Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMinistry › The land of rape and honey

Ministry › The land of rape and honey

cd | 11 titres

  • 1 Stigmata
  • 2 The Missing
  • 3 Deity
  • 4 Golden Dawn
  • 5 Destruction
  • 6 Hizbollah
  • 7 The Land Of Rape and Honey
  • 8 You Know What You Are
  • 9 I Prefer
  • 10 Flashback
  • 11 Abortive

enregistrement

Chicago trax studios

line up

Paul Barker, Al Jourgensen

Musiciens additionnels : Chris Connelly, Bill Rieflin

chronique

Qui aurait pu imaginer une tournure pareille dans l'évolution de Ministry ? Surtout après des débuts plutôt lamentables avec un 'With sympathy' certes en phase avec l'époque de la pop neo-romantique, mais qui foulaient outrageusement les plates-bandes de Depeche Mode avec un talent des plus discutables. 'Twitch' relevait heureusement la barre avec son Electro-Body-Music musclée et virile (merci Front 242 !), mais qui ne laissait rien présager de ce qu'allait devenir l'un des groupes phares de la scène rock industrielle. Associé pour l'occasion à un certain Paul Barker (qui transformera ainsi le groupe en une entité véritablement bicéphale) Al Jourgensen pond avec 'The land of rape and honey' un album efficace, addictif, lourd : bref du Ministry dans toute sa splendeur ! Le côté électronique est toujours prépondérant ('You know what you are'), mais l'aspect rock a largement été renforcé par l'adjonction de guitares meurtrières ('Stigmata' au son étrange et envoûtant, 'The missing' et 'Deity', tueries aux rythmes survitaminés) et d'un chant vindicatif loin des vocalises mielleuses d'antan. Ces même guitares savent se faire lancinantes sur le martial 'Golden dawn' (et ses samples des 'Diables' !!!), à mi-chemin entre la cold et les guitares-synth très en vogue à l'époque. Ministry reste encore attaché à l'electro de ses débuts avec toutefois plus d'efficacité : ambiance étouffante et tarée sur le très Front 242 (époque 'Official version') 'Destruction', electro tribale sur le terrible 'Hizbollah' et ses samples de chants orientaux trafiqués, ou survitaminée à la Nitzer Ebb avec 'I prefer' ou 'Flashback'. Le morceau-titre reste le grand moment electro de cet album, martial et plombé, manifeste anti-nazi (et là rien de douteux malgré les samples) soutenu par Jello Biafra des Dead Kennedys lui-même sur l'excellente version live de 'In case you didn't feel like showing up' (pour ceux qui n'auraient pas vu la vidéo, indispensable !!!). Le son a peut-être un peu vieilli, encore qu'à l'époque il sonnait déjà complètement différent de ce qui se faisait. Le monde du rock a été pris par surprise, il ne s'en est jamais relevé ! Le plus grand groupe de rock indus, na !

note       Publiée le mercredi 5 mai 2004

partagez 'The land of rape and honey' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The land of rape and honey"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The land of rape and honey".

ajoutez une note sur : "The land of rape and honey"

Note moyenne :        39 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The land of rape and honey".

ajoutez un commentaire sur : "The land of rape and honey"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The land of rape and honey".

Raven › mercredi 7 mai 2014 - 04:10  message privé !
avatar

C'est tout simplement le remix du 45 tours, soit la version single, si je ne d'octeur.

Note donnée au disque :       
saïmone › mardi 6 mai 2014 - 10:58  message privé !
avatar

Tsukamoto a avoué avoir aimé le clip de Stigmata. D'ailleurs quelqu'un sait pourquoi la version studio est différente de la version video ? Pourquoi y'a pas ce riff malade de la video (qui fait tout le titre à mon avis) ?

Raven › mardi 6 mai 2014 - 04:29  message privé !
avatar

Sérieux Rocky ? T'as oublié tes emboîtements osseux tes articulations ? Même si quand j'écoute With Sympathy j'oublie les autres dans l'ivresse du rose, l'inverse est aussi vrai avec l'ivresse de l'acier : je jette pas et ne jetterai jamais Képhalé, Filth Pig, Dark Side, The Mind et ce Land (auquel j'ai mis 6 sûrement parce que je venais ou était en train de l'écouter). Ou alors je jette aussi mes cervicales et mes rotules.

Note donnée au disque :       
Rocky Turquoise › lundi 5 mai 2014 - 22:58  message privé !

C'est le dernier Ministry que j'arrive encore à peu prêt à écouter (quoique, je suis pas sûr d'aller beaucoup plus loin que les premiers morceaux). Ça mérite quand même bien entre deux et trois (les uns je les garde pour le reste de leur carrière), rien que pour cette pochette qui me confond toujours dans la réflexion.

Fryer › mercredi 24 juillet 2013 - 18:33  message privé !

Merci à toi pour ces précision bien utiles ! Comme je le disais à Empy, ce titre me fait également bien penser à Another Dark Ages de SPK.