Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAOren Ambarchi › Audience of One

Oren Ambarchi › Audience of One

  • 2012 • Touch 1 CD digipack
  • 2012 • Touch 2 LP 33 tours

cd • 4 titres

  • 1Salt
  • 2Knots
  • 3Passage
  • 4Fractured Mirror

line up

Oren Ambarchi (Guitares acoustiques et électriques, Basse, Mellotron, Percussions, Voix, Sons), Eyvind Kang (violon, arrangements), James Rushford (violon alto, piano), Elizabeth Welsh (violon), Paul Duncan (voix), Janel Leppin (violoncelle), Joe Talia (batterie, percussions), Josiah Boothby (cor d'harmonie), Stephen Fandrich (voix), Jessika Kenney (voix), Natasha Rose (guitare acoustique)

remarques

chronique

Acheté sur la foi du très bon "Live Knots" dont il héberge la version studio, "Audience of One" est un album symptomatique : en dehors de la piste centrale, phare, d’une trentaine de minutes fascinantes, évolutives, construites autour de cette cymbale de folie et qui, telle une pyramide de carte, fragile, peu à peu monumentale, frisant le ridicule mais imposant le respect, belote-rebelote-dix de der sur un travail studio touffu voir dodu, des pistes qui se surajoutent, violon, violoncelle, guitares, nappes, cor d’harmonie (qu’on sous-estime trop souvent), cordes diverses et percussions interminables bien dosées, travail d’alchimiste obsessionnel, de chimiste sensationnel, Ambarchi en chef d’orchestre-verre mesureur, dans l’effort et la durée, non jusqu’à l’épuisement mais bien jusqu’au climax de nos capacités de concentration, flatteur pour l’esprit, confortable, douillet en un sens, tellement qu’en dehors de cette piste centrale, disais-je, c’est bien l’ennui qui nous occupe. Chanson un brin niaiseuse, minimalisme timide, c’est bel et bien toujours le même reproche qui revient, celui d’un petit manque de confiance en soi, d’assurance. On entend bien les tentatives, les aventures, c’est pas le problème ; on aimerait juste que ça dépasse la note sur le carnet. Trop appliqué, peut-être. Trop écrasé par l’ombre envahissante de ses amis dont je parlais dans la chronique de "Live Kots". C’est dommage au regard de la piste Knots (qui réduit au passage à néant l’utilité du vinyle, qui occupe deux faces de deux galettes différentes… !), qui elle aussi est symptomatique, des capacités non suffisamment exploitées d’Ambarchi pour les paysages, les voyages, légèrement en retrait d’un intellectualisme mal venu mais suffisamment solide sur ses appuis et ses connaissances des musiques transversales pour en proposer une rencontre sans la prétention ni l’arrogance dont c’est le pain quotidien, il faut bien le dire. Un essai réussi et raté, donc.

note       Publiée le mardi 22 novembre 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Audience of One".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Audience of One".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Audience of One".