Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSoft Cell › The art of falling apart

Soft Cell › The art of falling apart

cd | 12 titres

  • 1 Forever the same
  • 2 Where the heart is
  • 3 Numbers
  • 4 Heat
  • 5 Kitchen sink drama
  • 6 Baby doll
  • 7 Loving you hating me
  • 8 The art of falling apart
  • 9 Hendrix medley
  • 10 Martin
  • 11 Barriers
  • 12 It's a mug's game

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Camden Cell, Londres, Angleterre; août-septembre 1982

line up

Marc Almond (chant), Dave Ball (musique)

Musiciens additionnels : John Gatchell (trompette)

remarques

Les titres 9 à 12 sont des bonus par rapport à l'édition originale.

chronique

Styles
new wave
Styles personnels
torve...

Des vies gâchées, une pente que l’on n’arrive jamais à remonter, la violence comme substitut à la frustration, l’alcool pour rêver à plus haut quand on est au plus bas… S’effondrer, une forme d’art ? Comme une version perverse du pop art ? Si Warhol pouvait tourner un court-métrage à partir d’un hamburger, Soft Cell parvient à faire de la pop en se faisant les observateurs des milliers de destins foirés qui parsèment la vie londonienne. Légèrement moins sexuel que ‘Non stop erotic cabaret’, ‘The art of falling apart’ en reprend la formule en la perfectionnant. Dans les sonorités notamment avec une boîte moins basique, des claviers plus développés; dans l’écriture également. Plus que jamais, Marc Almond joue son rôle de parolier, plus corrosif que jamais, subtile dans le regard, nous poussant parfois aux limites du rôle de voyeur (‘Baby doll’) sans trancher à notre place, d’où un certain malaise. Quoi ? Mais ces mecs font de la pop ! Ceux qui pensent ça n’ont rien compris. Oui, le duo assume parfaitement son orientation musicale et ne répugne pas à faire danser mais de manière torve. Certes, ‘The Art of falling apart’ n’a pas de ‘Tainted love’ ou de ‘Sex Dwarf’ mais il a le génial ‘Heat’ avec ses textes durs (‘Do you use the bodies like cigarettes, do you need them for ego, do you need them for sex ?’), le plus doux mais terrible ‘Home is where the heart is’ (‘Home is where the hurt is’) ou encore le sombre et malsain ‘Baby doll’. Le fait que ce second essai ait quelque peu moins bien marché est significatif, beaucoup de gens avaient sous-estimé la portée de Soft Cell. Avaient-ils compris l’aspect glauque de ‘Kitchen sink drama’ derrière la mélodie sucrée du refrain ? Avaient-ils saisi que ‘Numbers’ était un hommage au livre du même nom de John Rechy ? Un autre aspect que j’apprécie chez nos Anglais est leur sens de la reprise. En bonus, nous trouvons un medley de reprises de Hendrix (‘Hey Joe’/‘Purple haze’/Voodoo chile’) que je trouve personnellement croustillant et méconnaissable dans son habillage new wave synthétique mais que les puristes de la guitare regarderont comme un sacrilège. Autre supplément jouissif, ‘Martin’ inspiré d’un film d’horreur de Romero, qui du haut de ses dix minutes n’aurait pas trouvé sa place à l’époque. S’effondrer comme forme d’art…Oui, un concept intéressant et brillamment exploré par un duo qui, lui-même, s’effondre en coulisse…

note       Publiée le samedi 14 janvier 2017

partagez 'The art of falling apart' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The art of falling apart"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The art of falling apart".

ajoutez une note sur : "The art of falling apart"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The art of falling apart".

ajoutez un commentaire sur : "The art of falling apart"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The art of falling apart".

mangetout › mardi 17 janvier 2017 - 11:42  message privé !

Warhol, Hamburger (les deux étant aussi importants, j'ai mis deux majuscules) : https://www.youtube.com/watch?v=Ejr...

Sinon il est très bon ce deuxième Soft Cell.

Klarinetthor › samedi 14 janvier 2017 - 17:50  message privé !

le medley d'Hendrix est surprenant et excellent; un de mes favoris de Soft Cell, que j'ai en plusieurs formats, du coup.

Note donnée au disque :       
Raven › samedi 14 janvier 2017 - 16:21  message privé !
avatar

Forever the same ; Martin (même si c'est un bonus). Etonnant, cet album.

Note donnée au disque :       
Hazincourt › samedi 14 janvier 2017 - 12:47  message privé !

CULTE ! mais par contre j'arrive pas du tout avec le "Hendrix medley" je zapp à chaque fois ce titre. Album que j'ai eu en k7, puis en lp et finalement en cd :)

Note donnée au disque :