Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGrief › Miserably Ever After

Grief › Miserably Ever After

cd | 9 titres | 57:20 min

  • 1 One of Those Days [03:22]
  • 2 Low Life [07:24]
  • 3 Nuisance [05:54]
  • 4 Angry Man [Reprise de Saint Vitus] [04:53]
  • 5 Miserably Ever After [09:23]
  • 6 Straight Edge - Closed Mind [06:20]
  • 7 Why Should You Care? [06:38]
  • 8 I Hate the Human Race [02:31]
  • 9 Trust [10:55]

enregistrement

Enregistré au printemps 1996 au Straight Jacket Studio. Co-produit par Grief et Bill T. Miller.

line up

Randy Odierno (basse, voix [8]), Rick Johnson (batterie), Terry Savastano (guitare, voix [8]), Jeff Hayward (guitare, voix).

remarques

Sorti en cd et double vinyle. Illustration par Eric Harrison.

chronique

Allez, on connait bien la sensation maintenant. On se recharge, on sort d’un profond retour sur soi, on a fait le tri, on a respiré un bon coup, le soleil recommence à pointer ses doux rayons sur notre front, ça va aller, tout peut être apprécié à nouveau du point de vue positif, tout peut être analysé et senti d’un autre point de vue, tout peut finalement se résumer à une histoire sans saveur, un peu pénible certes, mais bon, on survit, c’est déjà ça, on aime, on se tourne vers les phares du monde. On la connait bien cette sensation quand tout se fracasse encore une fois juste derrière toutes ces belles envolées sur ce que doit être la vie, ce qu’elle ne doit pas être, il suffit de voir la tronche de conos des membres de Grief sur les vinyles, ces objets "culturels" qui se payent à coups de vente d'organes, tout ceci est une blague, ça c’est un point de vue aussi, c’est le point de vue de celui qui voit les vagues monter et redescendre sur la gueule, le nez plein de sel, les chicots pleins d’algues, du sable entre les orteils, le manque dans le cœur, il fait trop chaud ça tape fort, le front pèle, la peau qui pègue, tout colle trop, mais eh... c’est quand même fendard ce cirque. Quelle misère. Même après tout ça... Formellement ? Le disque ? Un des chouchous du Rastignac, tout porte bien son nom, tout devient plus abstrait, René se lève ce matin, il a les glandes c’est incroyable, rien ne marche, il fume, il boit, il pète et crache et il ne veut vraiment plus parler à personne. Il appuie sur la sonnette, mais non faut juste utiliser la poignée couillon, puis se traine vers l’ascenseur pour aller acheter de quoi bouffer cette nuit, c'est pour après la sieste diurne, il marche beaucoup plus lentement depuis tout ce qui s’est passé l'autre jour, ce n’est plus vraiment le même homme, il est plus... lent, mais il a encore ces espèces de tics nerveux qui reviennent de temps en temps, comme des spasmes, quand une histoire absurde lui passe par la tête, et vu que le monde entier est devenu une histoire absurde, tout est susceptible, tout est susceptible de tout faire sur-sauter, un coup de klaxon, deux courriers inattendus, un regard de travers, la monnaie qui manque, l’angoisse de ne pas dormir, l’angoisse de devoir vivre, de se trainer comme une limace suicidaire et geignarde, pour, de temps en temps, re-boire à la source de trois riffs en mode mineur et subir ce mec qui dégueule dans les enceintes. Qu’il fut beau le temps de la contestation, et de l’imaginaire, qu’il fut beau le temps du hardcore et du heavy metal, et maintenant, après tout, il reste GRIEF, gravé sur le front du futur cadavre de l’amateur de musique, de l’être sensible, les rêves et idéaux chiés dans le pantalon, un litre de trop, une journée de plus à tourner comme des cons autour de nous mêmes, en hurlant, parce que, en fait, tout ça, c'est à cause des autres. Tout devait si bien se passer.

note       Publiée le mardi 6 décembre 2016

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

partagez 'Miserably Ever After' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Miserably Ever After"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Miserably Ever After".

ajoutez une note sur : "Miserably Ever After"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Miserably Ever After".

ajoutez un commentaire sur : "Miserably Ever After"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Miserably Ever After".

Rastignac › vendredi 9 décembre 2016 - 15:32  message privé !
avatar

Final percubaba Sur "Man...". :-)

Note donnée au disque :       
born to gulo › vendredi 9 décembre 2016 - 15:24  message privé !

Pochette abominable (quoique) mais : 1/If the World was Flat 2/le finale jazz/salsa/jesaisplus

Klarinetthor › vendredi 9 décembre 2016 - 13:58  message privé !

J'ai longtemps eu que Torso, chopé a gibert dans les annes 2000, puis Man will become qui me paraissait vraiment bon malgré sa pochette moche.

Note donnée au disque :       
born to gulo › vendredi 9 décembre 2016 - 10:03  message privé !

Ah, les premiers font leur petit effet quand on les découvre ; même encore après, hein ; mais les meilleurs, c'est Torso et Man Will Become the Hunted, là !

Klarinetthor › jeudi 8 décembre 2016 - 22:46  message privé !

les princes du riff moisi, mais ca marche quand meme. Un peu plus progressif et enveloppé que leurs premiers EP ; derniers decouverts grace a leur reedition et ptet mes preferés de toute leur disco.

Note donnée au disque :