Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTKazuki Tomokawa › Gleaming Crayon

Kazuki Tomokawa › Gleaming Crayon

cd | 11 titres | 43:37 min

  • 1 Gleaming Crayon [3:53]
  • 2 Sky to Fly [2:31]
  • 3 Pleasure [4:29]
  • 4 To the Dead Man [2:44]
  • 5 The Keeper of Dreams [4:41]
  • 6 "Oval Coffin" a la carte [3:11]
  • 7 The Morning of Revolution [4:05]
  • 8 Azalea [4:11]
  • 9 On Hearing Tokoku [3:39]
  • 10 Slave to Thoughts [3:48]
  • 11 Sanki's Throat [6:25]

enregistrement

Enregistré au Red Bull Studio de Tokyo.

line up

Kazuki Tomokawa (guitare, voix)Toshiaki Ishizuka (batterie, percussions), Hiromichi Sakamoto (violoncelle, effets), Taro Kanai (guitare, guitare électrique), Masato Nagahata (piano, accordéon, mandoline), Ayumi Matsui (violon)

Musiciens additionnels : Harutaka Mochizuki (saxophone alto), Harumi Yamazaki (voix)

remarques

Pour chaque précommande, une peinture ou calligraphie de Tomokawa était incluse.

chronique

Styles
folk
avant garde
Styles personnels
poésie nocturne

Rares sont les chansonniers capables d’enrichir leur répertoire avec panache, à remettre inlassablement le couvert. Pour Kazuki Tomokawa, le philosophe hurleur, conserver un tel niveau de maîtrise décennie après décennie paraît si facile, comme une évidence contradictoire. La force tranquille d’un Brassens, le verbe d’un Rimbaud, le jeu d’un Ibañez et la véhémence d’un Bukowski font de cette rivière tumultueuse un cours d’eau que les grands enfants poursuivent. Le monde de Tomokawa est une poésie qui coule de source, qu’il sorte des chansons de sa guitare ou des tableaux de ses toiles, qu’il crie ses angoisses ou fasse briller sa graphite de spontanéité. Comme si le précédent album n’était qu’un simple tour de chauffe, l’artiste déroule un fil tendu comme une corde sensible avec un line-up encore plus chiadé, se résumant d’abord à la quintessence de ses collaborateurs les plus proches, puis invitant le surprenant Harutaka Mochizuki ainsi qu’un ancien de Taco et Gaseneta, Harumi Yamazaki, qui rempile dans la valse folle d’un dernier tour de chant. L’expressivité est reine, partout. L’abandon des formes simples et convenues, la fusion des instruments, les plaintes exprimées par la voix ou l’embouchure d’un saxophone merveilleusement criard mènent vers plus de richesses encore, pour qui saura effectivement les apprécier. Gleaming Crayons réunit tous les arguments d’un grand disque de folk doux-amer et frôle l'imperfection. L’instrumentation ne laisse filtrer aucun thème fort, elle est fragrance ; l’interprétation ne force aucun refrain, sa trace s’épuise et s’évapore comme la fumée d’une cigarette laissée négligemment au bord d’une palette de variations d'un bleu nocturne. En résulte donc le plus grand disque signé au fusain par cette âme vive depuis dix, voire quinze ans. C’est dans les vieux pots…

note       Publiée le dimanche 18 décembre 2016

partagez 'Gleaming Crayon' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Gleaming Crayon"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Gleaming Crayon".

ajoutez une note sur : "Gleaming Crayon"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gleaming Crayon".

ajoutez un commentaire sur : "Gleaming Crayon"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gleaming Crayon".

DukeOfPrunes › vendredi 13 janvier 2017 - 09:57  message privé !
avatar

Carrément, mais attention ! Tu sais, un coffret 10xCD regroupe des tas de perf, et c'est souvent inégal. Tomokawa est moins "pro" que Mikami, des fois y a pas grand-chose de calé. Son premier live "Inu" est certainement le meilleur point d'entrée : à l'époque, une sorte de cohésion et de jeu avec le public. J'ai l'impression qu'il a un peu perdu ça par la suite, mais qu'il a gagné en férocité. Mais sinon, ce disque a certainement été enregistré dans les mêmes conditions que le précédent : presque dans des conditions de concert :)

Note donnée au disque :       
Arno › vendredi 13 janvier 2017 - 01:05  message privé !

Je viens de piocher au hasard sur youtube... "Waltz" en live... Ça remue ce genre de trucs... Je crois que je vais me contenter de piquer des trucs à droite à gauche sur youtube... Ça a l'air encore mieux en live... Quelque chose d'écorché et de simple qui touche directement...

DukeOfPrunes › jeudi 12 janvier 2017 - 16:40  message privé !
avatar

Très content d'avoir permis à des gens de découvrir l'artiste, sinon l'album. Quand j'aurai un peu de temps, j'écrirai quelque chose sur des disques plus anciens. C'est un gros morceau, Tomokawa : perso, c'est devenu un de mes artistes de chevet.

Note donnée au disque :       
Cera › mercredi 11 janvier 2017 - 22:59  message privé !

je ne connaissait pas du tout cet artiste. Grosse découverte, via cette chronique. Je vois que sa disco est bien remplie. Merci guts.

DukeOfPrunes › vendredi 6 janvier 2017 - 10:00  message privé !
avatar

Ah, génial ! Beaucoup d'albums de Tomokawa sonnent de cette façon, mais tous ne sont pas aussi aboutis. Et puis Mochizuki, je le suis depuis quelques mois, c'est vraiment un type à surveiller (il a sorti quelques disques avec le frontman d'Up-Tight, très bons). J'aime comment "Sky to Fly" finit trop tôt, comme en s'excusant, pour faire place à quelque chose de plus intimiste. Le final est aussi un clin d’œil à certains disques de folk plus "théâtraux", je pense à Hatsuo Yamaya par exemple...

Note donnée au disque :