Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOvO › Creatura

OvO › Creatura

cd | 11 titres | 41:39 min

  • 1 Satanam [2:49]
  • 2 Eternal Freak [3:19]
  • 3 Creatura [2:51]
  • 4 Matriarcale [6:02]
  • 5 Zombie Stomp [2:46]
  • 6 Buco Nero [4:51]
  • 7 Buco Bianco [6:01]
  • 8 Immondo [3:59]
  • 9 Freakout [3:42]
  • 10 Bell’s Hells [1:15]
  • 11 March of the Freaks [3:55]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré par Lorenzo Stecconi au Ardis Hall. Mixé par Giulio Favero au studio Lignum. Masterisé par Giovanni Versari à La Maesta.

line up

Bruno Dorella (batterie, batterie électronique, synthés), Stefania Pedretti (voix, guitare, field recordings)

remarques

Artwork : Coito Negato. Dessin original de Stefania Pedretti. Layout : Naresh Ran.

chronique

Le démon chope la machine. Ou bien c’est la mécanique qui s’empare de la bête – la créature –, la bouffe, l’avale, la recrache en bouts pixellisés, programmés, bits, brouille numérique, glitches. Ce sont la maladie, les dérèglements, qui se glissent dans le système de sécurité de l’asile – déverrouillent les étages, tournent les passerelles. Bref… Ce disque sent le virus, l’instable, et l’impitoyable raideur de l’électronique. Le serpent et les coques lisses en kevlar, les synthétiques, la digitale et la belladone qui débordent le bosquet, le bois voisin – et envahissent, dépassent, déphasent, faussent les jointures et le portiques. Partis – plus de quinze ans avant ce Creatura – d’une musique purement expérimentale, improvisée, pour tout dire nettement hasardeuse et souvent assez imbitable, les deux d’OvO ont entre temps remis ça, inlassablement. Bossée la bizarre chose. Dépassé le stade des couinements sur fond de tôle approximativement défoncée. Rehaussé – ou abaissé vers un pire plus efficace, plus méchant ? – le rôle de l’électronique dans leurs mixtures. À un stade ou l’autre de la pérégrination, du processus – un, deux, trois albums avant celui-là… avant, moins perceptiblement ? – ils ont dû… Comment dire ? Pactiser ? Embrasser finalement l’Autre, là – le puant, le vecteur, celui, ce-qui-fait-basculer ? En un rituel sérieux ? En un sincère Grand-Guignol… En tout cas, laissé sourdre, remonter en flot gris-noir, pétrolé, boue odorante, cette lave gelée du black metal – brute, brutalité, panique, hurlements arrachés, sa tétanie et sa torsion. Sa saleté – nature et moteurs –, pollutions, ébriété, intoxications. Ça fait surgir maintenant des cathédrales de dégueulasse obsidienne, ça creuse des caves pour autels vides mangés par les grimpantes. Stefania Pedretti – son mètre cinquante sous des dreads aussi longues, qui fouettent autour quand elle s’agite (et elle s’agite) – braille son fond de gorge sorcière, ulule puissant et glaire et autres effusions de plaies, de coupures, de ruptures. Elle riffe sommaire, ou bien, et puis cassé – mais le son de sa guitare passé dans des effets qui la font sonner comme l’assaut ou l’agonie, le soubresaut d’un bulldozer, robot piqué d’une fièvre en pleine tâche au cordeau de déforestation. Gare, toi, dans la citée : les transmissions grondent vers toi, le plastron cabossé s’est couvert de mousses et de rouilles – mais les chenilles toujours usinent, roulent, la couche de caoutchouc à peine éclatée, par places. Bruno Dorella, debout, carrure de commis boucher-marbrier, cogne. Primaire et compliqué de pièges, lui aussi – avec ce pad, parmi les éléments, qui balance des sons industriels, des samples coupés à chaud dans les vapeurs de pneu qui fondent. C’est quelque chose de sommaire et d’abouti – de plein et d’abîme. On entend rôder l’animal – on le respire, encore, pelage et poussière, sueurs, haleine, trace des arbres frottés et des eaux traversées. Il observe, guette depuis le toit de la friche ou par la fente de la cave dans la ruelle humide ou par celle du cellier à la lisière du village écrasé de soleil. Il gronde et ça rayonne aussi, ça irradie. L’humain mordu, s’il n’est pas laissé pour mort, voudra mordre à son tour – et la sororité, la fraternité, l’entente nouvelle, seront peut-être les noms de sa contamination. Ou bien alors plus tard, se relevant de la crise, il sondera encore, tranquille, regard plongé dans l’interstice.

note       Publiée le lundi 3 avril 2017

partagez 'Creatura' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Creatura"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Creatura".

ajoutez une note sur : "Creatura"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Creatura".

ajoutez un commentaire sur : "Creatura"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Creatura".

Dioneo › samedi 8 avril 2017 - 15:06  message privé !
avatar

Eh eh, oui, de toute façon c'est tout court pas très "zone de confort", OvO ! Et bah de rien, ça fait toujours plaisir de lire "j'y suis allé voir" vu que oui : c'est le but, après tout.

Note donnée au disque :       
Richard › vendredi 7 avril 2017 - 19:03  message privé !

Merci Dioneo encore une fois pour toutes ces découvertes bien stimulantes et celle-ci plus particulièrement. Cette dernière est bien loin de ma zone de confort musical (suffit de voir mes post...) mais y'a comme un petit truc qui ne me laisse pas insensible.

born to gulo › jeudi 6 avril 2017 - 09:07  message privé !  born to gulo est en ligne !

Franchement, du black pour ma part j'en "entends" que dans un certain esprit, certainement pas littéralement, je trouve ça bien plus franchement indus/darwave, quelque part entre Gnaw et Diamanda Galas, mais effectivement traduit en borborygmes pour danse du feu cavernicole... et en l'écrivant j'ai l'image de John Tardy qui me vient en tête, va savoir pourquoi ; probablement pour une certaine similitude physique avec Alan Dubin, et aussi à cause de "Zombie Stomp"/"Redneck Stomp". Bref, death techno des cavernes bien plus que black metal, pour moi, ou alors black metal d'abruti des forêts, comme Ride for Revenge : zélateur de Celtic Frost, et donc d'Obituary, j'aime quand c'est cohérent.

Note donnée au disque :       
Dioneo › jeudi 6 avril 2017 - 02:11  message privé !
avatar

Eh eh, oui, je dis pas... Les bouts d'enregistrements "de terrain" sont intégrés dans les morceaux, quoi, mais c'est sûr que c'est pas le gros du truc. Par contre une fois passée la première impression "c'est du black", je trouve qu'on entend beaucoup d'autres choses - "indus", noise, trafics électronique... - au point que ce côté black devient vite une dimension seulement du truc, qu'on a l'impression d'être encore ailleurs, disons, en tout cas assez loin d'un cliché ou d'une routine de genre.

Note donnée au disque :       
Scissor Man › mercredi 5 avril 2017 - 20:56  message privé !

C'est quand même plus black metal que field recordings, mais j'aime bien. Zombie Stomp et Buco nero envoient bien du bois ! Staccato beast !

Note donnée au disque :