Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGötterdämmerung › Urban gothic

Götterdämmerung › Urban gothic

  • 2012 • Strobelight STRBGJV001 - limitée à 300 copies • 2 CD digipack

cd • 12 titres

  • 1Merge
  • 2Film Noir
  • 3Heaven's Ending
  • 4Skincree (version)
  • 5The Day Nobody Died
  • 6Frantic Flesh
  • 7Longshot
  • 8Vibroboy
  • 9Lovers dice
  • 10Manipulate BSV
  • 11Dour Lights
  • 12Ten Grim Commandments

dvd • 9 titres

  • 1URBAN GOTHIC:A Short Instrumental Movie (with Lovers Dice, Heaven's Ending, Driven, Rogues In A Nation Infilitrate
  • 2VIDEOCLIPS:Skincree
  • 3Triangulation
  • 4Film Noir
  • 5Bleeding Wooer
  • 6Left Hand Rapture
  • 7Good Things
  • 8Vibroboy
  • 9Echoes Of Despair

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

remarques

chronique

Que signifie faire de la musique ? Mettre des images en sons ? ‘Urban Gothic’, plus qu’une rétrospective de carrière, un véritable projet artistique: une exposition multimédia (sculpture, peinture, installations, vidéos, collages, musique…) de Marc Bijl ! Plus qu’une collection d’anciens titres, un paquet de nouveautés et quelques trucs plus anciens (‘Vibroboy’, ‘Skincree’, ‘Ten grim commandments’…)…Une manière de dépeindre les rues les nuits, les néons, les filles qui tapinent, l’obscurité interlope, le bitume, avec des sonorités, des mots. On retrouve le batcave/deathrock typique du groupe pulsé par sa boîte sèche et primale mais également des essais un brin plus mélancoliques que décadents (le superbe ‘Heaven’s ending’ riche en clavier), quelques pièces cinématographiques (le tranquille ‘Lovers dice’, ‘Frantic flesh’, deux instrumentaux ambient et nocturnes renforçant le sentiment de bande originale pour film) rappelant à qui l’aurait négligé que Götterdämmerung s’est toujours autorisé une vraie liberté hors de son propre cercle, sans trahir sa philosophie d’origine totalement cohérente après tant d’années de carrière. Cette alternance de violence punk, de noirceur inquiétante et de répits traduit la nuit urbaine, ses pièges, sa séduction dangereuse, ses multiples enfers comme autant de tranches de vie de celles et ceux qui n’ont pas toujours le choix. Ca, c’est pour la musique, bitch ! Parce que ‘Urban Gothic’, c’est aussi un DVD avec pas moins de huit clips et cinq compositions tissant ce qui nous est décrit comme ‘A short instrumental movie’, un sentiment de ’mélancolie’ plus que les clichés avec croix et tombes’, nous voulions une ‘mélancolie contemporaine de tous les jours de secrets dissimulés, de relations perdues, d’aventures érotiques et de culpabilité…Mais pas d’une manière explicite avec des dialogues’. Noir, intriguant, à l’image des statues dégoulinantes de Marc dont l’une orne la pochette…’I’m too sad to kill you’, peut-on lire sur un des murs de l’exposition…

note       Publiée le mercredi 7 décembre 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Urban gothic".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Urban gothic".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Urban gothic".

Jesuis › jeudi 8 décembre 2016 - 19:51  message privé !

J'ai déjà fait mes cadeaux de Noël tu es vraiment chiant Twilight.

Note donnée au disque :