Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMetallica › Hardwired... to self-destruct

Metallica › Hardwired... to self-destruct

cd1 | 6 titres | 37:10 min

  • 1 Hardwired [03:09]
  • 2 Atlas, rise! [06:28]
  • 3 Now that we're dead [06:59]
  • 4 Moth into flame [05:50]
  • 5 Dream no more [06:29]
  • 6 Halo on fire [08:15]

cd2 | 6 titres | 40:18 min

  • 1 Confusion [06:43]
  • 2 ManUNkind [06:55]
  • 3 Here comes revenge [07:17]
  • 4 Am I savage? [06:29]
  • 5 Murder one [05:45]
  • 6 Spit out the bone [07:09]

bonus cd | 14 titres | 79:40 min

  • 1 Lords of Summer [version 2016] [07:10]
  • 2 Ronnie Rising Medley [Medley de reprise de Rainbow] [09:03]
  • 3 When a blind man cries [reprise de Deep Purple] [04:35]
  • 4 Remember tomorrow [reprise d'Iron Maiden] [05:50]
  • 5 Helpless [Live at Rasputin Music] [03:08]
  • 6 Hit the lights [Live at Rasputin Music] [04:06]
  • 7 The four horsemen [Live at Rasputin Music] [05:19]
  • 8 Ride the lightning [Live at Rasputin Music] [06:56]
  • 9 Fade to black [Live at Rasputin Music] [07:24]
  • 10 Jump in the fire [Live at Rasputin Music] [05:13]
  • 11 For whom the bell tolls [Live at Rasputin Music] [04:32]
  • 12 Creeping death [Live at Rasputin Music] [06:43]
  • 13 Metal militia [Live at Rasputin Music] [06:07]
  • 14 Hardwired [Live à Minneapolis] [03:30]

enregistrement

Enregistré entre mai 2015 et août 2016 au HQ

line up

Kirk Hammett (guitares), James Hetfield (chant, guitare), Robert Trujillo (basse), Lars Ulrich (batterie)

chronique

Voilà que cet icône du metal des années 80 qu'est Metallica nous sort un nouvel album en fin d'année 2016. Si on regarde un peu en arrière, sur 35 ans de carrière, il ne s'agit ici que du dixième album du groupe, c'est finalement peu. Le groupe aime bien prendre son temps pour pondre ses disques. Et même s'il y a eu quelques erreurs de parcours ou plutôt des orientations mal comprises, Metallica a bien souvent réussi à se renouveler d'albums en albums ces 20 dernières années en en faisant toujours qu'à sa tête. "Load" (auquel on peut ajouter "Reload" son jumeau) marquait une rupture avec son prédécesseur "Metallica" (plus connu sous le nom "Black album") dans une veine plus soft, limite heavy/rock. 6 ans plus tard, "St. Anger" était encore plus ambitieux et original, déroutant plus d'un fan. "Death magnetic", 5 ans plus tard, revenait quant à lui à un style plus thrash metal (ce n'était pas non plus "Master of puppets"). On se retrouve maintenant 8 ans plus tard avec ce "Hardwired... to self-destruct", pour le coup double-album (mais dont la durée totale aurait pu tenir sur un simple CD). Ce coup-ci, qu'allaient-ils nous proposer ? Pour faire simple, je dirais que là, Metallica n'a pas brouillé les pistes. On a un disque proche de leur précédent album. "Hardwired..." sonne un peu comme "Death magnetic", en plus soft, plus lent, un peu comme s'il s'agissait d'une version édulcorée de leur disque de 2008. En fait, toujours pour simplifier, j'oserais dire que cet album est un mélange entre "Death magnetic" et le duo "Load"/"Reload" avec les structures alambiquées d'"...And justice for all". Et c'est un peu ça qui pose problème. Ici, on n'a aucune nouveauté, Metallica joue en mode coude à la portière des morceaux mal exploités avec tellement de sentiments de déjà-vu ("Atlas, Rise!" fait penser à "Creeping death", "Moth into flame" rappelle "The thing that should not be", "Confusion" qui débute le deuxième CD fait directement écho au "Am I evil?" qu'ils ont l'habitude de reprendre avant que la suite ne me rappelle du "Load" en puissance). Bref, j'ai envie de dire qu'ici Metallica ne s'est pas trop foulé. Et puis ces structures à rallonge qui nous frustrent plus qu'autre chose avec ces rythmes mid-tempos quand même vraiment chiant à la longue (pour le coup, le deuxième CD possède des longueurs vraiment lassantes). On aimerait bien souvent que ça parte et non, faut qu'il y ait un énième break/pont/sous-partie avec un Lars qui en fait des tonnes à vouloir insérer son grain de sel ici ou là avec des mesures en plus, des breaks tellement vu et entendu chez lui que ça en devient exaspérant. Il y a de bons moments, des riffs sympas, mais noyés au milieu de trop de parties, arrêts, reprises qui font perdre le fil. Et niveau inspiration, on a vraiment connu mieux. Même après une quinzaine d'écoutes, je ne garde pas grand chose en tête. "Am I savage?" est même carrément nulle. Certes, ce n'est pas non plus totalement pourri, "Hardwired" qui ouvre l'album et qui a été vite écrit et enregistré lors de l'enregistrement de l'album, de très loin le titre le plus court, reste un bon titre de thrash, il y a quelques bonnes idées, mais dans l'ensemble, ça ne monte pas bien haut. Le "Spit out the bone" final qui se veut un morceau bien speed se perd dans ses structures alors qu'il aurait tellement bénéficié à avoir un format plus direct et rentre-dedans. Et James... On le sent fatigué, il n'a plus la niaque. Il n'a jamais été très bon chanteur, mais là, il n'y a plus d'énergie, encore moins de puissance. Sur la version limitée, on a droit à un troisième CD d'inédits dont la durée est plus longue que les deux CD de l'album cumulés (au moins, pour le coup, on ne peut pas dire qu'ils se foutent de la gueule du monde niveau quantité). Après une version reboostée d'un morceau de 2014, dans le même esprit que l'album, on a droit à des reprises qu'on n'aurait jamais voulu entendre (un medley Rainbow en hommage à Ronnie James Dio atroce, une reprise de Deep Purple mal choisie et une autre d'Iron Maiden période Di'Anno tout aussi inutile), ça devient intéressant à partir du 5ème titre qui introduit la partie live du bonus. Et là, enfin, on a quelque chose qui vaut vraiment le coup ! "Helpless", suivi de 8 titres issus des deux premiers albums du groupe et là, même si ça manque de puissance et que ça ne vaut pas le groupe il y a 25 ans (oui, parce que bon, Metallica en live, ça a quand même perdu en intensité), ça fait toujours du bien à entendre mine de rien, avant de finir avec le premier morceau du nouvel album en version live du mois d'août dernier pour boucler la boucle ! Pour conclure, ce dixième album du groupe est quand même bien décevant, trop proche du précédent album et manquant clairement d'efficacité, un peu comme si le groupe s'était senti obligé de sortir quelque chose "parce que bon, quand même, 8 ans ça fait long. Faudrait p'tet qu'on sorte un truc pour qu'on repasse à la télé et qu'on fasse des duos avec Lady Gaga pour la nouvelle génération trop cool et qu'ils sachent ce que c'est ce groupe avec son logo sur les T-shirts d'H&M qu'ils achètent". Bref, plus que jamais, Metallica, c'était mieux avant...

