Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTen Seconds › Ten seconds

Ten Seconds › Ten seconds

cd • 10 titres • 50:53 min

  • 1Pq Alpha [0:32]
  • 2Realside [3:28]
  • 3The Last Three Minutes, 1 [6:41]
  • 4Nightwebs [3:18]
  • 5Zerophase [6:12]
  • 6Can't Hold Back the Dawn [5:10]
  • 7No Way to Paradise [4:29]
  • 8The Last Three Minutes, 2 [8:42]
  • 9Worlds Beyond Worlds [8:34]
  • 10Realside [Videomix]

enregistrement

Paramount Recording Studios et City Lab, Hollywood, Californie, USA, 1995

line up

Robert Fripp (guitare, soundscapes), Bill Rieflin (batterie), Jeffrey Fayman (claviers), Bill Forth (guitare, chant), Mark Craney (batterie), Jimmy Hawes (basse), Jac Mihanovic (basse), Steven Scott Smalley (claviers)

remarques

chronique

Ten Seconds est le seul groupe signé sur le label de Robert Fripp, Discipline Global Mobile, qui peut revendiquer une réelle indépendance. Comme toutes les autres formations, leur musique possède néanmoins ces éléments qui évoquent inmanquablement l'ombre du roi cramoisi, mais c'est une démarche qui découle plus d'une approche parallèle que d'un réel désir de mimétisme. D'ailleurs, au rayon des influences, l'illustration de la pochette nous donne un signe fort et clair ; on pointe plutôt du côté de Black Sabbath ("Never Say Die !") ; pour preuve, les riffs appuyés de "Realside" et "No Way to Paradise". Avec un son de guitare sursaturé et métallique tourné vers les medium-aigus, leur album a un petit côté post industriel fort plaisant. Ils trouvent en Robert Fripp, justement, un allié de premier choix qui vient mettre à leur service toute sa science de la guitare, surtout dans la construction de nappes envoûtantes dont il a le secret par le biais de ses soundscapes. Cela nous donne des titres à l'allure ambient comme "Worlds Beyond Worlds" ou les deux parties "The Last Three Minutes", sur lesquels une rythmique de plomb vient marquer le pas et nous entraîner dans une spirale sans fin dans laquelle on aimerait se perdre. Bill Rieflin, ex-batteur de Ministry, vient cogner ses peaux comme une enclume pour notre plus grand plaisir, et cela nous donne aussi un titre sauvagement improvisé comme "Zerophase". Pour le reste, l'album s'équilibre autour de chansons vaguement métalliques, mais sans réelles personnalités. Le groupe aurait nettement gagné à s'épancher d'avantage sur les parties expérimentales précitées qui restent définitivement les moments forts du disque. Très bien produit, c'est une belle curiosité qui a suffisement d'arguments pour séduire un temps, mais ne pourrait pas prétendre à le rester sur la longueur.

note       Publiée le dimanche 21 juillet 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ten seconds".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ten seconds".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ten seconds".

SEN › vendredi 12 août 2016 - 22:00  message privé !

A tiens c'est chroniqué ça ! C'est vrai que personnellement j'écoute essentiellement les 2 parties de "The Last Three Minutes", mais elles justifient à elles seules l'achat de ce disque... Une ambiant noire et pesante avec la touche de Mr Robert Fripp en prime ! Un gouffre dans lequel je me replonge sans retenue !

Note donnée au disque :