Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVoivod › Post Society

Voivod › Post Society

cd • 5 titres • 30:25 min

  • 1Post Society06:17
  • 2Forever Mountain05:12
  • 3Fall06:42
  • 4We Are Connected07:26
  • 5Silver Machine04:48 [Reprise de Hawkwind]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Produit par Voivod.

line up

Michel Langevin ([Away] batterie), Snake (voix), Chewy (guitare), Rocky (basse)

remarques

Cet EP compile des morceaux sortis en tant que split singles avec At the Gates ("We are Connected", 2015), Napalm Death ("Forever Mountain", 2015), et Entombed A.D. ("Fall", 2016). Seule la reprise d'Hawkwind est inédite. Illustration par Away.

chronique

Styles
metal
rock
Styles personnels
voivod space metal punk forever

Target Earth m’avait laissé un peu sur le côté de la route, voyant passer pépère un Voivod sifflotant qui jouait du Voivod mais qui, cette fois-ci ne me touchait pas contrairement à ses classiques des années 1980 et 1990, ne me faisait pas rouler les yeux ni baver la bouche, ni pas grand chose d'autre… faute à des mélodies que je ne collais pas dans mon ventre, à un son et une interprétation qui ne me soulevaient pas trop les sourcils, le cerveau ainsi que les cheveux. Alors quand je vis que Century Media sortait un split de Voivod avec At the Gates, je me suis dit : « Hein ? » ; et je suis allé voir, et j’ai même écrit dessus, et bon dieu comme ça m’a emballé ! C’est un des tubes de Voivod ce « We are Connected », d’ailleurs il tourne dans ma tête tout de suite alors que j’écris, un hymne hydroméga ultra sucré, headbangeur, rêveur, kiffant comme une course d’aéroglisseurs sur des pistes chamarrées, environné par les tentacules du pouvoir et, tout simplement, des méchants, alors qu’au fond du soi reste la conviction qu’on est sur le bon chemin vers l’interzone transpirant sur les bords et les limites, que seuls les plantes vertes et les stupéfiés arrivent à toucher. Enfin, je m’égare, mais c’est bon signe, ça veut dire que Voivod arrive encore malgré tout à me reprendre par la main vers des territoires inouïs, ceux de la DROG... euh, je veux dire ceux de la science-fiction dystopique bien sûr. Bref, du temps passe, et puis je vois un autre split avec Entombed A.D., une espèce d’Entombed, mais A.D., et je me dis, "tiens il font une série, comme cette collection de splits sludge avec des bébêtes vues de près comme illustration", et puis du temps passe et je lâche l’affaire, et je vois que l’EP « Post-Society » est sorti. Je vais voir, je l’achète, je me l’écoute, et qu’est-ce que j’entend ? Ben deux morceaux qu’on trouvait déjà sur les deux singles cités. Puis je farfouille les tracklists, celles de ces splits, et celui sorti avec Napalm Death, et là stupéfaction ! En fait ces singles c’est l’EP qui sortira ensuite mais coupé en petits bout, sachant qu’ils ont fait à peu près la même manipulation avec les autres groupes présents sur ces disques, c’est à dire… publier en doublon des trucs qui existent déjà ou qui vont sortir dans exactement le même état. Bon, je ne comprend plus rien au music business. Mais je crois que là il s’agit bel et bien de faire acheter deux fois la même chose sans forcément annoncer la couleur… RAAAAAH ! mugit l’esprit radin en moi ! Parce que, je voulais quasiment mettre un 6,6 sur 6 à cet EP. Pourquoi ? Parce qu’en plus du tube « We are Connected » ("so faaaaaaaaaar"), nous auront droit à un autre tube, alias Post Society, avec son super riff headbangueur encore une fois juste comme il faut avec son pont qui fait saliver les catatoniques, Forever Mountain qui nous montre un Snake encore bien lyrique, nous donnant l’impulsion juste pour lever ses petits poings au ciel, un Fall hoquetant et anxiogène, et, enfin, la reprise du dernier groupe dont les influences étaient palpable dans leur musique depuis longtemps, à savoir les vieux Hawkwind avec leur tube à eux « Silver Machine » ; ben je crois qu’il y a bien quasiment que Voivod pour reprendre au mieux un groupe pareil sans que ça soit moche. Que dire de mieux ? C’est super produit. C’est beau. C’est vachement bien écrit. C’est frais, fringuant, kiffant, spationaute. C’est sorti en 2016, on est en 2017, c’est Voivod bon dieu de sa mère l’alien ! Et il n’est. pas. mort.

