Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZJohn Zorn › Downtown lullaby

John Zorn › Downtown lullaby

cd | 7 titres | 47:42 min

  • 1 484 Broome
  • 2 500 West 52nd
  • 3 Eight between B & C
  • 4 77 White
  • 5 228 West Broadway
  • 6 Bleeker & Bowery
  • 7 1 Morton St (Downtown Lullaby)

enregistrement

Par Joe Ferla au Avatar recording studios, New York, le 15 janvier 1998

line up

Wayne Horvitz (claviers, piano), Bobby Previte (batterie), Elliott Sharp (guitares), John Zorn (saxophone alto)

remarques

Le disque est paru sous l'appelation "John Zorn - Wayne Horvitz - Elliott Sharp - Bobby Previte".

chronique

Paru en 1998, cet album de jazz avant-gardiste est un vrai petit bijou. On y retrouve quatre amis de longue date : Elliott Sharp, Wayne Horvitz (Naked city), le batteur Bobby Previte et bien évidemment John Zorn au saxophone. L'album est une sorte d'hommage à la Big apple, les titres des morceaux étant en effet soit des adresses new-yorkaises, soit des noms de rues ou de quartiers de New-York. Les ambiances, tantôt feutrées, tantôt expérimentales, sont superbes, et ceci alors que la session d'enregistrement n'a durée qu'une seule journée ce qui montre que les facultés d'improvisation de ces excellents musiciens ne sont plus à prouver. La maitrise est étonnante sur la totalité des titres du disque, et les interventions de chacun des membres du quatuor d'une justesse exemplaire. Cet album constitue une des meilleures sorties de John Zorn depuis ces excellents projets Naked city et Painkiller et comblera tous les amateurs de jazz "différent".

note       Publiée le jeudi 5 avril 2001

partagez 'Downtown lullaby' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Downtown lullaby"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Downtown lullaby".

ajoutez une note sur : "Downtown lullaby"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Downtown lullaby".

ajoutez un commentaire sur : "Downtown lullaby"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Downtown lullaby".

M-Atom › mercredi 22 avril 2009 - 20:45  message privé !

..j'aime ce genre d'album qui décroche trois commentaires en huit ans !!!

Note donnée au disque :       
darkoverwestphalia › mardi 29 mai 2007 - 23:00  message privé !
Moi, je trouve que lorsque l'on s'intéresse à l'émergence du free jazz, on s'aperçoit surtout que ce style doit occuper à peu près 10-20% de la discographie de Zorn (si l'on exclue les récentes variations autour de Masada).... Il se trouve que ce sont ces projets que tu cites en référence, libre à toi. Mais je continue à penser que réduire Zorn à un fan de Ornette qui récite sa leçon, c'est un faux-procès complet : Spillane, les Music Romance, les Naked City, IAO, ses musiques pour ensembles à corde... autant de petits bijoux tantôt cinématiques, tantôt ambiants, tantôt franchement jazz, classiques-contemporains, qui montrent que ce type, malgré une certaine tendance à publier tout et n'importe quoi, est pas mal pétri de talent et dispose de beaucoup plus d'une corde à son arc.
M-Atom › mardi 29 mai 2007 - 16:59  message privé !
lorsqu'on s'intéresse un peu a l'émergence du free jazz dans les années soixantes, on se rend vite compte que john zorn n'a pas inventé grand chose...mais ca fait bien dans les cercles intellos de dire qu'on est un grand admirateur de zorn. ceci dit le bonhomme a quand même a son actif quelques projets forts intéressants: massada (mais la encore l'ombre d'ornette coleman est vraiment tres proche), painkiller et ce downtown lullaby dont l'écoute s'avère fascinante du début à la fin. on navigue entre belles atmosphères et parties nettement plus avant gardistes ou la surprise est de mise...bref un plaisir a l'écoute.
Note donnée au disque :