Vous êtes ici › Les groupes / artistesAThe Austrasian Goat › The Body Covers

The Austrasian Goat › The Body Covers

vinyl 33t • 3 titres • 11:28 min

  • 1Shoot High Aim Low06:49 [Reprise de Yes]
  • 2Mass Death And Destruction01:17 [Reprise de Disclose]
  • 3Transilvanian Hunger03:22 [Reprise de Darkthrone]

enregistrement

Enregistré en 2009.

line up

The Goat (musique, voix).

Musiciens additionnels : Fab (batterie sur la reprise de Disclose), Yann (voix additionnelle sur la reprise de Disclose, enregistrée par Pavel).

remarques

Illustration par Jennie Zakrzewski.
7 pouces - 33 tours.

chronique

Styles
folk
metal extrême
black metal
doom metal
Styles personnels
des myriades de clins d'œil

Il parait que la nouvelle région dans l’Est aurait pu s’appeler « l’Austrasie ». Mais c’est quoi ce truc ? L’Australie mais avec moins de L ? Non, c’était le nom d’un royaume sous les mérovingiens, je crois, Clovis et ses gamins, etc. J’ai appris ça pour mon Certificat d’Études, mais j’ai oublié depuis que j’ai eu ma licence d’histoire. C’est dire si ça date. Mais alors, un bouc austrasien, c’est quoi ? Eh bien, sur ce single, c’est un groupe de reprises - mais pas seulement, c’est un mono-groupe travaillant son doom / black à lui, cf. sa discographie par ailleurs bien fournie, mais pas décrite sur ce site ! Alors pourquoi ne pas commencer maintenant. Par un EP de reprises... euh... Bon, en fait ces reprises sont tellement belles que je me suis dit que ça pourrait faire une entrée comme il faut de notre chèvre mâle héritière des Francs sur notre bon site de musiques sombres et expérimentales. Parce que, en plus, sur les trois groupes qui sont repris il y en a deux qui figurent dans nos colonnes, et un autre qui pourrait y barboter aussi. Première face : de la guitare en bois, une voix black metal soupirante, et en fait c’est une reprise du Yes à Une Boule qui devient du bon doom, à moins que j’aie encore mal réglé ma platine - ah non, c’est bien un 7 pouces qui tourne à 33 tours, pfff, comme la vie est dure. Vraiment, je n’aurais jamais imaginé que Yes soit aussi chagrin... La suite est un peu plus proche de l’original avec du crust japonais kült qui sera donc crust, et japonais, violent et binaire, mélodieux et poignant, agressif. Et ensuite, le blasphème mis en abîme : une reprise de Transilvanian Hunger très ronde, très produite, acoustique, avec des choeurs, tellement jolie qu’elle aurait pu s’insérer tranquillement dans la setlist du « Unplugged » d’Alice in Chains. Blasphème ! Mais comme l'a dit le chanteur d’Opeth lors d’un concert « eh, on n'est pas obligé d’être METAL pour être lugubre, non ? ». Réponse du public : « ouaaaaaaahahahhhhhééééééé ! ».

note       Publiée le samedi 19 novembre 2016

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The Body Covers" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The Body Covers".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "The Body Covers".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The Body Covers".

Klarinetthor Envoyez un message privé àKlarinetthor

Le monsieur commence a avoir un beau cv, entre ceci (Son Stains of resignation, indispensable!), a la gratte dans Death to pigs a la place de Pavel (DTP qui peuvent etre linkés, le Live at Karacho est chroniqué), Malaise, je viens de voir qu'il a sorti sous son nom aussi recemment, plus son label,...

Note donnée au disque :       
Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

Ben non. :-(

ou alors elle est bien cachée.

Note donnée au disque :       
born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

"The Body Lovers" n'est pas chroniqué ?

Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

Ben oui ! :-)

Note donnée au disque :       
torquemada Envoyez un message privé àtorquemada

Mais ça existe vraiment ce truc ? Une reprise de Yes (le morceau le moins nul de "Big Generator") et de Darkthrone emballées dans une pochette Swans !?!