Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSoft Machine › Volume two

Soft Machine › Volume two

17 titres - 33:30 min

  • 1/ Pataphysical Introduction, Pt. 1 (1:00) - 2/ A Concise British Alphabet, Pt. 1 (0:10) - 3/ Hibou, Anemone and Bear (5:58) - 4/ A Concise British Alphabet, Pt. 2 (0:12) - 5/ Hulloder (0:52) - 6/ Dada Was Here (3:25) - 7/ Thank You Pierrot Lunaire (0:47) - 8/ Have You Ever Bean Green? (1:23) - 9/ Pataphysical Introduction, Pt. 2 (0:50) - 10/ Out of Tunes (2:30) - 11/ As Long as He Lies Perfectly Still (2:30) - 12/ Dedicated to You But You Weren't Listening (2:30) - 13/ Fire Engine Passing With Bells Clanging (1:50) - 14/ Pig (2:08) - 15/ Orange Skin Food (1:52) - 16/ A Door Opens and Closes (1:09) - 17/ 10:30 Returns to the Bedroom (4:14)

enregistrement

Londres, Angleterre, 1969

line up

Brian Hopper (saxophones ténor et soprano), Hugh Hopper (basse), Mike Ratledge (claviers, orgue), Robert Wyatt (chant, batterie)

remarques

La réédition du label Big Beat propose le premier et le deuxième volume en un seul cd.

chronique

Styles
jazz
progressif
Styles personnels
psychédélique > canterbury

Si l’audace surréaliste de “Volume One” (on songe à l’intro étonnante en guise de final qui ouvrait l’album avec son premier titre, “Hope for Hapiness”) était un des atouts majeurs du disque, à l’écoute de ce deuxième chapitre, on se dit qu’elle ne fut pas seule prise en charge par Kevin Ayers. Celui-ci est à présent hors du navire, et c’est Hugh Hopper qui est en charge de prendre sa place. Il participera lui aussi à l’écriture des titres, mais pas de manière aussi prépondérante que Ayers. Son écriture, couplée à celle de Ratledge (et plus tard d’Elton Dean) vont définitivement orienter le groupe vers des horizons jazzistiques. Pour l’heure, Wyatt semble porter sur ses frêles épaules toute l’incroyable inventivité dont regorge ce “Volume Two” ; il arrive à canaliser l’énergie et la virtuosité de ses camarades en les fondant dans une succession de titres à la brièveté exemplaire (dépassant rarement la minute), pour une série de piécettes aux allures pop mais qui ont définitivement un aspect expérimental. La force de “Volume Two” réside très justement dans ce parfait équilibre qui en fait un album remarquable et riche tout en restant mélodiquement imparable. Après une première face sous l’intitulé “Rivmic Melodies”, la seconde face, appelée elle “Esther’s Nose Job”, s’ouvre sur “As Long As He Lies Perfectly Still”, archétype du genre Canterbury ; toute cette face emboîte le pas d’ailleurs aux digressions jazz dans lesquelles le groupe va finir par se retrouver aux travers d’improvisations aussi démentielles qu’allumées (“Out of Tunes” et “Fire Engine Passing with Bells Clancing”). La présence du frère de Hugh Hopper, Brian, aux instruments à vents, ne fait évidemment que confirmer cette tendance alors que l’album se clôt sur le gigantesque “10 :30 Returns to the Bedroom”, coda de “Pig”, où la monstrueuse fuzz basse de Hopper invite le groupe à une jam endiablée. Grandiose.

note       Publiée le mercredi 17 juillet 2002

partagez 'Volume two' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Volume two"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Volume two".

ajoutez une note sur : "Volume two"

Note moyenne :        31 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Volume two".

ajoutez un commentaire sur : "Volume two"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Volume two".

Kid A › vendredi 6 novembre 2015 - 10:31  message privé !

Au fil des millénaires, l'être humain a été capable de réaliser des chefs d'oeuvre de beauté, d'humour et de virtuosité, et la musique enregistrée sur cet album en fait partie. On en vient à se sentir carrément fier d'appartenir à l'espèce vivante qui a été capable de pondre un truc comme ça. Avis aux aliens : on vous prévient, avec ce qu'on a fait de nos vies il nous est arrivé de mettre la barre très, très haut...

Note donnée au disque :       
Coltranophile › jeudi 27 janvier 2011 - 13:32  message privé !

Une éternité que je ne l'avais sorti. Et l'éternité n'a pas de prise dessus semblerait-il. Pas aussi dense (et écrasant que le suivant) mais son mystère est du même ordre, plus enchanteur, moins déroutant.

Note donnée au disque :       
NevrOp4th › lundi 30 août 2010 - 16:20  message privé !

Un album remplit de magie.

Note donnée au disque :       
merci pour le fusil... › lundi 26 octobre 2009 - 10:59  message privé !

plus concis, plus clair dans son propos, plus vaporeux, jazz et plus encore. Une magnifique architecture minutieusement pensée.

Note donnée au disque :       
Tango Mago › dimanche 20 novembre 2005 - 21:35  message privé !

Se bonifie comme un bon vin. A déboucher annuellement.