Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMotörhead › Clean your clock

Motörhead › Clean your clock

  • 2016 - Udr, UDR 062P14 (2 cd)

cd | 16 titres | 74:04 min

  • 1 Bomber [03:36]
  • 2 Stay clean [03:20]
  • 3 Metropolis [04:11]
  • 4 When the sky comes looking for you [03:46]
  • 5 Over the top [02:53]
  • 6 Guitar solo [02:00]
  • 7 The chase is better than the catch [05:09]
  • 8 Lost woman blues [04:44]
  • 9 Rock it [03:10]
  • 10 Orgasmatro [05:40]
  • 11 Doctor Rock [08:57]
  • 12 Just 'cos you got the power [05:57]
  • 13 No class [03:14]
  • 14 Ace of spades [03:50]
  • 15 Whorehouse blues [04:36]
  • 16 Overkill [09:00]

enregistrement

Enregistré live les 20 et 21 novembre 2015 au Zénith de Munich

line up

Phil Campbell (guitare, chant), Mikkey Dee (batterie, guitare), Lemmy Kilmister (chant, basse, harmonica)

remarques

Contient le concert en DVD ou Blu-Ray

chronique

Styles
rock
hard rock
Styles personnels
hommage scénique

Et voilà, cela fait maintenant plus d'un an que nous vivons dans un monde où Lemmy n'est plus avec nous. Jusqu'au bout il aura brandi fièrement l'étendard du rock n' roll le plus burné. Six mois après son décès, on a vu débouler dans les bacs cette première sortie posthume sous la forme d'un live CD+vidéo issu de la toute dernière tournée de Motörhead, en Europe pendant automne 2015, à peine un mois avant le décès du légendaire frontman. Déjà, avant toute chose, il faut bien préciser que vu les moyens mis en oeuvre à Munich pour capter les deux soirs de concert, cette sortie était de toute manière prévue et nous aurions eu ce live entre les mains même si Lemmy avait toujours été parmi nous. Donc pas ici d'exploitation pécuniaire éhontée de sa mort. D'ailleurs, à part la pochette centrée sur son visage ainsi qu'un message de remerciement de Motörhead dans le livret, rien ne fait penser à un disque posthume dans le superbe artwork de l'objet. J'avais eu l'occasion d'assister au tout dernier concert français de Motörhead au Hellfest, quelques mois avant cette dernière tournée (la date parisienne avait été annulée suite aux attentats du Bataclan, 2 jours avant la date prévue), et bien que Lemmy n'avait pas rajeunit, il restait plutôt fringant et les images projetées au même endroit un an plus tard lors de son hommage m'avait conforté dans mon idée : Motörhead, même durant l'été 2015, ça le faisait encore bien grave !! Et puis, quelques semaines plus tard, la tournée américaine avait été interrompue à cause de la santé de Lemmy qui se détériorait. Et là, quand on écoute et/ou qu'on voit ce concert, il est clair que Lemmy a pris un énorme coup de vieux en quelques mois. Il est extrêmement amaigri et sa voix est vraiment très très fatiguée. La première fois que je l'avais vu affaibli, c'était pour la sortie d'"Aftershock" en 2013, mais là, c'est encore plus impressionnant. Par moment, je me demande même comment il réussit malgré tout à tenir la distance d'un concert. Alors certes, le rythme s'est un peu ralenti avec nombre de mid-tempos ("Lost woman blues", "Just 'cos you got the power", "Metropolis", "Whorehouse blues"), la durée du concert est bien plus courte que par le passé (tout tient sur un simple CD), cela faisait 3-4 ans qu'en plus d'avoir un solo de batterie, un petit solo de guitare de Phil Campbell a été ajouté, permettant à chaque fois à Lemmy de se reposer un peu. Oui, mais quand on le voit sur scène, à tout donner, à assurer tant bien que mal un set complet, cela ne peut qu'inspirer le respect. Certes, ce "Clean your clock" n'est pas le meilleur live du groupe, mais il permet une fois de plus de se mettre du Motörhead entre les oreilles et ça, c'est toujours du bonheur. Mikkey Dee et Phil Campbell sont impeccables. Le groupe fait preuve d'une réelle cohésion. Se dire qu'à l'aube de ses 70 ans, Lemmy était encore sur la route alors que tant d'autres auraient déclaré forfait et se seraient contentés d'une retraite dorée et paisible. Lui, il était toujours au charbon pour tout donner pour ses fans, au nom du Rock n' Roll, et ça, c'est un immense respect que nous lui devons. Certains diront que ça fait mal de le voir dans cet état, qu'il ne faut pas garder ce souvenir de lui. Certes, il n'était pas dans sa meilleure forme, mais personne ne le forçait à continuer et c'est lui qui a toujours voulu continuer, jusqu'au bout (comme il l'indiquait dans leur dernier album "Bad magic" avec le morceau "Till the end") ! Et là encore, ce live, c'est un nouveau témoignage pour montrer au monde ce qu'est une vie dédiée entièrement au rock n' roll, un dernier cadeau à tous les fans de la formation, sans compromis et avec la flamme toujours intacte, jusqu'au dernier souffle. C'est comme cela que je veux me souvenir de Lemmy, une vie entière dédiée au rock de manière totalement intègre et passionnée. Merci pour tout Mr. Kilmister !

note       Publiée le samedi 28 janvier 2017

partagez 'Clean your clock' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Clean your clock"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Clean your clock".

ajoutez une note sur : "Clean your clock"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Clean your clock".

ajoutez un commentaire sur : "Clean your clock"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Clean your clock".

Demonaz Vikernes › jeudi 14 novembre 2019 - 16:28  message privé !

Sans remettre en cause l'existence de l'objet (qui comme indiqué dans la chro était prévu avant la mort de Lemmy), il reste l'exemple type du truc que tu achètes pour la collection et que tu ne ressortiras jamais. Le suppot vidéo est vraiment dur à regarder tant Lemmy semble déjà hors course, et le support CD à un son de merde par rapport au support vidéo (de mémoire le début du disque où la guitare est inaudible). Bref, tout sauf le disque de Motörhead à conseiller, sauf s'il ne vous manque que celui là.

Note donnée au disque :       
torquemada › dimanche 29 janvier 2017 - 16:44  message privé !

Chro très juste. En voyant des videos des derniers concerts de Motorhead, on est partagé entre la pudeur qui pousse à ne pas regarder Lemmy dans cet état et l'admiration devant la capacité de ce mec à aller jusqu'au bout de son engagement pour sa musique.