note       Publiée le dimanche 12 mars 2017

partagez 'Hardwired... to self-destruct' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Hardwired... to self-destruct"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Hardwired... to self-destruct".

ajoutez une note sur : "Hardwired... to self-destruct"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hardwired... to self-destruct".

ajoutez un commentaire sur : "Hardwired... to self-destruct"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hardwired... to self-destruct".

enslaver_666 › vendredi 17 mars 2017 - 23:00  message privé !

Content de voir que je ne suis pas le seul à ne pas être impressionné du tout par celui-là.. À lire toutes ces critiques qui encensent l'album, qui parlent du retour de la fougue du passé et qui le qualifie de "meilleur depuis le black", je me sentais un brin confus. D'abord, je le trouve moins bon que "Death Magnetic", qui a plus de caractère. Aux premières écoutes, quelque chose me chicotait, un je-ne-sais-quoi. Puis un constat m'est venu. Il s'est passé 8 ans avant qu'il voit le jour. À notre époque, à la vitesse où on va, 8 ans c'est énorme, y compris dans le monde de la musique. Metallica a sa place réservé au Panthéon du rock et demeure un porte-étendard majeur du métal. Cependant, le groupe n'a plus la force de suivre les monstres d'aujourd'hui. Écoutez “Magma" de Gojira ou "The Violent Sleep of Reason" de Meshuggah, aussi parus en 2016. On est clairement à des milles de là. Même Maiden a repoussé ses limites avec son dernier. Metallica est fatigué. Hetfield balance un peu toujours les mêmes riffs (et ce n'est pas quand ses riffs nous font penser à de vieux riffs recyclés) et les beats d'Ulrich sont forcés comme jamais. Au moins Hammett, exclu totalement de la composition, sonne moins sur le pilote automatique avec ses solos. L'album est nettement moins désagréable que "St-Anger, certes, mais reste lourd. Je reste dans l'optique que l'univers du métal offre tellement plus maintenant.

Note donnée au disque :       
taliesin › mercredi 15 mars 2017 - 11:11  message privé !

Plus que pénible, pas su arriver au bout...

Note donnée au disque :       
Dun23 › mardi 14 mars 2017 - 09:43  message privé !

Et bien moi, je le trouve bon, cet album. Je n'attendais pas grand chose du groupe et au final, je suis agréablement surpris. Je ne fais pas partie de ceux qui sont tombés en pâmoison devant Death Magnetism, le trouvant assez quelconque au final alors que celui là, et ben il me fait son petit effet. Le premier CD est bien bon par chez moi, j'aime Am I Savage? sur le second (je dois être le seul mais il y a un riff que je trouve juste excellent) et Spit out the bone, second disque qui a effectivement cette vibe Load. L'album est inégal mais reste ce qu'ils ont fait de mieux depuis Load, justement. Et juste pour ça, je ne boude pas mon plaisir. Bon, après, c'est vrai que c'est trop long comme album.
Maintenant, chez les vieux thrashers, le dernier Testament défonce tout, y compris et largement ce que pond Metallica depuis 25 ans.

Note donnée au disque :       
Nicko › dimanche 12 mars 2017 - 22:36  message privé !
avatar

2009, j'ai trouvé ça pas mal, sans plus. Et le DVD live aux Arènes de Nîmes ne m'a pas trop convaincu. Je l'ai trouvé vraiment mou.

Note donnée au disque :       
torquemada › dimanche 12 mars 2017 - 22:23  message privé !

Mon dernier concert de Metallica (2014) était décevant mais j'en ai vu des très bons sur les 10 dernières années (2009, 2012).

Note donnée au disque :