Vous êtes ici › Les groupes / artistes33 Hür-El › Hürel Arşivi

3 Hür-El › Hürel Arşivi

cd • 12 titres • 42:47 min

  • 1Kol Bastı2:18
  • 2Hoptirinom3:17
  • 3Mutluluk Bizim Olsun3:58
  • 4Canım Kurban3:18
  • 5Gönül Sabreyle Sabreyle4:24
  • 6Küçük Yaramaz2:49
  • 7Ağlarsa Anam Ağlar3:23
  • 8Ömür Biter Yol Bitmez3:54
  • 9Sevenler Ağlarmış5:54
  • 10Yara3:11
  • 11Döner Dünya3:04
  • 12Ağıt3:17

informations

line up

Feridun Hürel (chant, guitare, baglama), Onur Hürel (basse), Haldun Hürel (batterie, percussions)

chronique

Où comment un trio de frangins déjà pourvoyeurs d’un folk-rock anatolien bien achalandé passe à la vitesse supérieure et signe le plus gros album de rock psyché de la scène turque qui ne soit pas signé Erkin Koray. Gros, parce que c’est du gros son. Avec de gros riffs. On y revient. Alors, comment les trois frères Hürel en arrivent à donner ce coup de tatanes dans une anatolian pop déjà sur le déclin ? Avec un instrument. Feridun, chanteur et compositeur, il aime autant la guitare (électrique) que le saz (électrique aussi si ça lui chante). Sauf que passer de l’un à l’autre, c’est pas pratique. Alors, avec son papa, il se fabrique lui-même, avec ses petites mains de guitar-hero, un machin à double manche. Une guitare + un saz sur le même corps. Avec ça sous les doigts, Feridun est armé. Et avec la rythmique des frangins derrière lui, très chargées en percussions traditionnelles qui viennent te saturer l’espace de claques de davul divers et variés, les « trois mains libres » (leur nom de groupe, basé sur un jeu de mot avec leur patronyme) envoient la sauce épicée sur des compos toutes originales, n’étant pas de ceux qui se reposent sur des classiques folk ou des reprises de troubadours. Pour se faire une idée, l’implacable « Ağlarsa Anam Ağlar », avec ses gros riffs bluesy en intro, puis ça anatolian rock sévère, suivant la voix de miel de Feridun jusqu’au triple impact des soli guitare/saz/guitare qui s’enchainent, intensifiant le côté psyché sur la dernière reprise. Redoutable. Comme cette façon de multiplier les breakbeats qui feraient rêver n’importe quel producteur de hip-hop ou sampleur un peu fou. C’est d’ailleurs ce qui leur est arrivé, le son de guitare hyper acide de « Ömür Biter Yol Bitmez » a été repris par Amon Tobin (déjà sampleur de Moğollar), qui a quand même laissé de côté la partie la plus ouvertement psychédélique, ce long solo de saz électrique flingué qui se déplie sur un tapis de tambours en transe. Les Hürel, avec leur formation somme toute minimaliste dans la forme, constituent un power trio qui ferait baver n’importe quel aspirant heavy-psych malgré les mélodies vocales qui fleurent bon un Orient sucré, des morceaux comme « Sevenler Ağlarmış » sont de véritables usines à riffs qui partent dans tous les sens, se lançant d’un coup dans des rythmiques purement turques, Feridun faisant rugir son double manche, mêlant les sonorités Occidentales et Orientales l’air de pas y toucher dans des extrapolations de grattage de cordes à vous dégouter de jamais prendre des cours et Haldun, orchestre percussif à lui tout seul, prenant parfois le devant de la scène pour entrainer l’auditoire stupéfait dans des gigues irrépressibles. Les Hürel sont de sacrés numéros avec leurs costumes traditionnels et leur rock qui sent bon le bastringue comme sur « Mutluluk Bizim Olsun », génial morceau de rock’n’roll swampy à souhait avec un piano de saloon et des harmonies vocales bien perchées au Levant. Avec une facilité écoeurante, ils t’enquillent les tueries d’anatolian rock comme ce « Canım Kurban » où le sentimentalisme viril oriental se déroule en volutes de saz à faire onduler les corps les plus raides, ou ce « Gönül Sabreyle Sabreyle » au groove impossible, sa guitare arabesque et son refrain qui donne envie de se mettre minable au rakı en pleurant sur les femmes d’Istanbul, les plus belles du monde, en attendant l’irruption du solo au double effet acide/saz bien migraineux. On pourrait continuer comme ça longtemps. Y a bien deux ou trois morceaux peut-être un peu plus pop dans le lot, jamais les meilleurs, toujours un peu trop mielleux sur les bords, mais le second album des frangins Hürel, c’est avant tout la plus grosse tranche de rock psychédélique, de rythmiques intenables et de riffs d’enfer de la décennie. Ca se conclue, avant le retrait des affaires du trio pour raisons très pragmatiquement familiales, par le fantastique « Ağıt », dramatique et pour le moins relevé en ingrédients qui chauffe la caboche, de percussions hypnotiques qui te la mette à l’envers et de multicouche électrique d’une classe folle. Faut bien dire, matez-moi la pochette. Ils ont pas l’allure de cadors les frangins ? Tranquillou, ils te mettent une dernière claque à base d’anatolian rock. L’air de rien.

note       Publiée le vendredi 30 décembre 2016

Dans le même esprit, (N°6) vous recommande...

Amon Tobin - Out From Out Where

Amon Tobin
Out From Out Where

Alors, il est où le sample ?

Led Zeppelin - Physical Graffiti

Led Zeppelin
Physical Graffiti

Double manche et rêves d'Orient

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Hürel Arşivi" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Hürel Arşivi".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "Hürel Arşivi".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Hürel Arşivi".

    nicliot Envoyez un message privé ànicliot

    Merci pour la découverte

    Tallis Envoyez un message privé àTallis

    Yep, pas faux pour Led Zep. Tudieu, ce guitariste, quand même (quoique que les 2 autres frangins ne sont pas manchots non plus dans leurs genres) !

    Note donnée au disque :       
    (N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
    avatar

    N'est-ce pas ? L'album le plus purement rock de la scène anadolu pop, sans doute. Un double manche, c'est toujours pratique pour les riffs. J'devrais mettre Led Zep dans les recommandations…

    Tallis Envoyez un message privé àTallis

    Il poutre sévère, celui-ci !

    Note donnée au disque :       
    No background Envoyez un message privé àNo background

    Belle découverte ! Hormis Hoptirinom et Döner Dünya (un peu plus pop peut-être), c'est vraiment du tout bon, en particulier Sevenler Aglarmis, qui n'a rien à envier aux autres groupes psyché.