Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTKazuki Tomokawa › Nikusei

Kazuki Tomokawa › Nikusei

  • 1976 • Harvest YC-8006 • 1 LP 33 tours

vinyl 33t • 13 titres • 43:17 min

  • 1Grandpa4:24
  • 2Winters Are Just So Wretched2:20
  • 3A-Me-Ran Ku-Yu-Ran3:32
  • 4DaGaZuGu2:42
  • 5A Fitting Adolescence3:22
  • 6Oh, Spring has Come - 1st Stanza6:15
  • 7Phone2:57
  • 8The Fridge0:50
  • 9Smash Into Small Pieces3:10
  • 10Don't Massacre Our Stellar Sea Lions2:47
  • 11Harmonica4:22
  • 12A Laconic Poem3:26
  • 13Stone3:10

enregistrement

Enregistré à Onky House.

line up

Toshiaki Ishizuka (percussions, arrangements), Kazuki Tomokawa (voix, guitare, arrangements), Kazuo Suguro (guitare, guitare électrique, arrangements)

remarques

chronique

Styles
folk
world music
Styles personnels
acid folk nippon

Pour son second disque, Tomokawa reprend les mêmes éléments que précédemment (jusqu'à un autre coup de fil en début de face B) pour aboutir à un résultat bien plus convaincant, en se laissant davantage de libertés. Outre les clins d’œil appuyés du côté d'un folklore nippon au parfum semi-vahiné, il mise donc sur un aspect plus brut ; sa voix se fait plus rauque et semble adopter des postures proches de Mibu Furukawa, voire des mimiques de Kan Mikami. C'est évident dès le coup de feu, "Grandpa", morceau frénétique où la batterie s'étale de tout son long sur un riff qui n'est pas sans rappeler les tablatures du natif d'Aomori. L'hommage à son aïeul, qu'il reprendra bien plus tard avec Motoharu Yoshizawa, est un vrai manifeste : attention, ce n'est pas le même camembert ! Les grands cris sont chargés d'une intense émotion, une émotion violente, transie et perçante. L'énergie qui s'en dégage est dépensée sans économie dans des râles à tordre les boyaux. La notion de catharsis est omniprésente. Tomokawa à peine soulagé, certains automatismes se mettent en place et culminent avec des chansons comme "Don't Massacre our Stellar Sea Lions" ou "DaGaZuGu", titre qui réunit en 1976 tous les éléments forts de son interprétation : éclatements, saillies saisissantes sur un lit de guitare à fleur de peau. Étrange transition, alors, que la piqûre de rappel électrique sur "A Fitting Adolescence", qui n'est pas tant une carence créative qu'un passage obligatoire dans l'exercice d'un album folk pas encore tout à fait tombé dans l'acide. Bien sûr, persistent des instrumentations rebattues (et un petit coup d'harmonica pour la route ?), et surtout, des montées en puissance bien trop semblables ; pas forcément contre-productives, mais avouons que chaque fin de sillon de Nikusei est cuisinée à la même sauce. En fait, ces instants moins chavirants contribuent à un équilibre, un moyen d'apaiser ses démons intérieurs après nous les avoir crachés à l'oreille ; une expiation qui tient parfois moins à des mots qu'à des glapissements. L'écart se transforme alors en ouverture, en don de soi plus complet, révélant la passion de cette âme solitaire venue des froides régions du nord.

note       Publiée le jeudi 26 janvier 2017

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nikusei".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nikusei".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nikusei".