un commentaire sur : "In The L..L..Library Loft"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In The L..L..Library Loft".

Moonloop › dimanche 21 mai 2017 - 15:45  message privé !

"Tag cauchemar en cuisine" ... Kandu Vs. Corky est diablement épique quand même. Eptaceros, Langoureux et fascinant sommeil.

dariev stands › mardi 2 mai 2017 - 17:36  message privé !
avatar

ah ouais, content que tu le fasses, SaÏ... un des disques les plus flippants qu'il m'ait été donné d'écouter, profondément malsain et perturbant. pas évident du tout mais clairement un ovni. D'autant qu'à l'époque de sa découverte (2006, par là), je n'avais que peu d'infos au sujet du mec et de Kayo Dot, je ne connaissais même pas leur tronches... Quand je pense que ce type connaît notre site (je me répète, mais bon ,c'est assez rare, même parmi les artistes français)...

torquemada › lundi 1 mai 2017 - 20:02  message privé !

Va falloir écouter les deux !