note       Publiée le vendredi 10 mars 2017

chronique

Styles
metal
metal extrême
progressif
Styles personnels
philae sorti de retraite

Eurêka ! Ils ont retrouvé leur cosmo-alchimiste ! Leur Skywalker d'île irlandaise à eux ! Leur sainte foi dans l'anti-matière ! Est-ce l'éjection de Blacky qui leur a redonné pareil poil de la bête (un tardigrade géant et velu) ? L'arrivée providentielle du nouveau nouveau, Rocky, à la basse calleuse et ac(i)érée ? Est-ce Chewy qui parvient à se dépasser et commence à marquer le Voivod de sa patte ? On a bien envie d'y croire oui. Et c'est certainement dans ce cas au moins à moitié gagné d'avance. Sur un format de mini qui plus est, tout à fait idéal pour usurper le génie en évitant de se planter dans des longueurs involontaires. Mais il n'empêche. Ces morceaux montés comme des missiles, urgents comme un exercice d'évacuation nucléaire, ces refrains (?) en béton armé qui te renvoient Vektor jouer aux Lego Technic, cette prod limpide comme un Cynic période 3.1, le son Voivod renaît ! Avec des morceaux complexes et pourtant d'une évidence prodigieuse pour les fans de première heure, Voivod commence enfin à digérer Voivod. Pas façon Forest, pas façon Newsted, pas façon Target Earth / exercice de style, mais bien en embrayant la tangente de trajectoire stellaire qu'on leur souhaitait. Post Society mise sur des ambiances glauques, des harmonies larges et épiques. Tout à la fois plus sérieux qu'aux grandes heures - notamment dans le dialogue radio entre Rocky et Away solide comme un réacteur - et toujours aussi bouffonesque tragique quand le capitaine Snake - éternel punk à chien spatial en mal d'amour - se met à prouver qu'il a encore des idées et qu'il sait faire dire tout et son contraire à la même ligne de chant, quitte à flirter quelque fois avec un romantisme robotique auquel on ne le savait pas sujet (We Are Connected, mazette). Post Society laisse de larges espaces à Chewy, dont on perçoit ici bien plus clairement le bagage académique (prof de guitare jazz diplômé, qu'il est, le garnement) ou simplement le background musical (les dissonances Voivodiennes se diluent parfois presque trop dans les délires techno-thrash), pour construire des ambiances singulières, souvent en sevrage du prog rock dont on les connaissait client pour se réinventer vers le prog metal pur et dur (Cynic et Extol ne sont plus qu'à un parsec). Reste à voir si ce coup de jeunesse inespéré saura tenir l'endurance d'un format un peu plus élaboré : ça tombe bien, c'est attendu pour 2017.

note       Publiée le vendredi 10 mars 2017

Dans le même esprit, Consultant en informatique vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Post Society".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Post Society".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Post Society".

Raudus › mardi 2 octobre 2018 - 09:45  message privé !
avatar

Concert bien prenant, en effet. Pourtant, j'aurais pas misé cher sur Snake en le voyant claudiquer le long de la berge avant le concert, tel un punk bourré cherchant son chien. Grave erreur de terrien, l'est sacrément solide le chum, en témoigne le flegme avec lequel il a encaissé la mandale accidentelle que lui a mise un stage-diver indélicat sur le morceau Voivod. Le Snake vacille, en perd son micro, s'essuie la trogne d'un revers de main, ramasse son micro et braille derechef. Les gars prenaient visiblement leur pied, sur scène comme dans le pit. Super ambiance.

Quant au dernier album, je me joins au concert de louanges. Voivod lives!

torquemada › lundi 1 octobre 2018 - 23:30  message privé !

oui excellent album et concert très sympa !

Note donnée au disque :       
boumbastik › lundi 1 octobre 2018 - 19:27  message privé !

Le petit dernier The Wake est vraiment cool. Et le concert du 29/09 au Petit Bain valait son pesant de sirop d'érable.

Jesuis › samedi 11 mars 2017 - 14:58  message privé !

http://www.pledgemusic.com/projects/voivod?utm_campaign=project15365