Vous êtes ici › Les groupes / artistesNLuigi Nono (1924-1990) › Fragmente-Stille, An Diotima / "Hay Que Caminar" Soñando

Luigi Nono (1924-1990) › Fragmente-Stille, An Diotima / "Hay Que Caminar" Soñando

cd • 4 titres • 63:31 min

  • 1Fragmente-Stille, An Diotima35:51
  • 2"Hay Que Caminar" Soñando - 1ère Partie6:06
  • 3"Hay Que Caminar" Soñando - 2ème Partie10:34
  • 4"Hay Que Caminar" Soñando - 3ème Partie10:34

enregistrement

Enregistré en juillet 1990.

line up

Luigi Nono (1924-1990) (composition), Quatuor Arditti (quatuor à cordes), Irvine Arditti (violon), David Alberman (violon)

remarques

chronique

Avec le quatuor à cordes Fragmente–Stille, an Diotima (1979-1980), Luigi Nono semble entrer dans une phase plus personnelle de sa carrière. Le compositeur italien se concentre davantage sur des idées musicales abstraites ; mais même s’il est en quête de nouveaux concepts dans cette œuvre et celles qui suivront, il n’abandonne pas le fondement esthétique et les questions techniques soulevées auparavant. Ainsi, la forme construite à partir d’une série discontinue de fragments (qui a déjà fait l’objet d’expérimentations depuis la fin des années 50 avec Diario polacco ’58) est désormais mise en avant, avec une réduction considérable des longueurs et un autre niveau de dynamique de pièces, comme autant d’îles sonores perdues au beau milieu d’un paysage de silence. La vision de l’interprète comme source d’inspiration individuelle fait partie de ce changement, à travers des échanges accomplis en collaboration avec le compositeur (dans les années 1970, cette façon de travailler donne le jour avec Pollini à Como una ola de fuerza y luz et … sofferte onde serene…) : le Quatuor Arditti assume ici parfaitement son rôle et parvient à capter l'énergie entre les lignes de l'unique partition du genre écrite par le génie vénitien. Pas de doute, la forme noble a beaucoup évolué depuis Haydn... On retrouve aussi, sur ce disque, la toute dernière œuvre de Nono "Hay que caminar" soñando (1989). Derrière la folle innovation, une histoire inspirée par un passage à Tolède, ultime témoignage de sa fascination pour Antonio Machado, là encore redoutablement servi par les vifs archets d'Irvine Arditti et David Alberman. Le chemin n’existe pas, il se fait en marchant…

note       Publiée le samedi 11 février 2017

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Fragmente-Stille, An Diotima / "Hay Que Caminar" Soñando" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Fragmente-Stille, An Diotima / "Hay Que Caminar" Soñando".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Fragmente-Stille, An Diotima / "Hay Que Caminar" Soñando".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Fragmente-Stille, An Diotima / "Hay Que Caminar" Soñando".