Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOObituary › Obituary

Obituary › Obituary

cd • 11 titres • 36:28 min

  • 1Brave02:14
  • 2Sentence Day02:49
  • 3A Lesson in Vengeance03:07
  • 4End It Now04:02
  • 5Kneel Before Me03:04
  • 6It Lives03:24
  • 7Betrayed03:01
  • 8Turned to Stone04:13
  • 9Straight to Hell03:57
  • 10Ten Thousand Ways to Die03:16
  • 11No Hope03:21

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré et produit par Obituary au RedNeck Studio, Gibsonton, Floride. Mixé par Joe Cincotta, Full Force Recording Studio. Masterisé par Brad Boatright, Audiosiege.

line up

Terry Butler (basse), Trevor Peres (guitare), Donald Tardy (batterie), John Tardy (voix), Kenny Andrews (guitare)

remarques

Sorti en cd, vinyle, téléchargement sur bandcamp.
Illustration par Andreas Marschall.

chronique

Il parait qu’il y a des gens qui ne déménagement jamais de leur vie, qui restent de zéro à 77 ans au même endroit, ils se marient avec la cousine ou quasi, et hop ! On reste à la maison, on reste dans le coin, on reste, chez nous. J’ai du mal à saisir cette vie, n’ayant pas eu la chance de la vivre, mais quand je m’écoute un Obituary, ça aide ! Car Obituary c’est l’art du vieux pot qui a produit certes des soupes un peu fadasses mais qui, grâce à la vieille croute au fond laissée cuisson après cuisson arrive quand même, quand on surveille bien le feu, à nous servir des mélasses juteuses, nourrissantes, revenues des morts, riches en oligo-éléments, fruits de décompositions diverses, réchauffant le coeur du nomade qui se dit : « un jour, je serai là, ici, maintenant, chez moi, et je vais pas bouger, peut-être que ça vaut le coup, et je me prendrai un crédit immobilier, qui sait, c’est ptet pas mal, qui sait, et je me ferai des barbecues dans le jardin, et je m'écouterai du Obituary à fond comme un porc ». Je ne vais donc pas trop vous étonner, et vous ne serez pas très étonné en écoutant ce machin qui riffe comme un plant de weed, avec des solos de hard métal rock métal - parfois un peu trop, rappelant les gimmicks d’un Santolla de sinistre mémoire, cf. notamment la 2 (pas la chaine de télé les gros, la piste). C’est donc un disque qui suit bien, après un live généreux, leur album cofundé avec leurs clients-partners auditeurs-consumers you see ? Anyway bref, c’est gras, c'est illustré bien sobrement genre je pose les coucougnettes sur la table, c'est le endeuh complit' les gars, c’est affreusement binaire, c’est parfois un peu punko-crust qui pue des pieds, c’est parfois plus mid tempo type gros hollandais qui Asphyx la nuque toute rougie par le soleil de l’Ardèche, complètement défoncé à de la white widow légale, sortie pour l’occasion du congélo, là, dans la cabane du week-end, quand les mecs d’Obituary vont pêcher en se pintant la gueule à de la mauvaise bière de chez eux. Obituary, c’est l’été du death, et c’est encore plus frappant avec ces morceaux quelques fois jouasses comme un pissenlit qui a gelé en avril, digne, roteux, crasseux, moche, mais bon, on le regarde avec intérêt, tout en se disant : « merde, ça survit à tout ».

note       Publiée le vendredi 28 avril 2017

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Obituary".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Obituary".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Obituary".

Rastignac › samedi 29 avril 2017 - 22:57  message privé !
avatar

J'aime bien sa voix actuelle de tabagique pré-maison de santé.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › samedi 29 avril 2017 - 19:20  message privé !

pourtant en live il envoie toujours bien le Tardy

Dead26 › samedi 29 avril 2017 - 18:44  message privé !

Paye ton big logo bien pourrave. Sinon musicalement ça passe mais y'a un truc qui me fait chier dans cet album c'est le son et la voix de J.Tardy. Slowly we rot !

Note donnée au disque :