Vous êtes ici › Les groupes / artistesNThe Neville Brothers › Yellow moon

The Neville Brothers › Yellow moon

  • 1989 • A&M 395 240-2 • 1 CD

12 titres - 53:01 min

  • 1/ My blood 4.11
  • 2/ Yellow moon 4.04
  • 3/ Fire and bimstone 3.57
  • 4/ A change is gonna come 3.43
  • 5/ Sister rosa 3.29
  • 6/ With god on our side 6.37
  • 7/ Wake up 3.21
  • 8/ Voo doo 4.26
  • 9/ The ballad of hollis brown 5.45
  • 10/ Will the circle be unbroken 5.16
  • 11/ Healing chant 4.34
  • 12/ Wild injus 3.17

enregistrement

Mixé par Daniel Lanois et Malcolm Burn, enregistré par malcolm Burn au Daniel Lanois’studio on the move. Produit par Daniel Lanois.

line up

Aaron Neville (Voix, claviers, percussions) ; Art Neville (Voix et claviers) ; Charles Neville (Saxophones, percussion, chœurs) ; Cyril Neville (Voix, hand drums, percussion) ; Willie green (Batterie, chinese drum) ; Tony Hall (basse, percussion, chœurs) ; Brian Stolz (guitares, percusion, chœurs)

Musiciens additionnels : Daniel Lanois (guitares additionnelles, claviers et chœurs), Malcolm Burn (guitares additionnelles, claviers et chœurs) ; Brian Eno (Claviers et effets), chant spirituel sur «A change…») ; The dirty dozen brass band (Cuivres) ; Terry Manual et Aashid Himmons (claviers ur «Sister rosa») ; Kenyatta Simon et Kufaru Mouton (percusion sur «My blood»).

remarques

chronique

Styles
jazz
blues
musiques du monde
Styles personnels
nouvelle-orléans

Sublime… voilà tout. Une véritable merveille de sons, percussions, guitares blues et célestes, basse féline, saxophone lascif… claviers chatoyants à l’onde spectrale… «Yellow moon»… voilà un disque qui vous emmène sous la lune de la Nouvelle-Orléans, pour vous y chanter, à la lueur du satellite bienveillant, et de quelques danses vaudous, la souffrance des peuples, la folie des hommes… la possession amoureuse. Le morceau titre, bien que mélancolique, «Fire and Brimstone» et «Wild injus» en sont les pièces rythmées et festives… richesse du feeling, musiciens élevés au folklore noir et Dr John… arrangements merveilleux, sons superbes : rien à dire… ces trois morceaux sont parfaits. «Sister rosa» aux voix rapées et à la musique de Louisiane violette est interpellante et magnifique, une mélodie de clavier/steel-drum à tomber par terre. Les trois autres quarts du recueil sont purement nostalgiques, mélancoliques, nocturnes… un peu sorcier dans ce saxophone sensuel et ce rythme déhanché de «Voo doo», Aaron Neville et sa voix de noir-américain contralto… obscur et incantatoire dans «healing chant» et sa langue étrange, basse inquiétante et saxophone qui en appelle à on ne sait quelles forces hypnotiques… percussions africaines qui appuient sur le groove… puis les chants fantomatiques et lointains comme des prières indiennes. Mélancoliques et nocturnes comme les joyaux purs que sont «With god on our side», «Will the circle…» ou «A change is gonna come»… où il suffit du son indescriptible d’un clavier qui à lui seul nous ouvre le ciel, sa profondeur et ses nuages, et de la voix de Aaron Neville, crystalline et affectée, de Cyril, éraillée et remplie d’émotion… parfois Daniel le grand producteur y met sa touche étoilée de dobro, il demande une larme de cuivre, un caillou de percussion… à travers ces trois titres notamment, le chef-d’œuvre des Neville Brothers est fait de moments d’une grandeur mélancolique et plaintive absolue, les mélodies sont délicates, émouvantes, pleines de feeling et de tristesse. «With god on our side» est très exactement ce que j’appellerai un miracle musical… larmes inévitables. Le malaise du pauvre Hollis Brown, perdu et dérangé par les démons de ce blues-slide à la guitare obsédante comme le vacarme des criquets en plein soleil… la tristesse implorante, mais digne, de «Wake up», transcendée par sa richesse rythmique, entrelacs de percussions, basse ponctuelle marquante, synthés de lune, hammond ou saxo shaman… tout cela depuis l’inoubliable «My blood», pièce d’orfèvrerie à la progression envoûtante, assise sur un lit de percussions merveilleuses, accompagnées des étoiles guitaristiques propres au producteur du recueil, gorgée de mélancolie et d’humanité, de feeling africain comme l’ensemble de ce disque, illuminée de claviers et de saxo venus du ciel. Bienvenu en Louisiane, où les noirs se souviennent de l’Afrique, à l’heure des pleurs, et des esprits que l’on réveille; Bienvenu sous la lune jaune... à laquelle les frères Neville adressent ici leurs plus poignantes prières.

note       Publiée le dimanche 21 juillet 2002

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Yellow moon" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Yellow moon".

notes

Note moyenne        8 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Yellow moon".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Yellow moon".

nicola › lundi 22 octobre 2018 - 19:23 Envoyez un message privé ànicola  nicola est en ligne !

C’est ici, pour The turn of a friendly card ?

Dun23 › lundi 22 octobre 2018 - 18:33 Envoyez un message privé àDun23

Bel album, j'ai tendance à trouver With god on our side très, trop long mais sinon, s'écoute très très bien.
Et sinon, oui, Rejuvenation des Meters est bel et bien une tuerie funk, évitant tous les pièges, pas de place au mielleux, juste le groove.. Mais les Meters sont hautement recommandables sur plein d'autres albums, mais celui là, c'est la quintessence.

mangetout › jeudi 19 juillet 2012 - 18:01 Envoyez un message privé àmangetout

Je confirme pour les Meters (Cyril Neville y participe aussi) les albums "Rejuvenation" (1974) et "Fire on the bayou" (1975) sont des tueries funky avec une section rythmique au groove implacable et des solistes de grande qualité à l'image de l'excellent guitariste Leo Nocentelli, cf. ses solos jazzy sur le titre "Middle of the road" extrait de "Fire on the Bayou", album produit par Allen Toussaint.

Coltranophile › lundi 22 mars 2010 - 15:29 Envoyez un message privé àColtranophile

Pour les amateurs de ce disque qui aiment bien la remontée aux sources, Art Neville était membre des Meters, le groupe phare de la New-Orleans Funk durant les années 70. Toutefois, la musique est assez loin de celle ici présente. par contre, ça groove sec pour ceux qui aiment bouger leur popotin.

Groovy › lundi 3 août 2009 - 22:42 Envoyez un message privé àGroovy

Ouhla, quelle découverte ! A la première écoute j'ai pensé a Gil Scott-Heron, le feeling, le chant parfois, version Nouvelle-Oléans. Par moment nostalgique qui révele une grande soufrance, par d'autres ca donne le gout de se bouger les fesses, j'adore !