Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFF.D.Project › Timeless II

F.D.Project › Timeless II

cd | 7 titres | 62:57 min

  • 1 Space Fields [ 5:52]
  • 2 Lost Ship [ 6:40]
  • 3 Elemental Movement [ 12:42]
  • 4 The Return of O; Part V [ 7:45]
  • 5 Spectralis [ 6:30]
  • 6 Timeless Two [ 6:03]
  • 7 An Evening (Live) [ 17:26]

enregistrement

Composé, enregistré et mixé par Frank Dorittke entre Mars 2016 et Décembre 2016

line up

Frank Dorittke (Synthés Roland, Korg, Access Virus et Yamaha, Manikin Schrittmacher et guitares Ibanez et Gibson)

chronique

Une ligne de séquences vive et sautillante disperse la brume des ronflements de machine et des longues ailes ombragées afin de faire ressortir le rythme très entraînant de "Space Fields". Les percussions structurent un bon rock électronique trempé dans des nappes de synthé dont les souffles flûtés rappelleront chez certains la période Jive de Tangerine Dream. Jouant avec fluidité sur les divers algorithmes des structures rythmiques, Frank Dorittke ajoute une 2ième ligne plus harmonique qui hoquète dans une structure saccadée et initie une très belle harmonie sifflotée par un synthé aux parfums de Mike Oldfield. Sur des rythmes lourds et vifs, forgés dans des patterns de séquences qui tournoient et/ou zigzaguent dans des structures minimalistes très enlevantes, et des harmonies ciselées soit par sa guitare unique et ses synthés, F.D. Project présente en “Timeless II” son plus solide album à date. Si on a tournoyé avec la spirale hypnotique de "Space Fields", "Lost Ship" nous amène vers une structure motorik lourde avec un amalgame de cognements et de pulsations sourdes qui martèlent un rythme saccadé que des percussions redirigent en une structure plus fluide. Des effets cosmiques, des nappes éthérées et des ombres vampiriques entourent la rudesse du rythme alors que de très bons et incisifs solos de guitare le flagelle et le transperce après la barre des 3 minutes. Et ce jusqu’à sa finale. "Elemental Movement" propose une autre structure circulaire minimaliste très pesante et nourrie de diverses tonalités dont des cliquetis de cymbales et des accords défilant ici et là en filets stroboscopiques. Le synthé y est superbe avec de belles harmonies rêveuses. Un bon titre très entraînant avec juste ce qu’il faut en nuances pour que l’on apprécie ces longues ritournelles minimalistes. Doit-on nécessairement parler de "The Return of O; Part V"? Absolument! Sur une structure toujours coulée dans la pesanteur, dans la lourdeur, Frank Dorittke nous amène dans les territoires de Q2 avec une savoureuse approche sphéroïdale tant éthérée que celtique. Des réminiscences de Tubular Bells sont toujours au rendez-vous, de même que quelques petits arômes de 5 Miles Out et les nombreux solos d’une guitare toujours aussi conquérante. "Spectralis" deviendra la plus belle ballade du répertoire de F.D. Project. Imaginez Drunken Mozart in the Desert, par Edgar Froese, mais dans un mouvement en accéléré. C’est un peu la colonne de "Spectralis" qui déroule un lit de séquences scintillant comme une flopée des colibris aux ailes diamantées. Hallucinante, cette structure est appuyée par de sobres percussions qui lui confèrent une approche aussi rock que la mélodie séquencée peut être en mode ballade. C’est entraînant et vivant et la mélodie perce son ver-d’oreille alors que la guitare, toujours incisive, fait tournoyer des solos encore et toujours très inspirés. Après une introduction tissée dans la rêverie, "Timeless Two" s’extirpe de sa phase éthérée afin d’offrir un rythme lourd et lent qui gagne en intensité. La guitare est toujours aussi porteuse de solos qui éventrent l’indifférence. "An Evening (Live)" est un titre performé à Ledigenheim Dinslaken, Allemagne, en Mai 2014. D’ailleurs une vidéo de 30 minutes est disponible sur You Tube. C’est une très belle incursion dans les univers cosmiques de Jean-Michel Jarre et les mouvements de séquences vives qui révolutionnaient l’art des rythmes électroniques avec Stratosfear de Tangerine Dream. Il y a plein de clins d’œil à la musique d’Oxygène ici et Frank Dorittke démontre qu’il est autant à l’aise avec ses synthés et son séquenceur qu’avec sa guitare qui lui a ouvert les portes de cette savoureuse fusion entre l’approche Celtique de Mike Oldfield et la MÉ très Berlin School et/ou cosmique. Un superbe album et une excellente surprise, “Timeless II” a trouvé sa niche sur ma liste des top 10 de 2016!

note       Publiée le mercredi 25 janvier 2017

partagez 'Timeless II' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Timeless II"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Timeless II".

ajoutez une note sur : "Timeless II"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Timeless II".

ajoutez un commentaire sur : "Timeless II"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Timeless II".