Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSThe Stooges › The weirdness

The Stooges › The weirdness

cd | 12 titres

  • 1 Trollin'
  • 2 You can't have friends
  • 3 ATM
  • 4 My idea of fun
  • 5 The weirdness
  • 6 Free & freaky
  • 7 Greedy awful people
  • 8 She took my money
  • 9 The end of christianity
  • 10 Mexican guy
  • 11 Passing cloud
  • 12 I'm fried

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Electrical Studio, Belmont, Chivago, Illinois, USA.

line up

Ron Asheton (guitare), Scott Asheton (batterie), Iggy Pop (chant), Mike Watt (basse)

Musiciens additionnels : Steve Mackay (saxophone)

chronique

Je pourrais ne pas être objectif avec ce disque, la tournée ‘The Weirdness’ m’aura permis de voir enfin les Stooges en vrai, qui plus est avec Ron Asheton (qui décédera quelques mois plus tard), c’est vous dire si il évoque des souvenirs puissants. Voilà qui n’en fait pas un bon album pour autant. Ni un ratage total d’ailleurs. Question d’angle de vue. Il est vrai qu’après avoir produit trois albums aussi séminaux et essentiels que ‘The Stooges’, ‘Funhouse’ et ‘Raw power’ qui influenceront toute la scène punk, grunge, indie, goth même un peu, de la fin des 70’s à aujourd’hui et pour longtemps encore, il paraissait peu évident de faire aussi bien, surtout 34 ans plus tard. Effectivement. ‘The weirdness’ est un disque sans audace, un disque de réunion pour rockers, un peu noyé dans une masse d’albums d’un style similaire que le groupe aura lui-même participé à développer. La rançon du succès. Niveau électricité, et c’est là que les avis peuvent diverger, je trouve qu’ être capable de pondre un tel disque à l’approche de la soixantaine n’est pas rien, le feeling est bien là malgré tout, même si personne n’attendait de Iggy qu’il se balance par terre sur un tapis d’éclats de verre (ce qui ne l’empêchera pas de sauter partout à torse-nu dans un futal serré tellement déchiré qu’on se demandait s’il n’allait pas une nouvelle fois nous montrer son kiki ou son cul sur scène). Oui, c’est assez banal dans l’écriture, ça n’évite pas totalement l’auto-parodie de ses propres gimmicks tant musicalement que niveau paroles (‘Free & freaky’, ‘You can’t have friends’, ‘She took my money’, ‘Mexican guy’) mais le disque propose quelques titres sympa tels que ‘Trollin’, ‘The weirdness’ (avec son saxo décalé), ‘Greedy awful people’, 'I'm fried' ou encore ‘My idea of fun’. Pour ma part, je trouve que Iggy assure totalement derrière son micro, que les wahs wahs de Ron Asheton font leur petit effet même si on ne retient aucune mélodie suffisamment forte pour concurrencer la sainte trilogie des débuts. Quand à Scott Asheton, il a l’air de franchement s’éclater et de cogner avec son coeur (superbe jeu sur ‘Mexican guy’). Alors, oui, parler de titres sympa en mentionnant les Stooges, ça ne se fait pas, ce combo est supposé se placer bien au delà d’une plateforme admettant la médiocrité ou du moins la semi-perfection mais d’un autre côté, facile d’écrire une chronique le cul dans son fauteuil avec une bière fraîche à côté, moins de sortir ses tripes en studio après une carrière de galères, d’alcool, de dope, de plein de trucs pas bons pour la santé et à ce jeu-là, les Stooges ont encore largement de quoi damner le pion à pas mal de jeunes formations qui bondissent partout mais ne se mettent pas réellement en danger. Evidemment, ce skeud n’était pas une nécessité mais il est là et personnellement, je l’aime bien même si moins que ses trois prédécesseurs. ‘The weirdness’ n’est plus là pour révolutionner quelque chose, ce n’est plus aux Stooges de le faire, c’est un bon disque de garage, bien torché (Steve Albini aux manettes quand même), pas exceptionnel mais pas dégueulasse pour autant, bien au contraire. Vieillir ainsi, ça donne moins peur de vieillir du coup ! 3,5/6

note       Publiée le dimanche 25 décembre 2016

partagez 'The weirdness' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The weirdness"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The weirdness".

ajoutez une note sur : "The weirdness"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The weirdness".

ajoutez un commentaire sur : "The weirdness"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The weirdness".

Klarinetthor › dimanche 25 décembre 2016 - 16:14  message privé !

Watt detonne un peu par rapport aux autres; meme dans le Jarmusch ca saute aux yeux; je le respecte pour ses projets originels, mais dans les Stooges...

dariev stands › dimanche 25 décembre 2016 - 16:10  message privé !
avatar

AH ouais mince y'a eu un suivant c'est vrai. écouté une demie-fois, à peu près pareil que 95% des reformations : nul et non avenu. Mais comme les Stooges font toujours tout à fond, ce disque là est vraiment naze. Vu les stooges sur la même tournée, avec Ron AshEton (meilleur chanteur, meilleure ambiance, meilleur concert ou pas loin), mais ça n'empeche que ce disque est un honte pour ce line-up qui n'avait jusqu'ici jamais enregistré que du 6/6 pur kérosène. Mais bon ça a du tellement faire plaisir à ce bon Mike Watt, c'est déjà ça...

(N°6) › dimanche 25 décembre 2016 - 11:58  message privé !
avatar

L'album qui sert à rien.

Raven › dimanche 25 décembre 2016 - 11:21  message privé !
avatar

Ou plus peur.

Note donnée au disque :       
torquemada › dimanche 25 décembre 2016 - 10:55  message privé !

Celui-ci est simplement plat, le suivant est carrément honteux.

Note donnée au disque :