Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNAnnick Nozati › La peau des Anges

Annick Nozati › La peau des Anges

cd • 16 titres • 49:15 min

  • 1Le chemin fait l’œuvre3:12
  • 2Rêves étouffés4:31
  • 3Une figue explose1:39
  • 4La Dame en noir dit JE3:31
  • 5C'est un pays sans fin1:51
  • 6Une lumière qui ne dérange pas l'ombre2:58
  • 7La peau des Anges3:16
  • 8Entre les choses3:25
  • 9Ivresse3:25
  • 10Suite Grande TÔLE Folle9:31
  • 11Soleils éblouissants1:51
  • 12C'est un grand oiseau blanc1:20
  • 13Le poids des choses4:03
  • 14Autour la nuit0:28
  • 15Accompli2:41
  • 16Le temps Invisible1:33

enregistrement

Enregistré au studio du CCAM.

line up

Annick Nozati (composition, écriture, voix, piano préparé, structures Baschet)

remarques

chronique

Styles
avant garde
ovni inclassable
Styles personnels
appeau des anges

La voix permet une mise à nu du monde. La force de son souffle, la puissance de sa vibration, ses possibilités extraordinaires de modulation en font bien plus que l’outil premier d’une langue. Elle inclut tous les langages, tous les timbres et possède même des vertus thérapeutiques, dans la médecine orientale comme chez les Indiens Navajo. Et ce n’est pas feu Annick Nozati, artiste branchée sur la musicothérapie, qui nous aurait dit le contraire. Femme aux multiples collaborations (avec l’Art Ensemble of Chicago, Joëlle Léandre et Irène Schweizer), l’artiste-peintre s’impose dès les années 80 aux côtés de Barre Phillips et Daunik Lazro : un changement de vocation produit par la rencontre d’un certain Jacques Lasry, chercheur en musique concrète qui lui reconnaît un talent exceptionnel et l’invite à s’aventurer dans le monde merveilleux des structures Baschet. La voix se destine à diverses modulations à travers ces fameux "instruments" des années 50. On cherche à épanouir les cordes vocales par des résonances et dissonances métalliques, permises par des tables d’harmonie. La peau des Anges, ce sont des prouesses vocales rendues possibles par la double corolle d’une Tôle à Voix – qui émet une réverbération naturelle sous l’effet d'ondulations sonores. L’amplification s’accompagne de fréquences propres au métal. Le début du voyage est presque immatériel ; calme, doux, étrange. "C’est un pays sans fin" vient bousculer cette tranquillité via la courte narration de textes, brodée autours de dissonances agressives, un peu à la Sidsel Endresen. Un piano "très" préparé rejoint la danse du palais de verre dans la piste éponyme, soulignant les efforts d’une poésie expérimentale où chaque syllabe est déstructurée – piano que l’on retrouve avec "Ivresse" notamment. Avec ses accents de musique traditionnelle, "Entre les choses" voit une pulsation métallique accompagner l’interprète, évoquant des cérémonies spirituelles bouddhistes qui s’aventureraient dans un registre plus aigu. Central, le triptyque "Suite Grande TÔLE Folle" présente une alchimie si forte entre le métal et le chant qu’on jurerait entendre un saxophone criard, avant la vocifération de borborygmes proches d’un Mike Patton sans pomme d’Adam. Ce très bel album finit comme il a commencé, en errance irréelle, comme si "Le chemin [qui] fait l’œuvre" était "Accompli". Un des plus beaux cris d’alarme du label nancéien.

note       Publiée le vendredi 21 avril 2017

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "La peau des Anges".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "La peau des Anges".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "La peau des Anges".