Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBölzer › Hero

Bölzer › Hero

cd | 9 titres | 46:38 min

  • 1 Urdr [01:04]
  • 2 The Archer [06:12]
  • 3 Hero [07:29]
  • 4 Phosphor [07:47]
  • 5 Decima [00:52]
  • 6 I AM III [09:23]
  • 7 Spiritual Athleticism [05:49]
  • 8 Chlorophyllia [07:20]
  • 9 Atropos [00:42]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré, mixé et masterisé par M. Zech et V. Santura au Woodshed Studio, Landshut, Bavière, Allemagne.

line up

HzR (batterie), KzR (guitare, voix).

remarques

Sorti en cd digipak, cassette, vinyle, et fichiers téléchargeables sur bandcamp.

chronique

Un jour que je me promenais, j’entendis : « non, mais, tu peux pas t’empêcher d’écouter des trucs glauques, mais pourquoi ? C’est pas assez dégueulasse cet Euromarché ? Hein ? », et je me suis dit alors : c’est pas faux. Pourquoi labourer le sombre, le vil, pourquoi essayer de voir l’ombre toujours au milieu du tableau et non comme accessoire ? Je pense que c’est une question que s’est beaucoup posé le gars KzR, au vu d’entretiens que j’ai pu lire. Une des phrases clés, celle que je retiens le plus, c’est : « je suis carrément fada de la dualité, ah oui » (traduction honteuse par mes soins), car la discographie de Bölzer est une dissertation sur ce sujet. Le Roman Acupuncture est d’abord une sorte d’enterrement des idéologies fossiles grâce au calembour antichrétien le mieux réussi que j’ai pu lire ; Soma et Aura (ouvrez vos « Bailly ») coupent les deux poires en deux EPs et le buzz monte, le Maryland Deathfest fait jaser, et quelques années passent, pas beaucoup, et voilà le Héros, celui qui a fait, si j’ai bien suivi, la synthèse de toutes ces parties, de toute cette dualité qui a déchiré le monde mental en trois points à neuf pouces, afin d'ériger le soleil unique pour mieux enterrer ces monstres formateurs qui, il parait, hantent les rêves de l’humanité depuis qu’elle sait barbouiller des murs en représentant des hommes-cerfs-lions (et ça, je l’ai lu dans un des webzines intervieweurs là. Y a de quoi faire si vous êtes d’humeur « matinale » et « magicienne » sur « Bardo Mythology ». Un peu moins sur « Noisey » ). Et donc, musicalement, qu’est ce que ça donne ? Un album que j’ai beaucoup de mal à écouter à fond les ballons chez moi, « à l’air libre ». J’entends trop ce qu’on a pu reprocher à ce "Hero", ce chant clair, que j’imagine très rapidement atteint du syndrome « Aaron Turner » sur scène, c’est à dire grêlé de grandes espérances qui se transforment tel le carrosse de Cendrillon en casserole dorée. C’est quand je chope mes écouteurs et que je me les enfile dans mes trous (de tête), que ça brille, comme la pochette. Certes, c’est beaucoup moins guttural, mais c’est toujours aussi empreint de la marque du lion, et pas du mastodon comme j’ai pu le lire aussi... pourquoi c’est différent ? Certes, des pointes graves, répétitives, ponctuées de roulement haridornoquesques feront penser à la bande aux barbus de la casserole d’argent ; certes, mais non, ce que j’entends là, c’est quelque chose qui a muri pour se transformer en une pastèque pleine de bon jus, avec des riffs trop simples pour beaucoup mais qui, chez moi, redonnent des coups de peps phénoménaux ! Sur ce, on va enfiler ses braies en cuir de dragon et aller non pas brûler des gratte-ciel mais juste se poser devant un feu, en forêt, la gueule enfarinée, le nez qui picote, la bouche est amère et il y a comme une espèce de serpent qui se dessine sur le torse, les étoiles dégueulent, les ombres se propagent et s’agglutinent et tout cela danse avec les braises qui, à six heures du matin ne savent plus grand chose d’autre que ce qu’elles savaient hier, juste l’homme est là, il dort, les écouteurs dans les trous. De la tête. Vous voyez ? Bon, alors, si vous ne voyez pas, je sors la machine à adjectifs : puissant, tonitruant, intime, interne, explosif, méditatif, glouton, ascétique, fluo, salé. Plus death metal que Linkin Park, moins black metal que Blut aus Nord. Lyrique comme un Queen intersidéral. Démoniaque comme une pierre philosophale. Et puis beau comme un camion ; la note ne sera donc pas maximale, car j’ai juste envie qu’elle vive la sienne de vie aussi, on verra si tout crève, ou si tout se propage par duplication et mutation.

note       Publiée le jeudi 1 décembre 2016

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

partagez 'Hero' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Hero"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Hero".

ajoutez une note sur : "Hero"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hero".

ajoutez un commentaire sur : "Hero"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hero".

yog sothoth › mercredi 4 janvier 2017 - 13:12  message privé !
avatar

Je teste l'approche via l'album de ce groupe que j'avais snobé jusque là, histoire de piger un peu la hype, et pour ma part, ça ne fonctionne pas (et j'y entends bien le Masto, par contre), mais du genre encore moins que Mgla et Batushka, pour rester chez les chouchous des barbus à frange... me suis choppé 2 des EPs, pour voir si passe mieux...

Twilight › samedi 3 décembre 2016 - 16:43  message privé !
avatar

Acheté, reçu ce matin. Waow ! Légèrement Killing Joke, vaguement hardcore, un peu black, vraiment génial ! Merci pour la découverte ! Les vocaux sont parfaits.

Note donnée au disque :       
Raven › vendredi 2 décembre 2016 - 18:33  message privé !
avatar

Un bon 6 qui pourrait bien se transformer en un Six très prochainement...

Note donnée au disque :       
Bernard › vendredi 2 décembre 2016 - 12:18  message privé !

Un bon 5,5 qui pourrait bien se transformer en un 6 très prochainement...

Note donnée au disque :       
born to gulo › vendredi 2 décembre 2016 - 09:11  message privé !

Ils sont Suisses, pas Belges.

Note donnée au disque :