Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSoft Machine › Volume one

Soft Machine › Volume one

  • 1968 - ABC, CPLP 4500 (1 vinyle)

13 titres - 41:22 min

  • 1/ Hope for Happiness (4:21)
  • 2/ Joy of a Toy (2:50)
  • 3/ Hope for Happiness [Reprise] (1:38)
  • 4/ Why Am I So Short? (1:38)
  • 5/ So Boot If at All (7:24)
  • 6/ A Certain Kind (4:11)
  • 7/ Save Yourself (2:25)
  • 8/ Priscilla (1:03)
  • 9/ Lullabye Letter (4:43)
  • 10/ We Did It Again (3:46)
  • 11/ Plus Belle Qu'une Poubelle (1:01)
  • 12/ Why Are We Sleeping? (5:33)
  • 13/ Box 25/4 Lid (0:49)

enregistrement

Londres, Angleterre, 1968

line up

Kevin Ayers (guitare, basse, chant), Mike Ratledge (claviers), Robert Wyatt (chant, batterie, basse)

chronique

Styles
jazz
progressif
Styles personnels
psychédélique

The Soft Machine est plus qu'un simple groupe à la vague notion progressive. C'est aussi un terreau d'où va émerger une multitude de formations plus ou moins connectées les unes aux autres, réunies sous la bannière dite de Canterbury (une région de la banlieue Londonienne dont tout ces groupes seront originaires). Si ses débuts sont clairement psychédéliques - ce "Volume One" étant avec "The Piper at the Gates of Dawn" de Pink Floyd sans doute le disque le plus emblématique du mouvement - le reste de la carrière de ce groupe monumental va s'employer à rendre de plus en plus floue la frontière qui existe entre le rock progressif et le jazz britannique, alors en plein essor. Quand paraît ce premier disque, le groupe est déjà diminué ; l'Australien Daevid Allen est retenu à la frontière française pour cause de passeport non valide et y restera (pour y monter sa propre formation, Gong). Au moment d'entrer en studio, Soft Machine n'est plus donc qu'un triumvirat constitué de Robert Wyatt, son chanteur/batteur à la sensibilité à fleur de peau et grand amoureux de be-bop, le glacial Mike Ratledge aux claviers, un peu à l'instar de Tony Banks (de Genesis), mais contrairement à ce dernier, féru d'improvisations, et enfin, l'inénarrable guitariste/bassiste Kevin Ayers qui n'est pas sans évoquer Syd Barrett. D'ailleurs, comme celui-ci, il va marquer tout entier de son empreinte ce premier disque, aux atmosphères dadaïstes, à mi-chemin une fois encore entre Pink Floyd et les Doors de Ray Manzarek. Mais l'inclinaison jazz se fait déjà ressentir férocement ("So Boot If at All") au milieu de comptines hallucinogènes enchaînées les unes aux autres et qui évoquent aussi, par instants, les Byrds de "Younger than Yesterday". C'est notamment au niveau de la complexité des arrangements et des parties instrumentales échangées dans le dialogue des instruments que l'on trouve déjà des traces de cette influence jazzy. "Volume One" reste une pièce importante dans l'architecture du mouvement psychédélique, mais partage finalement peu de points communs avec la suite des aventures de la machine molle.

note       Publiée le mercredi 17 juillet 2002

partagez 'Volume one' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Volume one"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Volume one".

ajoutez une note sur : "Volume one"

Note moyenne :        25 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Volume one".

ajoutez un commentaire sur : "Volume one"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Volume one".

Bernard › jeudi 21 février 2013 - 07:15  message privé !

RIP Kevin Ayers! :(

Pielle › jeudi 10 novembre 2011 - 00:48  message privé !

Et Kevin Ayers en solo, "Joy of a toy", "Whatevershebringswesing", "Bananamour" quoi ?

NevrOp4th › mercredi 2 décembre 2009 - 10:49  message privé !

Le psychédélisme anglais est vraiment raffiné et élégant.. La voix de R.Wyatt est vraiment superbe!

Note donnée au disque :       
merci pour le fusil... › lundi 26 octobre 2009 - 10:58  message privé !

L'Energie.La Pulsation. (traine légèrement en longueur vers la fin)

Note donnée au disque :       
Radwish › mercredi 12 août 2009 - 14:12  message privé !

Pionnier, incroyable, inusable, richissime, somptueux, sensible… On n’en fini plus de superlatifs à l’écoute de ce premier opus. Pour tous les amateurs de Jazz/rock psyché qui n’ont pas encore la chance de connaitre. Jetez vous dessus ! Je ne me suis pas encore penché sur l’après Wyatt, mais les volumes 1, 2, 3 et 4 du Soft Machine sont tous géniaux. Le chant de Wyatt est d’une émotion rare.

Note donnée au disque :