Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOld Skull › C.I.A. drug fest

Old Skull › C.I.A. drug fest

cd • 14 titres

  • 1C.I.A. drug fest
  • 2Mary had a little lamb
  • 3Pizza man
  • 4Grinding your teeth
  • 5Kick ass
  • 6Suaside
  • 7From a little kid's point of view
  • 8Welcome to the pissing pot
  • 9Homeless
  • 10Punkland
  • 11Bill
  • 12D'ya all know where the herb is
  • 13Get away
  • 14Willie's nightmare (somewhere over the rainbow)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Smart Studio, Madison, Wisconsin, USA

line up

Jean-Paul Toulon (chant, batterie), Spike alias Jamie Toulon (basse, chant, percussions), Josh Scott (guitare, chant, percussions), Chris Scott (percussions, vocaux)

remarques

chronique

Styles
hardcore
punk
Styles personnels
pre-teen hardcore

Trois ans après leur premier forfait, alors que l’aîné n’a toujours pas atteint ses quatorze ans, les gosses de Old Skull remettent le couvert sous la houlette de papa qui signe forcément quelques textes (les plus engagés contre le gouvernement). Si techniquement, le niveau s’est légèrement amélioré (pas difficile), le disque est clairement le prolongement du premier en plus glauque encore…Forcément hurler dans un micro à treize ans est encore plus flippant que de le faire à dix. Les remarques globalement sont les mêmes: c’est le bordel ! La rythmique notamment, tenue avec peine quand le tempo n’est pas trop rapide, plus laborieuse quand il s’agit d’accélérations (soyons honnêtes, elles ne sont pas maîtrisées); les parties de guitare, bien que très simples, sont, elles, en progrès. Le chant ? Toujours aussi impressionnant, pas par sa justesse bien évidemment (il est même parfois en décalage comme sur ‘Pissing pot’) mais par ce qu’il dégage. Car rien à dire, cet anarchisme sonore propre au manque de capacités de Old Skull, je l’adore. Ces gamins parviennent (indépendamment de leur volonté ?) à installer une ambiance très particulière, franchement sombre (‘Willie’s nightmare') avec des guitares en souffrance malmenées par des mains malhabiles, une production frisant l’indus parfois (les percussions métalliques, les discrets samples en arrière-fond) et surtout ces vocaux juvéniles dont la conviction est glaçante. Même sur un morceau moins engagé tel que ‘Pizza man’, croyez-moi, Toulon crie tellement comme un psychopathe qu’on le croirait bien capable de flinguer le livreur (et que dire quand il siffle ‘Hello Jesus’ en intro de ‘Bill’ ? La plus endurcie des bigotes en détalerait l’effroi dans les pupilles). Je dois bien admettre que sur d’autres tels que ‘C.I.A. drug fest’, ‘Punkland’ ou ‘Mary had a little lamb’, cette colère sur le tranchant du rasoir dégage quelque chose de limite émouvant…Ressentir tant de colère et de désespoir dans un timbre si jeune, mais quel pays prétendument civilisé peut donc offrir si peu d’espoir à ses kids ? Hélas, comme je l’expliquais dans ma revue de leur premier opus, la vie se chargera bien cruellement de leur en ôter la dernière once. Il en est de ces disques qui vous marquent et pas pour leurs qualités musicales…Le punk dans son essence la plus pure et la plus tragique.

note       Publiée le mardi 7 mars 2017

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "C.I.A. drug fest".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "C.I.A. drug fest".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "C.I.A. drug fest".

Twilight › mardi 7 mars 2017 - 22:34  message privé !
avatar

https://www.youtube.com/watch?v=2VH8d5Wiy9U

Note donnée au disque :