Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBMichael Brückner › The Giant Illusion

Michael Brückner › The Giant Illusion

cd | 12 titres | 144:10 min

  • 1 Small Steps Towards the Light (Alrah'ir) [ 22:55]
  • 2 Les Oiseaux De Valheyda [ 3:00]
  • 3 The Goddess of the Amber Trees [ 9:29]
  • 4 Tala Magna [ 2:20]
  • 5 Valkoire [ 6:29]
  • 6 This Fading Memory - Part I [ 2:05]
  • 7 Salam'ander [ 4:47]
  • 8 Return Inside (Endless Mind Portal - Outtake A) [ 14:21]
  • 9 Island [ 2:56]
  • 10 Flüchtig [ 8:17]
  • 11 Bonus CDr
  • 12 Rübezaal [ 77:29]

enregistrement

Composé, joué et enregistré par Michael Brückner entre 2004 et 2015. Masterisé et remasterisé par Michael Brückner au printemps et à l’été 2016

line up

Michael Brückner (Claviers, synthés numériques, logiciels de synthé et effets)

remarques

On peut avoir des informations supplémentaires sur cet album, de même qu'entendre des extraits, en visitant le lien Bandcamp suivant: https://michaelbrueckner.bandcamp.com/album/the-giant-illusion-a-compilation

chronique

Composé entre les années 2004 et 2015, cette fascinante compilation de Michael Brückner confirme tout le talent et le génie de celui dont l’univers très éclectique peut aisément se comparer à celui de Steve Roach tant l’éventail sonore couvre large. Et pour prouver ces dires, le sympathique synthésiste Allemand nous a concocté une compilation pour le moins inaccoutumée en greffant plus de 10 titres pigés entre différentes époques mais collés en une mosaïque continuelle où tout semble se figer dans un réalisme décapant. Les 2 plus longs titres du CD 1 étaient, jusqu’à aujourd’hui, des pièces inédites de même que le très long Rübezaal que Michael Brückner a composé pour “The Giant Illusion”. Au menu! Des longs fleuves ambiosphériques défrichés par des rythmes ambiants et/ou tribal qui sillonnent les plaines du cosmos comme celles plus paradisiaques qui sont aux couleurs de notre perception. Des bruits et des ambiances intergalactiques, un peu comme dans un jeu vidéo, ouvrent les frontières de "Small Steps Towards the Light (Alrah'ir)", un titre composé autour de 2007 et offert en cadeau aux membres du groupe de Brückner sur LastFM. Ce long titre de 23 minutes est une série de 3 segments où les moments d’ambiances rêvassent entre des structures de rythme plus ou moins ambiantes. Une première phase délie ses ions qui roulent en boucles escaladeuses alors que la deuxième phase, autour de la 5ième minute, offre un rythme plus convaincant avec des cascades de séquences qui déferlent par secousses. Et après une longue phase ambiosphérique, le rythme revient avec une structure plus en mode Groove, comme de la musique Lounge. Adepte d’un synthétiseur autant capable d’effectuer des envolés de solos aux torsades psychédéliques que des effets sonores d’une autre dimension, Michael Brückner arrose "Small Steps Towards the Light (Alrah'ir)" de ces petits bijoux qui sont l’attrait d’une musique très stylisée. Il démontre cette fascination pour les synthés alors qu’il fait littéralement chanter le sien dans "Les Oiseaux De Valheyda", tiré de l’album Le Jardin Oublié réalisé en 2013. C’est un court titre qui unie de façon admirable des éléments d’ambiances et de drame sur une étonnante texture mélodieuse. Et tout coule comme un beau ruisseau mélodique dans les ambiances qui ouvrent "The Goddess of the Amber Trees", un titre soutiré de l’excellent Thirteen Rites of Passage paru en 2014 sur l’étiquette SynGate Records. Après ce paysage d’ambiances célestes, "Tala Magna", de Five Small Nails en 2004, propose un rythme tribal très enlevant avec un très bon jeu de percussions claniques. "Valkoire ", Oddwind 2009, est un superbe titre d’ambiances méditatives. Une ligne de basse jette les canevas d’un rythme évaporé où se jettent de belles étreintes d’un synthé et de ses pleurs qui gouvernent sur une terre de sérénité. Il y de l’émotion au pouce carré ici! "This Fading Memory (Part 1)", qui est tiré des sessions de l’album d’ambiances intergalactiques 100 Million Miles Under The Stars, nous plonge littéralement dans les ambiances de ce premier album de Michael Brückner à voir flirté avec mes oreilles. L’extrait présenté ici fait partie d’un travail de sessions titanesque intitulé100 Million Miles Under The Stars - The Supplementary Volume qui contient plus de 6 heures de musique. Lorsque je faisais un parallèle avec Steve Roach…Il y a l’abondance et les genres qui se regroupent autour de ces deux musiciens, comme dans l’ambiant tribal "Salam'ander" de Salaméander 2004, où le violon pleure sur de douces percussions manuelles jusqu’à l’explosion des ambiances dont les particules et parfums se rendent au-delà de "Return Inside- Outtake A" de Endless Mind Portal de 2011. Cette version propose un mixage différent de la version originale et nous replonge dans ces ambiances cosmiques et astrales qui ornent la majorité des œuvres de Michael Brückner qui sait toujours comment faire chanter, pleurer et soupirer ses ondes de synthé au travers des vents caverneux. Nous restons dans une longue phase d’ambiances, même avec le rythme sophistiquement saccadé de "Island" (un autre extrait de Five Small Nails) où des effets de synthé halètent dans une structure sphéroïdale. "Flüchtig", un titre qui fait partie des albums Scattered All Over - Contributions, Collaborations and other rare tracks compilé en 2015 et Jetzt und Hier - ein Album für Flüchtlinge Vol. 2, dispose de ce premier CD avec un piano qui éparpille ses pensées comme Vangelis savait si bien le faire. La mélodie reste minimaliste et progresse entre des ambiances vaporeuses et une délicate rythmique dont le crescendo s’évapore dans ces brumes qui déforment nos regards ou nos oreilles. Michael Brückner ne fait jamais rien à moitié. Il offre donc sur cette compilation un très long titre-fleuve bourré de ces éléments soniques qui séduisent l’ouïe tout en captivant notre attention, nos sens. Donc, l’ouverture de "Rübezaal" nous met sur le qui-vive, fait même monter un flux d’excitation, sinon d’appréhension, pour finalement nous plonger dans une tempête de vents et des poussières multi-disparates qu’elle fait virevolter. Et puis le rythme, assis sur un mouvement de séquences vintage, progresse vers les différentes phases de la MÉ et entre des moments atmosphériques bien imaginés et fort bien nourris. Bref un long titre où Schulze et Roach sont derrière les épaules de Michael Brückner afin de lui souffler les meilleurs conseils. La magie et la symbiose sont sans équivoque. "Rübezaal" récompense celui qui en apprivoise les détours et les rebonds, la longueur et les permutations pour en être totalement subjugué quelques écoutes plus tard. Tout comme la majorité des œuvres que Michael Brückner présente ici en pièces détachés sur “The Giant Illusion”. Laissez-vous tenter par cette douce et folle excursion dans l’univers d’un artiste qui saura toujours vous plaire. Ça, c’est garanti!

note       Publiée le dimanche 19 mars 2017

partagez 'The Giant Illusion' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Giant Illusion"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Giant Illusion".

ajoutez une note sur : "The Giant Illusion"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Giant Illusion".

ajoutez un commentaire sur : "The Giant Illusion"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Giant Illusion".